Équipement

Vérification indispensable de l'équipement, ÖTILLÖ 2015
Équipement avant OtillO 2015
Photo © Akunamatata / Ultramag

L’équipement est un aspect important du swimrun. Nous vous proposons une analyse de l’équipement nécessaire, des petites astuces qui facilitent la pratique, ainsi que des essais de matériel.

Alterner course à pied et natation impose des contraintes intéressantes.

  • L’équipement doit être léger
  • Les transitions doivent être rapides
  • Les demandes de thermorégulation en natation et en courant sont souvent opposées

Un consensus se dégage, mais le matériel évolue constamment. Des options existent en fonction des caractéristiques des courses, des préférences individuelles et des règlements.  Nous allons vous aider à choisir la solution qui vous convient.

Combinaison

Comment bien choisir sa combi? Photo © Akunamatata / Swimrun France
Comment bien choisir sa combi?
Photo © Akunamatata / Swimrun France

On a rapidement froid dans l’eau, et à quelques rares exceptions, la combinaison néoprène est indispensable. Elle contribue aussi à la sécurité en augmentant la flottabilité. Quelle combi choisir? En 2014 Head a introduit la première combinaison spécifiques pour le swimrun, et depuis de nombreux modèles sont arrivés sur le marché. Entre les fermetures éclair devant, ou devant et derrière pour faciliter les transitions, les poches intérieurs et/ou extérieures, les variations d’épaisseur du néoprène pour avoir des épaules souples et augmenter la flottabilité au niveau des jambes, le choix est large. La seconde option est la combi de triathlon qui peut parfaitement faire l’affaire, mais les transitions sont plus lentes si on doit se déshabiller pour améliorer la thermorégulation en course à pied. La troisième option est la combi de type surfer. La souplesse au niveau des épaules et la protection contre le froid peuvent limiter l’usage de ces ‘shorty’. La longueur des jambes et manches est un autre sujet de discussion. Le plus souvent les jambes sont coupées au-dessus du genou pour faciliter la course à pied, mais certains préfèrent garder les jambes longues pour rester plus au chaud. La même question se pose au niveau des manches: coupées au niveau des coudes pour l’aisance et augmenter la vitesse d’habillage – déshabillage, ou plus longues pour augmenter l’isolation thermique.

Chaussures

Sortie d'eau
En sortie d’eau, il ne faut pas glisser Photo © Akunamatata / Ultramag

Elles doivent offrir un confort et une accroche suffisante en fonction du terrain et des distances, mais ne pas non plus gêner trop en natation. Les chaussures de trail sont logiquement les plus populaires, et le choix est très large. Le premier critère reste avant tout votre foulée et votre pied: la chaussure doit correspondre à votre technique. Le second critère a trait au type de terrain. La chaussure idéale n’est donc pas facile à trouver et François-Xavier Li a écrit un guide pour vous aider. Quelques modèles spécifiques swimrun existent, d’autres sont en préparation, mais l’offre est encore limitée. Accessoirement, on peut percer des trous dans la semelle pour faciliter le drainage en sortie de natation.

Lunettes de natation

Indispensables, c’est une évidence. Le choix est large, le plus souvent dicté par votre morphologie. Il n’y a pas de recette miracle, il faut essayer pour trouver lunettes à son nez. Les lunettes claires sont les plus utilisées, mais un jour de soleil les lunettes teintées peuvent faciliter la navigation quand le soleil est bas ou miroite sur l’eau.

Bonnet

Toujours fournis pas les organisateurs, il permet une identification des coureurs (et accessoirement de faire la publicité des sponsors). Il doit toujours être porté pendant les sections de natation. Pour augmenter la protection contre le froid, certains portent en dessous un bonnet supplémentaire. Celui-ci peut être en silicone ou en néoprène. En entraînement en eau libre, il faut toujours porter un bonnet de couleur vive pour être plus visible par les embarcations.

