De Carcassonne à Finale Ligure, la folle équipée d’Hugo et Matthieu

La double mise d’Hugo et Matthieu

Les 26 et 27 septembre dernier, une des meilleures paires française et mondiale ont sillonné la France et l’Italie pour enchainer deux swimruns et deux victoires à la clé. En ces temps de disette de compétition dus à la pandémie de covid-19, si Hugo et Matthieu ont su jouer les opportunistes avec brio, ils ont su jongler avec une logistique et récupération pointues.

SRF : Bonjour Hugo, Matthieu

Hugo Tormento / Matthieu Poullain : Bonjour l’équipe et encore merci de nous recevoir.

SRF : Vous avez passé un weekend assez chargé ? Pouvez vous nous en dire plus ?

MP : En effet ce week-end a été bien rempli. Nous avons commencé notre périple sur le swimrun de Carcassonne samedi 26 septembre après-midi à 14h30 puis nous avons pris la route en direction de l’Italie. Nous avons fait une pause pour dormir sur Menton où nous avions une possibilité de logement puis nous avons repris le route tôt le matin afin d’être au départ du swimrun Epic Blue Finale Ligure dimanche 27 septembre à 10h. C’était un week-end intense avec l’enchainement de deux courses aussi éloignées mais tout c’est bien passé. Si ce n’est une petite frayeur avec une panne de batterie au moment de quitter Montpellier samedi :P.

SRF : Comment vous est venue l’idée ? Et pourquoi le choix de ces deux épreuves en particulier ?

HT : Après l’annulation d’Utö (NDLR: voir la vidéo explicative de l’organisateur M.Lemmel ici), j’ai personnellement eu dans un premier temps du mal à digérer la déception. Nous nous étions bien préparés et avions à cœur de prendre ce départ. Utö présentait une startlist regroupant une grande majorité des meilleurs binômes mondiaux et c’était pour nous une belle occasion de se mesurer à eux.

Matthieu m’a alors tout de suite proposé d’aller en Italie, course dont nous avions entendu parler par Jean Marie. Je lui ai ensuite proposé d’aller plutôt à Carcassonne car c’était plus proche de chez nous (Nicolas Remires – voir son ITW pour Swimrun France de 2016 ici – nous en avait parlé). Et là, voyant mes difficultés à sourire, il m’a sorti en plein milieu du footing : « Mais pourquoi on ne ferait pas les deux ! ». D’un seul coup j’étais tout de suite plus attentif 😛

MP : Haha, je crois que j’avais besoin d’évacuer la frustration de ne pas pouvoir aller à Utö en nous lançant dans un défi stimulant ! C’était aussi un bon moyen de se tester et d’évaluer notre progression au cours de cette saison particulière.

SRF : D’une façon pratique, la logistique devait être millimétrée n’est ce pas ? Quel choix de transport en ce temps de pandémie ? Et la récupération entre les 2 courses comment l’avez vous gérée ?

HT/MP : Clairement la logistique était un élément clé pour le bon déroulement du week-end.  Côté transport nous avons choisi la voiture pour être autonome. Suite à quelques soucis de batterie juste au moment de partir, nous sommes arrivés juste à temps pour notre première étape à Carcassonne. Dernière nous avons directement pris la route pour dormir sur Menton avant de rejoindre le second départ au petit matin et rentrer en fin de journée sur Montpellier.
Côté récupération, nous avons cherché à optimiser chaque moment pour être le plus performant possible. Grâce à notre partenariat avec une société de compléments alimentaires spécialisée notamment dans le sport, nous avions des boissons pour le trajet comme pour la récupération après course, mais également des barres protéinées. Lors des courses, nous avons également géré notre apport d’énergie pour ne pas puiser dans les réserves à l’aide de gels. On a poursuivi notre première course d’un mini footing de récupération directement après avoir passé la ligne d’arrivée pour éliminer avant de se changer pour ne pas prendre froid. Nous avons mis des chaussettes de contention pour continuer à drainer dans la voiture et avons changé régulièrement de conducteur pour limiter la fatigue et en profiter pour faire un peu de récupération à l’aide d’électro stimulation ! Au final nous avons réussi à dormir 7h ce qui reste très correct.

