Korrigeri, le swimrun surf à Biarritz

KorrigeriBiarritz dans le pays Basque Français et bien connu comme spot de surf, accueillait grâce au Biarritz Olympique Triathlon son premier swimrun le 3 septembreAlban Chouquet nous fait partager sa course et ses impressions pour une épreuve qui devrait devenir un classique du calendrier.

Après avoir goûté à mon premier swimrun à Cadaques en 2016, j’ai enchaîné avec plusieurs formats en changeant régulièrement de binôme : la courte de la Costa Brava en Avril, le Swimrun de l’archipel à Agde en Mai, la longue de la côte Vermeille en Juin, le Swimrun du lac Chambon en Juillet… Je cherchais une course pour « occuper » mon mois de septembre quand je suis tombé sur la page FB du Korrigeri. J’ai proposé à Olivier Hansen de m’accompagner et nous nous sommes inscrits sous le nom « les Bitterois ».

Je suis arrivé à Biarritz le vendredi soir avec ma petite famille. Le samedi matin, les conditions de houle étant sympas, je me suis mis à l’eau à la plage centrale pour faire un petit peu de bodysurf et prendre ainsi la température pour le dimanche matin.

Samedi 19h
Je retrouve Olivier pour le retrait des dossards au niveau du phare de Biarritz. Excellent accueil des organisateurs avec qui nous discutons un peu de la course. Le sac qui nous est remis comprend entre autres une paire de lunettes du partenaire de la course, du pâté basque et 2 tickets pour un Talo (sandwich basque) à l’arrivée, de quoi nous régaler. A 30€ l’inscription par personne, c’est le top.

150 équipes partantes, la température de l’eau  à 20-21°C

21231893_1964117033874340_3434872637895022728_n bDimanche 7h
Il fait encore sombre quand nous arrivons sur la plage de départ (Miramar) avec 2 binômes d’amis mais nous pouvons apercevoir une petite houle (0,90m) propre et espacée. Le temps de discuter et de s’équiper tranquillement, les autres binômes arrivent au fur et à mesure et nous déposons nos affaires sèches à la consigne.

7h45
Petit briefing d’avant course. Nous serons près de 150 équipes partantes, la température de l’eau est annoncée à 20-21°C et les conditions météo plus clémentes prévues.  Nous commencerons par une section de natation de 740m de natation, la longe est autorisée dès le départ (en tout cas pas interdite). Nous enchaînerons 4 sections de natation et 4 sections de course à pied avec la troisième de 10.4Km. A chaque section de natation, il faudra contourner une première bouée de couleur rouge puis une de couleur noire et blanche. Il y aura une barrière horaire sur le parcours qui a été fixé à 10h15 à la fin de la 6ème section. Les binômes qui passeront après 10h15, seront invités à rejoindre la ligne d’arrivée pour des questions de sécurité et de marée. Le mot d’ordre reste de se faire plaisir avant tout et l’ambiance est plutôt conviviale.

swimrun 87h55
Malgré le portique installé, la tension monte et tous les concurrents s’étalent de part et d’autres de la ligne de départ afin de rester en première ligne. Avec Olivier nous faisons le choix d’abandonner au dernier moment la longe que nous avions prévue, de crainte d’être gênés lors du franchissement des vagues et des sorties d’eau.

8h Départ / Section Natation n°1 (740m)
Le départ est donné, c’est parti pour 740m de natation. Après une vingtaine de mètres de sprint sur le sable, arrive la mise à l’eau. Je jette un coup d’œil à Olivier, qui m’avait confié ne pas être très à l’aise dans les vagues, mais il s’en sort très bien. Après quelques dolphins pour passer le shorebreak et les premières vagues nous voici partis. Très vite le peloton s’étire et 3-4 binômes font l’écart en tête, nous restons derrière avec une dizaine d’autres binômes. Le repérage n’est pas toujours facile à cause de la houle mais nous finissons par trouver les 2 bouées. Le retour sur la plage est sympa, je prends deux petites vagues en surf pour m’aider un peu, je peux bientôt poser les pieds au sol. Il reste alors une dizaine de mètres à faire dans le shore break. J’arrive sur la plage, Olivier est derrière moi. Nous attaquons alors la première section de course à pieds.

swimrun 1Section CAP n°1 (1,9km)
La section commence par une partie dans le sable de 200m pour rejoindre la digue de la grande plage puis nous montons par la route jusqu’à Bellevue (qui porte magnifiquement bien son nom) où on nous annonce à la 10ème place, puis nous longeons le port des pêcheurs, passons à côté du musée de la mer avant de redescendre vers la plage de port Vieux. Là, nous descendons quelques escaliers avant d’attaquer quelques dizaines de mètres sur du sable sec. Puis nous nous mettons à l’eau.

Section Natation n°2 (900m)
La mise à l’eau est beaucoup plus calme car la plage est enclavée. Nous gardons le contact avec les 3-4 équipes qui sont devant nous. Nous passons la bouée rouge sans encombre, je jette un coup d’œil derrière et je vois que quelques binômes reviennent sur nous. La deuxième bouée (blanche/noire) est encore un peu dure à trouver. Un petit coup d’œil sur la plage pour prendre le cap vers les flammes matérialisant la sortie d’eau et c’est reparti. Le retour vers la plage est plus animé avec le retour de la houle et des vagues, plusieurs binômes nous reprennent… quelques surfs et nous retrouvons le sol ferm.