Aides à la flottaison

Plaquettes & Pull buoy Photo © Nadja Odenhage / ÖTILLÖ15
Plaquettes & Pull buoy Photo © Nadja Odenhage / ÖTILLÖ15

En natation on recherche une position la plus allongée possible pour améliorer l’hydrodynamisme. Cela nécessite de ‘porter’ les jambes, ce qui coûte peu d’efforts aux meilleurs nageurs, mais demande beaucoup d’énergie aux nageurs moins aguerris. De plus les chaussures réduisent l’efficacité des battements. Comme les jambes sont indispensables pour courir mais moins nécessaires pour nager, il existe une variété d’accessoires pour améliorer la flottaison des jambes. Pratiquement toutes les courses autorisent ces accessoires d’une dimension inférieure à 100 x 60 cm, tailles décidées par l’ÖtillÖ et copié depuis par presque tout le monde. Du classique ‘pull buoy’ de piscine aux bricolages à base de bouteilles vides, on trouve encore de tout en course. Le choix dépend essentiellement de vos préférences personnelles. Attention, l’élévation des jambes peut provoquer des douleurs lombaires chez certains et il faut s’habituer à la position. Enfin on flotte plus dans une eau salée que dans une eau douce, et il faut prendre en compte se facteur.

Une fois le pull buoy choisi, il faut le transporter. Deux options : un élastique autour de la cuisse (le plus populaire), ou un élastique plus grand que l’on remonte autour de la taille. Ce dernier peut aussi servir pour tenir les plaquettes.

Certain rajoutent de la mousse dans les chaussettes montantes pour faire flotter un peu plus les jambes. Un petit plus en nageant, mais qui alourdit les jambes pour courir. Quelques fabricants proposent maintenant des jambières en néoprène pour augmenter la flottabilité, mais aussi la protection contre le froid.

Plaquettes

Le but est d’augmenter la surface pour avoir une plus grande traction dans l’eau. Très efficaces, elles imposent cependant de plus grands efforts aux épaules et peuvent provoquer des blessures au niveau de la coiffe des rotateurs qui stabilisent l’épaule. Il faut donc faire attention et progresser doucement en jouant sur la taille, les distances et l’intensité d’entraînement. Les plaquettes servent aussi souvent de pense-bête pour noter le parcours.

Longe de traction

Corde 1 MLDComment aider son partenaire ? C’est souvent la question que l’on se pose pendant un swimrun. L’élastique de traction permet de tirer son partenaire en natation mais aussi en course à pied, et ainsi augmenter la vitesse de l’équipe, et ce en natation et en course à pied. Un matériau léger, légèrement élastique pour absorber les à-coups, relie à la taille les deux équipiers. Cela demande de la pratique et un ajustement optimal de la longueur. La main du second doit se trouver près des pieds du premier, mais pas trop prêt car on ne veut pas raccourcir son lors des à-coups. Certains fabricants commercialisent ces combinaisons ceintures – élastiques, mais beaucoup bricolent leur propre solution. La ceinture à laquelle on accroche la longe peut aussi servir à accrocher les plaquettes pendant la course à pied. Certains adorent, d’autres ne supportent pas d’entendre les plaquettes s’entrechoquer à chaque pas. Signalons que certaines marquent de combinaisons incluent un anneau pour accrocher directement les longes, supprimant ainsi la nécessité d’avoir une ceinture.

Montre

 

Accessoire ou indispensable? On peut très bien courir sans montre, mais si on veut savoir exactement ou on se trouve sur le parcours, une montre est utile. Pour vous aider a choisir nous avons fait une analyse des besoins.

Fix

Retrouvez les résultats du test de matériel 2017 mené conjointement par Swimrun France, World of Swimrun et Swimrun Germany:

44 réflexions au sujet de « Équipement »

  1. Bonjour, ma question se porte sur le choix des chaussettes. Je participe à mon premier swr en juin et le demande si les chaussettes doivent être plus petites pour éviter en sortie de natation de former des « plis » ou bien y’ a-t-il des chaussettes spéciales . Merci
    Et pour la combi suis perdu lol

    J'aime

    1. Chaussettes: il faut effectivement essayer ses chaussettes quand elles sont complètement trempées. Celles en fibres synthétiques on tendance a sécher plus vite. Elles doivent aussi être bien ajustées.
      Question combis, les éléments a prendre en compte sont le type de course (eaux froide, longueur de course a pied?), votre budget (on peut très bien utiliser une vieille combi de triathlon ou un shorty standard) et si vous compter juste faire une course ‘pour voir’ ou si vous voulez en faire plusieurs.