SRF : Pouvez vous nous raconter le déroulement de vos courses ?

HT : Pour Carcassonne, Matthieu avait à cœur de partir vite sur le premier kilomètre à plat ce qui m’a fait monter dans les tours dès le début. Nous avons poursuivi l’effort dans l’eau pour se détacher du groupe avant de pouvoir construire notre course à notre rythme. Après un départ plutôt roulant, on s’est attaqué à une première bosse dans de supers singles en sous-bois.

Nous avons ensuite découvert un arrière-pays très vallonné avec de magnifiques chemins. Nous avons tourné ainsi autour du lac en passant d’un bras à l’autre de celui-ci. En effet, les parcours natations sont comme les doigts d’une main que l’on relie d’un bout de doigt à l’autre en longeant le contour de la main.
Le parcours est parfaitement fléché avec de nombreux bénévoles pour indiquer le chemin sur les intersections qui peuvent porter à confusion. Dans l’eau, des canoës sont également là pour aiguiller si besoin. Tout est fait pour rassurer les participants et les mettre dans les meilleures conditions.
Avant de rejoindre l’arrivée, on passe juste devant celle-ci à deux reprises en nageant ce qui permet d’animer la course pour les accompagnants. Ces derniers peuvent également voir les concurrents à plusieurs reprises tout au long du parcours s’ils le souhaitent.
Bref, une organisation bien ficelée que je conseille sans problème à tous ceux qui veulent découvrir la discipline sans prendre de risque. 

MT : Pour la deuxième course à Finale Ligure, l’approche était un peu différente car c’était la 1ère fois que nous allions enchainer deux courses à haute intensité ensemble (Hugo avait déjà essayé à Engadin-Suisse : Sprint Solo + World Séries).
Pour ma part les courbatures étaient un peu présentes avant le départ. Nous sommes donc parti un peu plus en gestion en se laissant quelques kilomètres pour que les jambes se réveillent.

Dès la 1ère natation nous avons directement pris la température de la course à venir : la mer était très agitée, rendant les sections natations particulièrement exigeantes ! Heureusement l’eau bleu turquoise et les poissons visibles au fond de l’eau rendaient les sections plus agréables.
Le début de course était plutôt roulant ce qui nous a permis de nous mettre dedans progressivement. La suite se résume à un enchainement de deux longues courses à pieds (6 km chacune) entrecoupées par une longue section de natation.

Sur ces deux sections de course à pied, petit « Single Track » au programme sur les hauteurs de la côte italienne et un paysage juste magnifique !! La beauté du parcours permet d’oublier la difficulté de ces deux sections assez intenses. Pour la longue natation on était plutôt dans le domaine de l’impressionnant, nous avons longé une falaise pendant environ 1,5km sans échappatoire. Ceci explique en partie l’obligation pour chaque concurrent de courir avec une bouée à gonflage automatique (fournie par l’organisation).
Finalement cet enchainement s’est bien déroulé pour nous, les jambes et les bras répondaient étonnamment bien malgré la fatigue de la veille. Nous avons même pu relancer sur la fin de course avec une dernière portion roulante le long des plages de Finale Ligure. Une grosse satisfaction pour tous les deux en franchissant la ligne sur la place principale de la ville.
L’après course fut aussi au top avec une « pasta party » proposée par l’organisation (comprise dans l’inscription) en compagnie des différents binômes présents sur l’évènement, tout en respectant les mesures sanitaires bien évidemment ! 😉

SRF : Une course en France suivie d’une autre en Italie, avez vous constaté une différence d’approche dans l’organisation, dans la culture ? En terme de niveau athlétique comment se situent les deux épreuves ?

HT/MP : Nous n’avons pas ressenti de différence particulière entre les deux organisations hormis la langue. Et encore, Matteo [NDLR: voir son ITW pour Swimrun France ici] qui organise le swimrun Finale Ligure parle très bien français, heureusement pour nous.
En termes de niveau, il y avait plusieurs bonnes équipes sur les deux courses mais moins de densité que sur le circuit ÖtillÖ ou sur les grandes courses comme Swimrunman. Cela s’explique en partie par le fait que de nombreux équipages qui étaient inscrits pour Utö ont tout de même fait le déplacement en Suède pour réaliser le parcours en off. D’autre part la confirmation tardive de la tenue des évènements limite forcément le nombre d’inscrits.
D’un point de vue exigence, le swimrun Carcassonne est plus abordable que celui de Finale Ligure : dans un lac, au pire il pleut mais il n’y aura jamais de houle comme cela a pu être le cas ce dimanche en Italie !