Section CAP n°2 (1,7km)
Nous passons entre les flammes, un petit coucou au fiston et à ma femme venus nous encourager et nous abordons la deuxième course à pied qui se fait sur la plage de la Côte des Basques. La majeure partie se fait sur le sable mais heureusement celui-ci est bien tassé. Nous reprenons quelques équipes, passons à côté de la zone d’arrivée avant de nous remettre à l’eau sur la plage de la Milady.

swimrun 7Section Natation n°3 (500m)
Comme à la première mise à l’eau, il faut passer quelques vagues avant de pouvoir commencer à nager. Quelques regards de temps en temps devant pour trouver les bouées et c’est le retour vers la plage. Les vagues sont de mieux en mieux formées, je jette un coup d’œil derrière personne … mais dans la vague suivante 6 swimrunners arrivent en même temps dont Oliver. Nous posons les pieds au sol, fin prêts à attaquer la 3ème section de course à pieds.

swimrun 4Section CAP n°3 (10,4Km)
Nous passons entre les flammes sur la plage puis montons une série d’escaliers pour rejoindre la route puis un petit chemin pavé vers le musée de l’Océan. Le premier ravitaillement est quelques centaines de mètres après le musée. Nous nous arrêtons quelques secondes, 2 verres d’eau – un abricot et nous revoilà partis. La route descend en longeant le centre équestre vers le lac Mouriscot. Nous avons quelques binômes en ligne de mire, le parcours commence avec une montée bitumée puis une descente sèche qui part sur la gauche et qui nous permets de rejoindre le bord du lac. Nous enchaînons ensuite avec une succession de montées et descentes en sous bois, 1 ou 2 petits « coups de cul » mais rien de très technique. Olivier est en forme, je sens qu’il en a sous le pied mais malheureusement pour ma part je ressens le manque d’entraînement de ces deux dernières semaines. Nous restons malgré tout au contact. La boucle autour du lac et du centre équestre est terminée, elle nous a paru plus courte que ce qu’on pensait, on réattaque la montée avant le deuxième ravitaillement. Nous croisons quelques équipes en route, quelques messages d’encouragement de part et d’autres… puis nous attaquons une partie sur route. Nous remontons vers le centre ville par la rue de Madrid, ça grimpe, les jambes commencent à tirer un peu mais Olivier ne lâche rien et me lance quelques pensées positives. Nous bifurquons sur la gauche pour rattraper l’avenue Beau Rivage où je croise à nouveau ma femme et mon fils qui nous annoncent 11èmes. Quelques centaines de mètres après nous attaquons une descente en lacets bitumées vers la plage de la côte des Basques, lieu de notre dernière mise à l’eau. En bas du sentier, nous passons à côté de la zone d’arrivée, pas mal d’encouragements de la part des promeneurs et des organisateurs. Nous descendons sur la plage, effectuons une cinquantaine de mètres sur le sable avant de nous remettre à l’eau.

swimrun 12Section Natation n°4 (900m)
Cette section est la même que la deuxième mais en sens inverse. La bouée rouge est en ligne de mire, nous effectuons quelques dolphins pour nous lancer. Les bras commencent à être un peu raides, certainement à cause de la course à pieds où j’ai manqué un peu de relâchement. J’ai l’impression de faire du sur-place pendant les 200 premiers mètres de cette section mais je vois que l’on rattrape les équipes devant nous. Olivier est au contact, on ne lâche rien jusqu’à la sortie de l’eau.

Section CAP n°4 (2,1km)
Malheureusement le sable de la plage de port vieux puis la succession d’escaliers pour remonter aura permis aux équipes devant de refaire l’écart. Cette section, nous fait monter autour de l’aquarium de Biarritz à travers un petit parc avant de nous faire redescendre vers le port des pêcheurs pour nous faire remonter enfin vers l’esplanade du port vieux, le moins qu’on puisse dire c’est que c’est bien casse pattes. On nous remets un collier qui justifie que nous sommes passées avant la barrière horaire.
Nous avons en ligne de mire un binôme sur les 400 derniers mètres que nous ne rattraperons pas avant l’arrivée.

swimrun 2Nous terminons ce swimrun à la 11ème place en 2h09, le sourire aux lèvres d’avoir fait notre premier swimrun ensemble et d’avoir participé à cette magnifique première édition.

 

Bilan, pour une première édition, je trouve que la course était superbes. Nous nous sommes régalés, le cadre était magnifique (la vue sur les Pyrénées en sortant de l’eau, c’est le top). La petite houle est venue pimentée les entrées et sorties d’eau. Le parcours était plutôt roulant, on pourrait juste regretter de ne pas avoir eu un peu plus de parties typées trail (je ne sais pas si c’est envisageable). Le balisage et la sécurité était au top avec des jets-ski et/ou des Kayaks à quasiment chaque section de natation.

S’il y avait des choses à améliorer, je dirais :

  • Des bouées plus grosses, style bouées gonflables et facilement identifiables.
  • Un ravitaillement après la deuxième sortie d’eau
  • Un peu plus de course type trail autour du lac

Un Ötillö avec les tripes

NadZa Uto 2017

NadZa tema souriants a Uto 2017 photo World of Swimrun / Swimrun France

L’Ötillö c’est une aventure pour tous et toutes, pas que pour quelques équipes devant. Tout le monde a son histoire personnelle qui mérite d’être racontée et lue. François Dubuc nous fait partager sa course avec Nadja Van Camp. Un binôme mixte, international, solidaires du premier au dernier pas.

Nad et moi, la NadZa , on était bleus bites sur l’ötillö cette année. Voici, un compte rendu du truc qu’on a vécu. En espérant que ça donne envie.