      J'aime

    1. Tout dépend des règles de chaque course, mais en général oui les tubas sont autorisés. Par contre il faut se souvenir qu’il faut aussi regarder ou on va. Les parcours natation demande souvent un peu de navigation et il faut aller dans la bonne direction

      J'aime

  2. Question de la part d’une taupe… a t’on le droit à une bouée de flottaison (type comme celle qu’on utilise lors de nos entraînements en eau libre) ? Je suis myope comme une taupe : j’ai des lunettes de natation qui corrige mais je ne souhaite pas les utiliser pour la course à pied, je voudrais donc emporter ma monture « terrestre ».

    J'aime

    1. Normalement oui, mais il faut vérifier avec l’organisateur/trice de chaque course. En tant que ‘taupe’ moi-même j’ai opté pour des lentilles et ça marche très bien. J’ai aussi fait des sorties avec lunettes correctives et lunettes de vue. J’avais un boitier de protection et je le coinçais dans la combi pendant la natation. Ca marche aussi, et c’est beaucoup plus rapide que gonfler-dégonfler une bouée.
      François-Xavier

      J'aime

  3. Hello,
    Serait-ce possible d’avoir des retours d’expérience sur les chaussures que vous utilisez? Je vais au Glénan en Octobre et venant du monde du trail, je pensais percer les semelles d’une paire d’Asics ayant un peu vécu mais je commence à me demander si elles ne sont pas trop lourdes.. Prévoyez-vous de faire un comparatif des chaussures de trail de 2016 en détaillant le poids ?
    D’avance merci pour les conseils, c’est top!
    Ju

    J'aime

  4. Bonjour, je vais participer au swimrun des Glénans (Finistère sud). Des amis ont fait des tests en combi shorty cet été avec grosse chaleur (28 degrés T° air) mais la température de l’eau les a « calmé » rapidement et pour info la course a lieu mi octobre !! En combi triathlon intégrale c est possible d’après vous malgré la course de 16km (pas de risque de surchauffe). Merci d avance pour votre réponse

    J'aime

    1. La surchauffe en course à pied est effectivement quelque chose qui est parfois compliqué à gérer. Une combi de triathlon peut parfaitement convenir, cela prends simplement un peu plus de temps pour s’habiller et se déshabiller (il y a simplement 3 ans tout le monde ou presque utilisait des combi de tri). Il ne faut pas hésiter à faire appel à son binôme. Par contre les manches et jambes longues peuvent être plus problématiques pour courir. Même dans les courses en eaux relativement froides la grande majorité des concurrent(e)s coupent les jambes des combi juste au dessus du genoux. Personnellement, c’est ce que je fais. Bonne chance!

      J'aime

  5. Merci de partager votre expérience. Je vais également participerà à celui des Glénan.
    Par rapport à la température de l’eau (environ 14°C de prévue), je me disais que sous ma combi de tri découpée, il serait peut être judicieux de mettre une sorte de lycra en dessous, mais y a t il des risques d’échauffements cutanées . Avez vous des conseils ?

    J'aime

    1. Un top lycra marche bien si il évacue l’eau rapidement (on peut aussi avoir froid en courant si on reste mouillé). On peut aussi utiliser une veste de 1-2mm de surfer (ce que je fais dans les eaux vraiment froides <13°C)

      J'aime

  6. Bonjour à tous!

    Jai acheté la combi ORCA Core cet été et au bout de 2 sorties elle est déjà déchirée à certains endroits! Je suis assez déçu par ORCA, tant pour la qualité que pour le sav puisque selon eux c’est dû à un mauvais usage etc (bien que jai été extrement prudent lors de l’enfillage et au bout de 2 fois je doute que ce soit normal, jai déjà eu des combis qui ont largement plus tenues le coup). Quelqu’un a-t-il eut ce genre de problème?

    J'aime

  7. Bonjour, j’ai vu que head proposait dans sa gamme un « deux pièces », top Néoprène et cuissard. Quel peut être l’inconvénient, car j’ai pas vu beaucoup de personnes avec cet équipement ?