SRF : Quelle sera la suite de votre saison 2020 en terme de compétitions ? Et êtes vous satisfait de votre bilan 2020 ?

HT/MP : La suite de notre saison dépendra principalement de la tenu ou non des courses à venir. Si les choses vont dans le bon sens nous devrions être présents sur les 3 dernières manches ÖtillÖ : Cannes, Hvar et Malte [ NDLR: À l’heure où nous écrivons ces lignes, Hvar (Croatie) est annulé, Malte est en attente de confirmation]. Mais nous nous laissons aussi la possibilité de participer à des courses comme le Swimrunman du Verdon ou la Gravity Race d’Annecy.

Le bilan de cette saison est plutôt positif : après un départ compliqué à Engadin les choses sont rentrées dans l’ordre : une très belle course au Swimrunman Laffrey nous a permis de nous relancer puis les deux bonnes courses de ce week-end ont pu valider l’ensemble de notre préparation.

SRF : Avec la raréfaction des épreuves, d’autres formes de swimrun « off » voient le jour, envisagez vous d’aller aussi dans cette direction ?

HT/MP : Nous avons déjà pu expérimenter le swimrun en off durant l’été lors de notre séjour en Suède où nous avons partagé des séances avec les swimrunners locaux sur les traces du parcours ÖtillÖ entre autre. C’était une super expérience avec un terrain de jeu formidable pour le swimrun.

La France offre aussi une variété de terrain incroyable. Qu’il y ait des compétitions ou non il y aura toujours moyen de se faire plaisir autour de chez nous !Pour le moment, les courses étant encore maintenu on restera donc concentré sur celles-ci mais si une annulation globale venait à surgir, d’autres projets pourraient voir le jour à l’image de celui de ce week-end 😉

SRF : Quels sont les partenaires qui vous suivent cette année ?

HT/MP : Cette année nous a permis de développer plusieurs partenariats pour pouvoir évoluer dans les meilleures conditions. ARK Swimrun nous a rejoint comme partenaire principal. Nous avons également été rejoint par Coros et ses super montres GPS que nous utilisons tous les jours, Nutripure pour assurer les apports nécessaires au quotidien comme en compétition, Maurten pour les gels en compétition, CEP pour les chaussettes de compression, Compex pour la récupération et la gestion des blessures et enfin Swams pour les lunettes de piscine mais également de soleil.

Par ailleurs, nous sommes désormais ambassadeurs d’une application qui va tout prochainement voir le jour : Sportall. L’objectif de celle-ci est simple : donner plus de visibilité aux « petits sports ». L’application va ainsi proposer du contenu sur une multitude de sport dont le swimrun fait partie. On y trouvera entre autre des vidéos tips sur nos entrainements, notre quotidien, nos compétitions mais également la possibilité de retransmettre en live les événements qui le souhaite. L’application permettra ainsi de faire découvrir aux fans de chacun des sports représentés l’univers du swimrun.

HT : Pour ma part je suis également accompagné par le magasin Sud Running de Marseille qui me conseil sur le choix des chaussures à l’entrainement comme en compétition.

SRF : quelle est la question que vous auriez aimé que je vos pose ?

HT : Je dirai « à quand le prochain tournage dans les calanques ? » 

SRF : merci de votre temps et le RV des calanques est inéluctable 😉

le FB du swimrun de Carcassonne : https://www.facebook.com/tccarcassonne/

Le site du circuit de Finale Ligure : https://www.meridianadventures.com/race/ , pour en savoir plus sur le circuit 👉 https://swimrunfrance.fr/2020/07/08/meridian-adventure-race-2020-vs-sars-cov-2/

L’instagram de Hugo 👉 https://www.instagram.com/hugo_newcal/

L’instagram de Matthieu 👉 https://www.instagram.com/trimatt19/

Laisser un commentaire