En fait je ne sais pas par où commencer.
Et pour éviter le pathos,
Oui, c’était dur
Oui, il y avait du vent, de la pluie du froid et des vagues
Oui j’ai explosé et subi.
Oui j’ai eu peur de ne pas finir

Mais en signant pour cette course lorsque nous avons reçu notre last minute slot après un roll down #notredamedelachatte, on savait que je n’avais pas les 65 bornes de course à pied dans les cannes.

On voulait y aller, c’est tout.
Voir Sandhamn,
Nager le pig swim,
Courir -si possible- le semi d’Ornö,
Et surtout, pleurer à Utö « island of love ».

gueuler devant la Baltique parce qu’il faut se foutre dans de l’eau à 12

Bref, c’est comme ça qu’on se retrouve à 7km de l’arrivée de l’Ötillö Swimrun World championship,après en avoir nagécouru 68, passé le dernier cut off, à gueuler devant la Baltique parce qu’il faut se foutre dans de l’eau à 12 pour commencer les derniers tronçons de la course , 1km de nat en 4 fois et 5 à pied.

Et que ça fait deux heures que je suis sec.
Sec.
Sec.
Et gelé.
Si prêt si loin.

Départ 6h du mat. Il pleut des cordes. Un très fort vent souffle sur l’archipelago.

On a peur. Mais on est bien avec notre peur. Un été studieux fulldoublepullplak, puristes s’abstenir, a gonflé mes épaules autant que ma confiance. Je me sens capable de tenir la baraque en nat. En gérant bien la course à pied et les cut off, ça va passer.

course foretDe fait, le début de course est plutôt soft. La 1ère nat de 1700 rassurante. la flotte n’est pas gelée et j’emmène le 53×11 easy style. En course à pied, ce n’est pas roulant, ça bouchonne un max, permettant d’être relax. Vigilance de rigueur car déjà des abandons sur chute. Les cailloux mouillés sont glissants au possible et malheur à ceux qui confondent vitesse et précipitation. Certains passages à pieds sont quand même scabreux. Limite du 4 pattes, escalade ou descente en rappel pour certaines transitions .

Dans l’eau, ça va toujours bien. Pas mal de courant, pas mal de vent et de houle obligent à s’engager en permanence. Pas question de se la jouer cool « je tourne les bras et j’arriverais bien au bord ». Non, il faut lever la tête souvent pour si besoin corriger le cap, limiter les temps mort pour ne pas dériver et appuyer fort pour lutter contre les vagues, exercice nouveau mais ludique pour les bitos que nous sommes en eaux libres.

On est bien dans nos baskets, à faire ce que l’on sait faire , sans plus. Chaque station de chrono est l’occasion de penser à nos amis, que l’on imagine devant le tracker.

On est comme en pleine mer avec des vagues qui déferlent

36202224084_be865b78ef_oPig swim time. Situé à mi-course, c’est la portion de nat la plus exposée. 1400 m à guetter le point stroboscopique de la sortie d’eau. Là, c’est du brutal. Ça secoue, ça fait même un peu peur. On est comme en pleine mer avec des vagues qui déferlent, qui te poussent vers la sortie. Nad derrière est une boule de flipper, les vagues la propulsent sur moi puis l’éloignent, je sens la corde se tendre et se relâcher et bim la revoilà.

C’est long.

Comme disent les commentateurs du live « it’s dirty, it’s a dirty swim ». De fait tu nages comme un porc avec une idée fixe, atteindre ce foutu point stroboscopique.  Rétrospectivement, c’était trop bon cette bagarre, cet engagement pour avoir le droit de continuer.

Trop bon mais énergivore. Car si la Baltique a des creux, mon estomac aussi, et ça commence à foirer question ravito, Plus grand chose ne passe.

« Plus envie de manger, attention danger »
J’ai creusé ma tombe, le semi d’Orno implacable juge de paix va vouloir m’y allonger. Très vite, sur cette portion roulante, je n’ai plus la force de courir. On essaye de fractionner , d’alterner marche/ petit trot mais peine perdue.

Il pleut, il vente, on se les pèle. Nad passe devant et me tracte en marchant vite pour se réchauffer. Mon challenge perso est d’arriver à me rapprocher d’elle, détendre la corde. Peine perdue. Pendant les 3 heures de ce semi, je n’ai plus de jambes, plus de force, plus d’estomac. Mais j’ai le plus important, ma binôme #serialkilleuse#angegardien.

No more swim, welcome to Utö, island of love

Et c’est comme ça…
qu’après avoir nagécouru 68 bornes, passé le dernier cut off, qu’on se retrouve à 7km de l’arrivée de l’Ötillö Swimrun World championship, à gueuler devant la Baltique parce qu’il faut se foutre encore dans de l’eau à 12 pour commencer les dernières sections de la course , 1km de nat en 4 fois et 5 à pied.

Je suis sec sec sec et gelé.