    J'aime

    1. Si on décide d’enlever le haut, il faut le porter, alors qu’avec une combi une pièce on peut simplement laisser le haut pendre, ou le rouler a la taille. Il y a aussi peut-être moins d’entrées d’eau possibles a la taille.
      En triathlon une marque américaine fait des 2 pièces depuis longtemps, mais avec un succès très limité

      J'aime

  8. Bonjour de puis l’Andorre. Je vous écris car j’ai des doutes avec l’hydratation. Je vais faire la Marnaton Costa Brava dans dans deux semaines. C’est 18km de trail avec 1.000D+ et 5km natation. Il y aura 4 points de ravitaillement. Je doute entre emmener une petite gourde dans la poche de ma combinaison Orca Core Swimrun et la remplir à chaque ravitaillement, ou un sac à dos d’hydratation, sur ou sous la combinaison. Quelle serais vôtre élection?

    J'aime

    1. J’utilise une flasque souple 500ml coincée dans le bas du dos de la combi (ou dans une poche si c’est possible). La gourde rigide prend toujours la même place pleine ou vide, et peut être gênante alors que la flasque réduit de volume quand on boit, et ne comporte pas de points durs qui peuvent provoquer des frottements et gènes en courant, et sa forme allongée est propice à se coincer dans le dos. Le sac à dos est bien en entrainement pour avoir une plus grande autonomie, mais ça ralentit les transitions et peu être gênant en natation

      J'aime

    2. Hello David,

      On se verra sur place alors, moi aussi je la fais. Par contre j’habite à Barcelone et depuis une semaine les temperatures ont fortement diminué. Tu iras seulement avec la combi ou avec quelque chose de plus pour la chaleur? Dimanche j’irai en reconnaissance, je te dirai comment c’est… En effet, j’ai un peu peur de la mer et de la Tramontane pour le 29.

      Sportivement,
      Mathieu

      Aimé par 1 personne

      1. Bonjour Mathieu. Super si tu peux nous dire comment sont les conditions. La tramontane souffle très fort dans cette zone. Pour ma part j’amènerais mas combinaison swinrum orca + manches longues + combinaison tri pour l’intérieur. Je déciderais ce que j’enfile selon les conditions le même jour de la course.

        Aimé par 1 personne

      2. Salut David,

        Au final je ne suis pas allé sur zone ce week-end car Nico Remires était à BCN et organisait un training (super intéressant de partager ses entrainements), mais mon coéquipier y est allé.
        Le départ du run est très étroit (peu de coureurs pourront y passer ensemble et en même temps) et les 1ers 350m de mer arrivent vite. Je pense que le 1er ecremage se fera tôt. Par la suite peu de passages « compliqué » hormis 2 sorties d’eau en rochers le reste est sur plage. Le dernier run de 5-6K de long est très dur sur les 1ers 1500m, par la suite c’est plat ou descente (là aussi ça pourrait faire des différences). Evidemment les 2 passages de 1K de mer feront aussi des différences. Cette course est d’après mon coéquipier moins dure que celle de la Costa Brava au printemps, mais le niveau semble plus relevé (concurrents d’un meilleur niveau).
        Bonne prep et à dans 2 semaines! 😉

        J'aime

  9. Bonjour,
    Je vais participer au swimrun de costa brava en avril avec mon père sur la distance marathon. Est-ce que quelqu’un l’a déjà fait et pourrait me donner des infos sur le parcours ? Par exemple j’hésite au niveau des chaussures (j’ai des inov-8 avec des gros crampons :x-talons 212 et je vois pas mal de personnes avec des chaussures similaires), je ne sais pas encore si je dois les percer (ce qui me ferait mal vu le prix…) mais je n’ai pas encore tester après avoir nagé.
    Merci.

    J'aime

  10. Bonjour,
    Nous participons au swimrun cap de creus dans 15 jours en binôme et nous nous posons la question de l’encordement. Comment bien s’encorder en natation pour que la corde ne gène pas le nageur de derrière par exemple pour qu’il ne l’ai pas dans le visage si l’encordement se fait à la taille? J’ai vu des encordements entre la cheville du nageur en avant et le poignet de celui en arrière mais je pense que la traction complique la nage de celui qui est derrière.
    Quel sont vos conseils?