4 courtes natations à très fort courant, 4 efforts maximum pour ne pas louper l’île, pas le droit de mollir, une fois qu’on se lance, c’est tête dans le guidon.
A bloc.
Tellement peur de craquer.
On gueule tous les deux notre rage, notre envie, notre peur, nos douleurs.
embrassade endLa NadZa au combat.
Un bénévole nous accueille avec un « No more swim, welcome to Utö, island of love » .
Plus trop de souvenir des 4 bornes à pied qui nous amène à la ligne.
On a vu Sandhamn
On a nagé pig swim
On a « couru » le semi d’Orno
Et j’ai pleuré à Utö. »

Z de la NadZa

Photos © Ötillö & World of swimrun / Swimrun France

Les Français/es à l’ÖtillÖ 2017

Retour sur les résultats des Français/es à l’ÖtillÖ 2017. Seize équipes engagées, sept hommes et 9 mixtes, pas d’équipe femme. Dans des conditions difficiles et un parcours exigeant qui font avec le parcours de cette course la référence du swimrun, la bataille chez les hommes a été serrée avec un trio de Suédois intouchables qui ont dominés chez eux. Team Envol avec Nicolas Remirez et Guillaume Heneman se sont accrochés longtemps, et finissent à une belle 6ème place, premiers non Suédois . Team France avec David Hauss Cédric Fleureton finissent en 7ème position.

En mixte la tête de course est partie très fort et Team Colting Wetsuits France Endorphinmag composée de Ludovic Maillard et Sabrina Maurette finissent au pied du podium avec une belle 4 ème place. A noter UL’Team 10  Camille Marchand et Julien Antoine qui entrent dans le top 10.

 

resultats french teams otillo 2017

Swedish Armed Forces remporte l’ÖtillÖ 2017

Swedish Armed Forces, vainqueurs de l’ÖtillÖ 2017
Crédit photo ÖtillÖ live streaming

L’équipe Swedish Armed Forces composée de Jesper Svensson et Daniel Hansson remporte l’ÖtillÖ 2017 en un nouveau temps record de 7h58’06’’. Le temps est remarquable au vu des conditions qui ont combiné pluie, vent et vagues. Suivent deux autres équipes Suédoises, Sailfish team Bröderna Bäver avec les frères Jonas et Lars Ekman et Team Löplabbet avec Oscar Olsson et Martin Flinta. Après 8h de course et au bout d’une course palpitante, les trois équipes finissent dans un mouchoir de poche.

Top 3 result ÖTILLÖ Swimrun World Championship 2017
Men
1. Daniel Hansson and Jesper Svensson (SWE), Team Swedish Armed Forces, 7:58:06
2. Jonas Ekman and Lars Ekman (SWE), Sailfish team Bröderna Bäver, 8:06:40
3. Oscar Olsson and Martin Flinta (SWE), Team Löplabbet, 08:07:40

Mixed
1. Eva Nyström (SWE) and Adriel Young (AUS), Thule Crew/Trispot.se 9:01:31
2. Marika Wagner and Staffan Björklund (SWE), Apollo Sports / Head Swimming 9:02:09
3. Diane Sadik and Rickard Berglund (SWE), Swimrunshop.com, 9:08:52

Women
1. Kristin Larsson and Annika Ericsson (SWE), Team Addnature/Campz, 10:03:32
2. Fanny Danckwardt and Sarah Hansson (SWE), Team Orca Women, 10:49:14
3. Camilla Landén and Lina Byman (SWE) Trispot’s Triathleter, 11:03:05

Complete result list: http://otilloswimrun.com/races/otillo/results-2017/

ÖtillÖ 2017: les Français/es

Voici la liste des Françaises et Français au départ de l’ÖtillÖ 2017 qui démarre demain. Tout le monde y est inclu, Swimrun France s’intéresse à tout le monde… Sept équipes hommes, 9 équipes mixed, aucune équipe femme. Mesdames, le défi est à relever pour 2018 !french teams otillo 2017 b

Les Gravity Races, à la découvertes de paysages, de cultures et patrimoines différents

Swimrun France : Bonjour Marie, Raphael, on a dépassé la mi-saison sportive pour la discipline qui nous anime, vous n’avez pas chômé avec déjà les deux tiers de vos évènements réalisés. Pouvez-vous nous éclairer sur les épreuves 2017 réalisées déjà ?

Marie Croisille : Nous avons proposé deux Swimruns supplémentaires en 2017, une Gravity Race au Lac du Salagou et une Gravi’Découverte en Ile-de-France. Quasiment 900 coureurs ont été présents sur ces deux courses, ce qui est très satisfaisant pour de nouvelles épreuves !

Raphael Rieumal : L’enthousiasme et le retour des coureurs sont très gratifiant pour le travail de toute l’équipe bénévole. L’étape au Lac du Salagou sera reconduite en 2018 mais celle d’Ile-de-France est encore incertaine pour des questions financières : malheureusement la location de la base de loisirs de Jablines-Annet est très couteuse pour notre petite association (8000 euros). Nous espérons que les autorités publiques soutiendront le projet …

SRF : Vos swimruns en lac sont très différents les uns des autres (lac alpin, en région parisienne, le Salagou dans le sud), cette diversité est elle bien acceptée par les athlètes ?

MC : La découverte d’espace naturelle différent est la ligne directrice de la Gravity Race et est certainement la (notre) philosophie du Swimrun. Avant de proposer une épreuve sportive, les Gravity ce sont des découvertes de paysages, de cultures et patrimoines différents. Heureusement notre choix de proposer des Gravity très diversifiées est acceptée 🙂

RR : Au delà de la découverte d’environnement naturel, nous souhaitons aussi proposer d’un point de vue sportif, des niveaux de courses différents et surtout rendre accessible à TOUS la pratique du SwimRun.

SRF : Vous êtes le 1er circuit français (création en 2016) de swimrun, avez-vous vu une évolution dans le niveau, le nombre, le profil des swimrunners ?

RR : Le swimrun étant en pleine croissance, son public évolue forcément … Sur la Gravi’Découverte d’IDF nous avons vraiment ressenti cette évolution : le niveau était très élevé, l’approche et l’ambiance de la pratique très différente que sur les Gravity Race (l’IDF était une Gravi’Découverte = événement pour démocratiser le swimrun). La Gravity race du Salagou était quant à elle dans la continuité de celle d’Annecy sur le plan sportif et humain.

SRF : Le swimrun commence à être plus connu des institutions, notamment avec la délégation de ce sport à la FFTri en début d’année, avez-vous constaté moins de difficultés pour déposer un dossier à la préfecture, ou pour négocier avec les différents acteurs économiques, administratifs ?

MC : Il est vrai que de plus en plus d’acteurs publics et économiques entendent parler du swimrun, ce qui est positif pour le rayonnement de notre pratique sportive. Cette période de transition avec la délégation peut compliquer au contraire nos relations avec les préfectures …

RR : L’enjeu dans les mois à venir sera de trouver un juste milieu entre la préservation des valeurs du swimrun et la création de règles de sécurité fédérales propres au SwimRun (devant être respecter par tout organisateur).

SRF : De nombreux swimrunners se plaignent des prix pratiqués sur les courses en France et à l’étranger, que leur répondez vous en général ? (coût sécurité, ex à donner)

MC : Nous essayons de déterminer le prix le plus juste pour chaque Gravity afin d’au moins faire la balance sur chaque événement. Etant une association notre but premier est de proposer une expérience inoubliable aux swimrunners et de mettre en avant un patrimoine culturel et naturel. Si nous dégageons des bénéfices, ces derniers sont réinjectés dans l’organisation d’autres Gravity 🙂

RR : La sécurité explique en majorité le tarif de certains swimruns. Pour les Gravity nous avons voulu des cadeaux finishers très qualitatifs (Tee-shirt Compressport), ce qui a un coût … Il ne faut pas croire que les partenaires d’une course offrent tout ce que l’on peut voir sur l’événement. La difficulté de la course rentre également en compte car elle fera varier le temps de course, le nombre de secours, les ravitaillements, etc. Ce qui est compliqué aujourd’hui c’est que toutes les organisations n’ont pas les mêmes moyens humains, financiers et logistiques (et n’ont pas les mêmes intérêts et buts) ; il est donc très complexe de comparer le prix de telle ou telle course.

SRF : Ce sera la seconde édition de la gravity race Annecy le 14 octobre prochain, il y aura-t-il des nouveautés par rapport à 2016 ? 

MC : Nous essaierons toujours d’apporter quelques modifications à toutes les Gravity d’année en année. Pour nous c’est un gage de prise en considération des retours des coureurs et de qualité pour le label. Pour le 14 octobre à Annecy, nous avons rajouté des sections natation et modifié certaines zones de Trail 🙂

Petite nouveauté aussi, le « Challenge Natation 1,7 » (certains s’en rappelle je pense…). La dernière natation d’1,7km a été très difficile pour pas mal de Swimrunners, nous avons donc décidé d’en faire un challenge et d’intégrer une partie chronométrée sur cette portion : Les meilleurs nageurs seront ainsi récompensés !

RR : La structuration de nos villages d’arrivée sera vraiment différente à partir d’Annecy : nous souhaitons proposer de véritables villages culturelles, type « sieste musicale », jeunes artistes émergents toute la journée, live painting, activités familiales (initiation à l’escalade, volley, pétanques, food-truck, etc). Venant du secteur culturel, cette nouveauté me tenait à coeur pour essayer de créer un renouveau sur les villages « sportifs » … Nous espérons que cela plaira, dans tous les cas vous êtes tous les bienvenus que ce soit en tant que coureur ou bon vivant sur le village Gravity !

SRF : La saison 2018 se profile déjà, et je suppose que vous avez plein de projets, pourriez vous nous dire si la gravity race fera encore des petits ?

MC & RR : Nous doublons notre quantité de travail pour 2018, nous essaierons de pérenniser Salagou et Annecy et de rajouter d’autres destinations (pas forcement en France). Le projet est aussi d’élargir le label Gravity mais je n’en dirai pas plus, les annonces officielles se feront très rapidement. Dans tous les cas la Gravity restera synonyme de partage, dépassement, patrimoine, découverte et de fun pour 2018 🙂

SRF : Et vous en tant que swimrunner quelles courses vous font rêver ?

MC : J’aimerais franchement essayer chaque course qui existe en Europe ! Certaine sont dans des lieux fabuleux, d’autres avec une ambiance différente, je pense que chaque SwimRun est bon à faire (et fait rêver) !

RR : Ahah beaucoup, mais le temps et le budget nous manque 😉 Nous aimerions vraiment prendre part au swimrun organisée par Marina Ivanova en Russie (Lake to Lake) et un autre dans le sud de l’Europe (course non définie pour l’instant).

SRF : Merci à tous deux

www.gravity-race.com

https://www.facebook.com/gravityraces/

https://www.instagram.com/gravity_race/

 

Dernière préparation pour Cédric Fleureton au Swimrunman de Grenoble avant ÖtillÖ

Dans un peu plus d’une semaine, les championnats du monde de Swimrun vont se dérouler dans l’archipel de Stockholm ( lundi 4 septembre). Dans quelques jours va se dérouler pour la première fois le SwimRunMan de Grenoble (dimanche 27 septembre, Lac de Laffrey), le point commun c’est l’athlète de haut niveau le plus polyvalent du moment : Cédric Fleureton.