    J'aime

    1. Tout le monde s’encorde a la taille. Le poignet n’est pas envisageable car l’amplitude du mouvement est bien trop grande. La corde généralement passe légèrement a droite ou a gauche du second nageur et cela ne pose pas de problème particulier. De plus la taille du premier est souvent plus basse que la figure du second. Par contre il faut faire attention a ce que le second ne croise pas l’axe du corps en nageant ce qui accrocherait la corde. De meme le premier doit éviter de changer de direction soudainement car le second nageur alors attrape la corde avec le bras.

      J'aime

  11. Bonjour, au dernier swimrun de Cadaques, j’ai vu des gens avec des plaques sur les pieds pour améliorer la flottation. Je crois qu’elles étais de la marque NU. Quelqu’un les utilise? Ou est ce que je pourrais trouver plus d’info sur ce produit? Merci!

    J'aime

    1. Salut David,

      Alors comment ça s’est passé pour toi?
      NU c’est la marque du mec qui finit 1er ou 2ème en individuel. C’était en vente le vendredi soir. Je vais me renseigner s’il vend ONLINE (mon coéquipier le connait bien). Sinon sur les chaussures je ne sais pas ce que ça vaut mais pour les tibias c’est pas mal visiblement.

      Ciao!

      J'aime

  12. Bonjour Mathieu, ça serais génial si tu peux mieux nous renseigner. Ça peut remplacer le Pull Buoy? Quelle est la meilleure option, sur les pieds ou tibias?

    Pour la Swimrun de Cadaqués je me suis régalé. Comme c’était ma première expérience, j’y suis allé tranquille, mais je suis content de mes 3h21m. La prochaine les 21km de Neda el Món Barcelona.

    J'aime

  13. Bonjour,
    Je vais participer à mon 1er swimrun en mai (11,5km CAP + 2km Nat) et Je suis déjà équipé mais pour le triathlon. Est ce qu’une combi de natation typé triathlon peut faire l’affaire pour 11,5km de CAP quit à enlever le haut et l’attacher? Pour les chaussures, je pense partir avec des salomons XT Wings, vous confirmez qu’il n’est pas nécessaire de faire des trous dans les semelles pour l’évacuation de l’eau? Merci pour vos réponses 🙂

    J'aime

    1. Bonjour Eric,
      Pendant des années on a fait du swimrun en combi de tri. Par contre personnellement j’avais coupé les jambes et bras de ma vieille combi de tri, usée, mais elel a encore beaucoup servi. Avec un zip arriere il ne faut surtout pas hésiter a s’entre-aider. Baisser et monter le zip de son partenaire cela devient un automatisme. Avec les chasubles, c’est difficile a faire seul.
      Chaussures: il fut toujours essayer avant une course, mais normalement ca passe sans trous
      On attend votre retour sur la course !!

      J'aime

      1. Merci pour cette réponse. Un peu mal au cœur de couper bras et jambe sur une combi qui a fait trois triathlon, en même temps, c’est une ouverture dorsale et mon 1er swim run sera en solo donc ça risque de rendre la chose bien galère!!! Je vais voir si je peux trouver une combi d’occasion plus adaptée au swim run sinon…je couperai la mienne…
        Course le 13/5 (gravity race ile de france)…avec plaisir pour le retour 😉

        J'aime

    2. Bonjour,
      Je reviens sur mon précédent post relatif à la combinaison. J’ai remarqué le modèle « sailfish blade » sans manche qui semble recenser de bons commentaires. Avez vous eu des retours sur ce modèle qui a l’air très intéressant car adapté au swimrun et pas cher (99€)?

      J'aime

  14. Bonjour, savez vous où on peut essayer (et acheter) des combi de swimrun SVP?
    Je suis intéressée par l’entrée de gamme orca, mais je n’ose pas en commander une directement sur internet sans essayer, et il n’y a aucun distributeur dans ma région (Normandie) …
    J’ai téléphoné à 2 boutiques parisiennes de triathlon mais ils n’en ont pas…
    merci pour vos retours!