Swimrun France : Bonjour Cédric, d’habitude on demande aux personnes de se présenter sportivement mais dans ton cas, les activités dans lesquelles tu excelles sont pléthoriques et tu es déjà bien connu dans le monde de l’endurance. Du coup peut être en introduction, peux tu nous parler de l’année 2017 où tu t’es lancé dans plusieurs championnats du monde ?

Cédric Fleureton : Après 15 ans de triathlon à haut niveau, j’ai ressentie l’envie de couper avec la compétition et le triathlon, mon corps et mon esprit étaient fatigués. J’ai stoppé 3 ans toutes sortes de compétitions et j’ai replongé dans le trail un peu par hasard et sans prétentions. Rapidement j’ai eu de bons résultats mais surtout j’ai repris plaisir à me ré entrainer et faire des courses. J’ai été champion de France trail court 2014, 2015 et 2016, et fin 2016 j’apprenais que j’étais retenu en équipe de France pour les championnats du monde 2017 de trail. Durant l’hiver j’ai eu une blessure à l’ischio-jambier, la marque BIANCHI m’a prêté un bon vtt et j’ai donc fait quelques sorties vtt pour compenser le manque de course et jouer sur les transferts. Les sensations étant bonnes, l’idée de refaire un peu de triathlon version Xterra (nat/vtt/trail) en 2ème partie de saison a germé dans ma tête et je me suis fixé comme objectif de refaire les championnats du monde Xterra à Hawaï en octobre prochain. Course que j’ai faite 10 ans plus tôt mais qui s’est mal terminée puisque j’ai cassé ma chaine alors que j’étais en tête de course. J’ai fait l’annonce de mon retour au triathlon sur les réseaux sociaux et quelques semaines après mon ami David Hauss me proposait de prendre part à l’aventure Ötillo avec lui. Je n’ai pas réfléchi longtemps et c’est devenu mon 3ème objectif de la saison.

SRF : Comment as-tu connu le swimrun et qu’aimes tu dans ce sport ?

CF : Avec un certain Jean-Marie et François Xavier ;-). Une invitation informelle dans les calanques de Cassis un été de 2015. J’ai adoré de suite ce sport, jouer avec les éléments et être au plus près de la nature ça me fait kiffer. Ça faisait longtemps que j’imaginais dans ma tête une formule où je pouvais parcourir une distance en traversant des étendues d’eau, et là je le concrétisais c’était fantastique !

SRF : Avec David Hauss vous faites une équipe très compétitive, il reste à accumuler de l’expérience, comment vous y prenez vous ?

CF : Sur le papier en effet on a tout pour être très compétitif, après il faut rester humble par rapport au fait que ce sport requière beaucoup d’expérience. Je pense qu’il faut le prendre comme un sport à part entière et non comme l’enchainement de portions de course et de natation. Pour l’expérience c’est simple on est au niveau 0. Omis de nombreuses années de pratique en sports d’endurance et enchaînés, associé à une solide connaissance de nous-même on part de rien. ÖtillÖ sera notre baptême du feu.

SRF : Avez-vous le temps de vous entrainer ensemble malgré vos emplois du temps surchargés ?


CF : La seule chose qu’on a pu faire ensemble c’est un test matériel et quelques images en action pour France 2. David étant encore engagé dans pas mal de triathlon et trail, moi en trail et bossant en temps plein on n’a pas eu l’occasion de se tester ensemble sur la discipline.

SRF : C’est bientôt l’OtillO (4 septembre), quelle va être votre état d’esprit à l’abord de cette première participation ?

CF : On est tous deux compétiteurs dans l’âme, on prendra le départ pour représenter au mieux nos couleurs comme on l’a toujours fait mais il est vrai qu’on part un en terrain inconnu, ce sera excitant 😉

SRF : Le Swimrunman de Grenoble est pour toi un vrai test de matériel, sur quelle distance t’es tu engagé ?

CF : Je fais le format sprint, ce sera un test et une prise de repères.

SRF: merci Cédric

http://www.swimrunman.fr/grenoble/

http://otilloswimrun.com/races/otillo/

Crédit photo : Akunamatata (extraites de la traversée Cassis Luminy aout 2015)

Stéphane et Jean Nicolas les vieux neptuniens sur le toit du monde – ROTW

Stéphane et Jean Nicolas ont vécu une aventure hors du commun dans le monde du swimrun en allant au « Roof of the world » swimrun, littéralement « le toit du monde ». Un swimrun situé à une altitude de près de 3900 m au Lac Karakul, Tadjikistan. Conditions extraordinaires évidemment, mais ce ROTW c’est aussi un voyage qui va bien au delà du sport. Si la géographie façonne la course, elle polie la culture et charpente les peuples, c’est aussi cela qui a fait briller des yeux de nos deux frenchies.

Swimrun France: Bonjour Stéphane et Jean-Nicolas dit les « vieux Neptuniens », tout d’abord pouvez vous nous faire une courte présentation ? Et surtout pourquoi les « vieux Neptuniens » ?

Jean-Nicolas Mehr : je fais de la natation depuis que j’ai 5 ans et de la compétition depuis que j’ai 10 ans. Mon père était militaire donc j’ai beaucoup voyagé en France et à l’étranger ce qui m’a fait découvrir d’autres sports, j’ai même joué au rugby à 7 à Mayotte. Après un diplôme d’ingénieur et un master en finance, je suis monté à Paris pour travailler. C’est pourquoi depuis 2010, je nage au Neptune Club de France et depuis 2011 je participe aux compétitions Masters. Le nom de notre équipe vient de là, en 2016 avec Stéphane nous avons participé à l’Otillo Engadin et il fallait trouver un nom d’équipe. Vieux pour masters et Neptuniens pour Neptune Club de France.