    J'aime

    1. Pas simple car je ne connais pas de boutiques adéquates. Peut-être poster sur notre forum et trouver un swimrunner dans la région pour essayer ? Bonne chance

      J'aime

  15. Je vais participer à mon 1er swimrun samedi 13/5 à Jablines en région parisienne et je commence à sérieusement cogiter niveau équipement. je souhaiterais vos avis sur deux points :
    1 – garder le même système d’attache du pull buoy mais en mettre 2, un sur l’extérieur de chaque cuisse. Avantage : meilleures flottaison et pas besoin de faire des manips à chaque entrée/sortie d’eau…
    2 – Remplacer les plaquettes par des gants palmés. Avantage : pas besoin de les enlever et remettre à chaque transition; inconvénient : sans doute moins de portance dans l’eau…
    Est ce que ces deux techniques vous paraissent intéressantes?
    Merci pour vos retours et rdv lundi pour le debrief 🙂

    J'aime

    1. Salut Perrin,

      Pour le pullboy à voir, ça dépend de la distance et si tu es bon nageur. En dessous de 3-4K de nage je pense que le pullboy n’a pas d’influence.
      Pour les gants, au final ce n’est pas une si grosse perte de temps que ça de mettre les plaquettes, il faut juste les garder aux poignets. De plus, avec des plaquettes tu gagnes en puissance par rapport aux gants.

      Bonne course 🙂

      J'aime

  16. Salut Mathieu
    Merci pour ton retour. je suis un nageur moyen + avec les 3.8km de natation d’un ironman en 1h08. Il y a 2km de natation en 5 portions et 11km de CAP en 6 portions demain et j’avais pensé tester ces « techniques » en prévisions de la gravity race d’Annecy en octobre ou là ce sera 33km de CAP avec 1000m D+/- et 6.3km de natation. En tout cas a priori, ces « techniques » te paraissent pas « déconnantes » sur du long?

    J'aime

    1. Re,

      Si c’est dans une optique de test, alors là oui. C’est le moment de le faire, car celle d’Annecy n’est pas facile et sur les 6.3 le pull peut bien te soulager.
      Concernant les gants, je pense que le benefice des plaquettes compense largement la (petite) perte de temps que tu as à le mettre/retirer. Mais franchement, je repete, tu ne perds pas plus de temps à mettre les plaquettes qu’à mettre les lunettes par exemple…
      Tu nous diras comment ça a été 😉

      J'aime

  17. Bonjour à tous, tous promis, retour sur le swimrun court solo (11.5km de cap et 2km de natation) de Jablines.
    Tout d’abord, j’avais loué une combi orca core qui s’est avérée être parfaite. manches et jambes courtes, poche sur la cuisse pour le gel, longue ouverture frontale pour bien respirer en cap. j’ai fait l’épreuve avec une trifonction courte distance en dessous de la combi pour avoir une chamoisine très fine et peu gênante, chaussette compress sport en synthétique et basket brooks pure grit…parfait!!! l’eau ressortait aussi vite des baskets qu’elle n’était entrée et sans trou dans les semelles. Seul bémol, j’avais pas assez serré l’élastique de mon pull buoy autour de la cuisse par crainte de trop compréssé la cuisse et gêner la circulation sanguine,…mauvaise idée. au bout de 100m après le départ, je devais tenir le pull buoy en CAP puis sur la 1ere section de natation je l’ai senti glisser le long de ma jambe…j’ai décidé de le laisser partir et de le perdre volontairement. Cela ne m’a pas du tout gêné car mes baskets étaient super légères dans l’eau. En revanche, je prendrai des lacets X-tenet pour Annecy car je refaisais mes lacets à chaque sortie d’eau!!!
    Pour le reste, très belle organisation, belle course, bonnes sensations même si j’ai eu la surprise de beaucoup me faire dépasser en natation alors qu’en triathlon c’est mon point fort. En revanche, en CAP j’en ai dépassé un bon nombre…c’est définitivement une discipline de nageurs 😉 J’ai fini l’épreuve sans douleurs ni crampes mais il aurait pas fallu 2-3km supplémentaires 😉 le tout en 1h51 et je suis 46eme/86…un peu déçu du classement mais je pensais pas avoir à faire à un tel niveau en natation 😉
    Conclusion, j’ai trouvé mes chaussettes, mes baskets, ma combi (que j’ai réservé pour Annecy)…je m’interroge encore sur le pull buoy qui pour Annecy sera indispensable…en avoir un que je fais pivoter ou 2 (1 sur chaque cuisse) mais d’ici là…j’ai un paquet d’heures de musculation qui m’attendent 😉 Merci à tous pour vos conseils 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s