Stéphane Jay : Je suis nageur au Neptune Club de France depuis 7 saisons, au départ pour me perfectionner aux longues distances eau libre du triathlon mais j’ai vite été piqué au jeu des championnats Masters. J’ai pratiqué par ailleurs la CàP et le triathlon amateur pendant de  nombreuses années (semis et marathons, ironmans). J’ai découvert plus récemment le trail et l’ultratrail, un peu marre de l’asphalte et surtout goût prononcé de la nature sauvage et des nouveaux défis. J’ai deux Diagonales des fous à mon actif (2015,2016 et je prépare ma troisième édition en ce moment dans les Pyrénées, après les cîmes Tadjiques. Avec la natation Eau-Libre et le Trail quoi de plus logique que de pratiquer le Swimrun, nouvelle discipline à partager entre amis, et que nous pratiquons dans des endroits toujours superbes.

SRF : Vous avez participé à l’épopée du swimrun ROTW (Lac Karakul, Tadjikistan) qui a eu lieu entre le 24 et 29 juillet, quel est le dosage entre aventure, performance, inconscience qu’il faut pour s’y lancer ?

JNM : Épopée c’est le bon mot! Pour moi le dosage c’était 80% aventure, 20% performance et 0% inconscience. Ma principale motivation pour aller à Karakul était de couper complètement avec le quotidien, de sortir de ma zone de confort. Le swimrun n’a été qu’un prétexte pour l’aventure. Je n’avais jamais été aussi haut de ma vie donc pour moi la performance se situait là, voir si j’étais capable de m’adapter, de tester mes limites aussi. Je n’y suis pas allé pour battre des records mais pour prendre du plaisir. Je ne pense pas que l’on puisse parler d’inconscience, certes l’aventure est unique et sort des sentiers battus mais que ce soit d’un point de vue de la sécurité ou de la faisabilité de l’épreuve nous avions des garanties et Tony nous avait prévenu donc nous savions dans quoi nous nous lancions.

SJ : Aventure magnifique, inattendue, inouïe avec  0% inconscience, c’est évident. Après, il est vrai que l’Aventure à 100% a été composée de belles découvertes, de rencontres, de la préparation de notre swimrun jusqu’à l’épreuve.

SRF : Le coté logistique est déjà un entreprise en elle-même d’après votre récit, auriez vous des conseils à donner aux frenchies qui souhaitent s’y rendre ?

JNM : la première chose est de contacter Tony, il connaît très bien la région et organise les voyages parfaitement. Ensuite il faut savoir que le voyage prend du temps pour arriver à 3900m à Karakul. Il y a deux possibilités : en 14j depuis Douchanbe ou en 4/5j depuis Bishkek. L’acclimatation est vraiment importante, pour ne pas être malade pendant une semaine une fois à Karakul. Nous avions pris Pegasus Airlines pour nos voyages en avion et ils ont de bons appareil même en vol intérieur (ma principale crainte était d’avoir un Antonov à hélices de l’aire soviétique pour les vols intérieurs). Un conseil aussi si vous avez le temps, apprenez quelques bases de Russe, ça facilitera énormément la communication sur place.

SJ : Le voyage est très facile malgré tout, sauf peut-être si vous n’êtes jamais sortis de nos frontières européennes. C’est un grand voyage, dans des paysages superbes, hors zone de confort comme le dit JN. Apprendre quelques rudiments de Russe s’avèrera utile dans ces régions qui s’ouvrent au tourisme.

SRF : Outre la barrière de la langue se greffe la délicate question de l’acclimatation à l’altitude en mode trail et natation, le lac Karakul culmine tout de même à 3600 m, qu’avez-vous constaté à votre niveau ? (maux tête, essoufflement, insomnie etc..) Des conseils à donner ?

JNM : (3900m en fait pour le lac et le village de Karakul). En ce qui concerne l’acclimatation, nous avions choisi de faire deux nuits à 3600m avant d’aller à Karakul. Je n’ai pas ressenti de maux particuliers à part un essoufflement rapide à l’effort au début. Cependant au bout de 24h, l’essoufflement était moins important et même si je n’avais pas les mêmes capacités respiratoires je pouvais courir sans gêne. En ce qui concerne la natation, je n’ai ressenti aucune gêne particulière surtout que nous n’avons jamais fait de sprints dans l’eau donc pas d’essoufflement. Au cours du voyage, on nous a conseillé de boire du thé vert pour aider contre les maux de l’altitude et même si je n’étais pas spécialement convaincu, je l’ai fait et tout s’est très bien passé.

SJ : J’ai déjà voyagé à de telles altitudes, principalement dans l’Altiplano. Pour atteindre 4000m, il est préférable de monter par paliers pour éviter le mal des montagnes. Chacun réagit très différemment, certain y échappe, d’autres ont des violents maux de têtes, parfois même dangereux. J’ai eu une migraine au réveil à Sari Tash à 3600m, rien à la passe à 4200 en montagne, des petits flottements parfois à Karakul. Le thé est excellent, principalement pour l’hydratation, il faut beaucoup boire en altitude. Pendant l’effort de la course, j’ai eu quelques difficultés à reprendre mon souffle pendant les transitions après avoir nagé encordé avec mon binôme, aucun souci pour la course et marche rapide pour escalader les obstacles en revanche.

SRF : Vous y êtes allé pour le swimrun bien sûr, mais le ROTW c’est plus qu’un SR, n’est ce pas ? (une anecdote sur vos actions avec l’école)

        JNM : Effectivement nous sommes partis pour faire un swimrun mais finalement ce n’était qu’une demi-journée au milieu des 6 jours passés à Karakul. Nous avons découvert sur place que les bénévoles de l’organisation avaient mis en place un programme d’aide à la population locale à l’école du village et que nous étions les bienvenus pour aider également. Ce qui me revient à l’esprit en premier c’est le samedi, le lendemain du swimrun. Les organisateurs avaient prévu de faire un riz pilaf pour tout le village, nous nous sommes alors retrouvé à couper les légumes et trier le riz et tous les villageois sont venus nous voir faire car visiblement ils ne s’attendaient pas à nous voir là. Ça a été un très beau moment de partage.

SJ : Autre anecdote, notre participation au cours d’anglais où les petits villageois nous ont « adoptés » et considérés immédiatement comme des élèves lambdas, en nous posant des questions. Puis, il y a eu l’atelier de confection des « chevaux de bois » avec des chaussettes, de la laine, du fil et des aiguilles, des manches de pelles et nous étions parés pour un match de polo-basket dans la cours de l’école. Les petits moments d’apprentissage de quelques petits tours de magie a aussi été un bel instant.

SRF : Pendant la course, d’après votre compte rendu on a l’impression que le chrono cède la place à l’expérience du moment présent, à l’entraide ?

JNM : La course a été très particulière pour plusieurs raisons. Nous avions décidé de rester les deux équipes ensemble car les suédois n’étaient pas très bons nageurs et nous avaient demandé de les aider sur les parties nagées en s’encordant avec eux. De plus Stéphane et moi ne connaissions pas le parcours donc nous devions rester avec eux. En effet le parcours avait été établi sur carte et nous l’avons adapté au fur et à mesure de la course en particulier sur l’île où personne n’avait pu se rendre avant la course. Il n’a jamais été question de chrono mais uniquement de profiter des paysages magnifiques ensemble.

SJ : C’est dans l’esprit de notre sport : l’aventure à deux d’abord, mais aussi avec les autres binômes. Ici, il s’agissait d’une première. Nous étions deux binômes. Chris a préparé cette course « sur plan » pendant deux ans, a pu effectuer deux demi-journées de reconnaissance avec Maja pour définir au mieux la plus part de la course, mais des zones d’ombre persistaient, notamment le passage sur la grande île. Nous avons mélangé nos équipes pour ne plus en faire qu’une ! Nous avons encordés nos binômes, les nageurs devant, nous avons courus après Maja qui maintenait un bon rythme, mais avons surtout savouré cette aventure humaine à 4, 4 nouveaux amis pour longtemps.

SRF : Quel est l’aspect de la course qui vous a le plus marqué ?

JNM : L’environnement dans lequel nous avons eu la chance d’évoluer. Sur les parties course à pied, le paysage lunaire avec uniquement de la roche, les chaînes montagneuses enneigées en arrière plan, les différents bleus de l’eau du lac. Tout était magnifique. Pour la course en elle même, ce qui m’a le plus impressionné ce sont les ascensions avec des pentes vierges de tout chemin et dans lesquelles il faut inventer son propre tracé. Ça ajoute une complexité technique à laquelle je ne suis pas habitué.

SJ : Tout est dit dans les quelques sensations partagées de JN. On ne sent plus l’eau froide, on respire bien, on est dans un cadre majestueux qui fait pousser des ailes, l’excitation de réaliser quelque chose d’unique est là, c’est en train d’avoir lieu et on le fait, on l’a fait.

SRF : Quel est l’aspect hors de la course qui vous a le plus marqué ?

JNM : Sans aucun doute le rapport avec la population locale et en particulier les enfants. Nous avons passé beaucoup de temps avec eux en jouant au football, faisant voler des ailes de kites, participé à des ateliers à l’école avec eux. Beaucoup de moments de partage avec énormément de sourires qui nous ont fait le plus grand bien.

SJ : La communauté de Karakul nous a accueillis les bras ouverts. Avec leur cœur. Nous avons sympathisé et joué avec beaucoup d’enfants. L’un deux, à qui j’avais donné des biscuits chocolatés pour le remercier de nous avoir aidés à remonter le matériel de Polly de la plage à la guesthouse, m’a interpellé le lendemain matin pour m’offrir une petite pomme. Enorme cadeau, il n’y a pas un arbre à cette altitude et les fruits sont une denrée rare. Echange, sourires et bonheur partagé.

SRF : Après une telle course, avez-vous pensé déjà à d’autres Swimruns aventure exotiques ?

JNM : à vrai dire non pas pour le moment. Du moins pas concrètement car c’est sûr que je ferai d’autres aventures exotiques swimrun mais ça reste un concept pour l’instant. Déjà je fini de digérer tout ce que nous avons vécu à Karakul et j’aurai tout l’hiver pour réfléchir à l’avenir.

SJ : Nous ferons d’autres aventures et relèverons d’autres défis, c’est certain. C’est dans les gènes Les Vieux Neptuniens. Pour battre ce record de Swimrun en altitude il reste un lac navigable plus haut que Karakul. En plaisantant avec Chris, notre aventurier inventeur, nous avons déjà évoqué ensemble un challenge sur les îles du lac Titicaca… Qui sait ? …

https://www.facebook.com/ROTWSwimrun/

Le récit très complet des vieux neptuniens est ci dessous

http://www.mehr.fr/lesvieuxneptuniens/CR_ROTW2017.html