Le Swimrun dans Sportstratégies

Le décollage d’un sport en France est toujours un moment particulier, c’est à ce moment que se cimente les valeurs, les traditions d’un sport. Peggy Bergère (@pegbergere), journaliste et ancienne athlète de haut niveau s’intéresse de près à ce sport outdoor tendance puisqu’elle a même mouillé  le maillot sur le swimrun de la cote vermeille avec Stéphanie Cano (ancienne capitaine de l’équipe de France de Handball). Peggy est l’auteur déjà de plusieurs papiers dans l’équipe, et là elle décrypte pour nous le phénomène swimrun dans les pages de Sportstratégies.

Swimrun France : Bonjour Peggy, peux tu te présenter brièvement ?

Peggy Bergère : Je suis une ancienne sportive de haut niveau… de hockey sur gazon. Après une vingtaine d’années de carrière dont 10 en équipe nationale et un an en Hollande, LE pays du hockey,, j’ai stoppé net mon parcours sportif en 2006 pour me consacrer à ma carrière professionnelle de journaliste à L’Equipe.fr. Pendant une dizaine d’années, j’ai privilégié le travail au sport et quasiment stoppé toute activité sportive. Je ne m’y suis remise que très récemment en partant du niveau zéro. Pour moi, cela reste aujourd’hui très compliqué de me voir « ramer » en course à pied alors que j’avais un bon niveau étant plus jeune, mais le principal reste « de bouger et faire quelque chose ». Au niveau professionnel, je suis co fondatrice d’une agence de communication dédiée au sport qui s’appelle Plein Zoom (www.pleinzoom.com). Avec mon associé fondu de sport lui-aussi (Pascal Boutreau) et adepte des courses ultra (et ex Grand Reporter à L’Equipe), nous sommes spécialisés dans le sport et créons des contenus pour la presse, les événements, les fédérations… Nous intervenons notamment sur toute la partie stratégique et digitale avec des contenus allant de la rédaction aux supports vidéos. Tous les deux sommes amoureux du sport, de ses vertus, ses rencontres, ses émotions…

SRF: Tu as participé en tant que concurrente mais aussi en tant que journaliste au Swimrun de la Cote Vermeille 2017 (la moyenne distance). Comment cela s’est-il passé ? As-tu appris des choses que tu n’avais pas anticipées ?

PB : Pour commencer, cela a été une nouvelle expérience… géniale ! Je connaissais le Swimrun pour être allée accompagner des amis à Cadaquès l’an passé, mais sans plus… J’ai découvert un site, une discipline qui m’a donné envie, sans en connaître réellement les codes. Je m’y suis intéressée de plus près en rencontrant Jean Marie Gueye au Marathon des Sables en avril dernier, où je travaillais comme journaliste pour L’Equipe Ilosport, Sports Stratégies et le magazine les Sportives. Nous avons échangé, et voyant la discipline émerger de plus en plus en France, je me suis dit qu’il y avait des histoires à raconter, ne serait-ce que celle de l’arriver du Swimrun en France… Par rapport au Swimrun de la Côte Vermeille, j’ai été contactée par Hélène Tzara via Sylvain (Rousselat, un des co-organisateurs) pour rédiger des papiers. L’attrait croissant pour l’activité en France m’a offert la possibilité de rédiger des articles pour Ilosport… à condition d’y participer. J’ai eu la chance de pouvoir m’aligner en binôme avec une ex championne du monde de handball (en 2003, Stéphanie Cano), toujours en possession de réelles capacités physiques, aussi bien sur terre qu’en mer… Et heureusement ! Community Manager pendant le tournoi de tennis de Roland Garros, je n’ai pu m’entrainer pendant 3 semaines, et suis arrivée sur la Côte Vermeille avec pas grand chose dans les bras ni dans les jambes. La longe m’a sauvé la vie (et je n’exagère presque pas !). Elle a clairement permis de nous niveler : particulièrement adepte de l’effort physique, elle a pu « s’arracher » et se dépenser comme elle a voulu, là où moi j’ai misé sur mes « restes », bien insuffisants pour clore la distance imposée (24 km). Ce « détail » m’a particulièrement marquée. Avancer en binôme est un énorme plus, pendant et après la course… Ca a été génial de partager les galères et les bons moments ensemble, de franchir la ligne d’arrivée ensemble et encore aujourd’hui de reparler de cette aventure, car il s’agit d’une réelle aventure…

SRF: Quel potentiel vois tu dans ce sport très jeune encore ? En quoi se diffère t-il d’autres sports d’endurance outdoor ?

PB : Il y a tout un coté sport nature dans des endroits privilégiés qui est top ! Se retrouver à nager au dessus des poissons, dans de l’eau cristalline avec des fonds marins à couper le souffle relève du bonheur. Courir en milieu naturel avec des vues de malades est tout aussi prestigieux. La difficulté physique est remplacée par ce partage, cette beauté… La compétition existe, mais à son niveau. Je veux dire par là que vous pouvez autant vous aligner pour gagner, que juste pour les yeux. Que vous pouvez être amenés autant à côtoyer des athlètes olympiques (Carole Peon et Jessica Harrison sur la Côte Vermeille, victorieuse de la Moyenne), que des personnes lambda… Tout le monde se mélange et partage un truc dans un lieu unique. C’est une autre façon de découvrir des territoires, de profiter des lieux… Et avec une petite bière en passant la ligne d’arrivée, c’est encore meilleur. Pour tout cela, merci !

http://www.sportstrategies.com/

2017 Swimrun Equipment Test – les chaussures

Outre les combinaisons, les chaussures constituent l’élément le plus important dans l’équipement de swimrun. Premièrement, les chaussures doivent bien s’adapter aux pieds et être confortables. De plus, le comportement de la chaussure dans diverses configurations : forêt, rochers, singles à la fois sur terrain sec ou mouillé doit être pris en compte. Puisque vous allez devoir nager avec (du moins la plupart d’entre nous) il y a aussi l’aspect de l’évacuation de l’eau, et la performance dans l’eau. Néanmoins, il y a des points cruciaux à vérifier lorsque l’on envisage d’acheter une paire de running pour le swimrun : le poids et l’évacuation d’eau. Peut-être que vous regretterez la chaussure de running classique avec beaucoup de drop et de stabilité, mais la plupart des running de swimrun sont plutôt neutre et avec peu de drop. Dans le swimrun, c’est beaucoup une question de poids et de drainage mais aussi de la trainée hydrodynamique dans l’eau. Donc, le « plus » est le « moins » lorsque vous avez à nager avec vos running. Amorti ou stabilité ne sont pas les plus importants car les plus grosses sections de course à pied en swimrun font rarement plus de 8 ou 10 km.

Fin mars World of Swimrun (WoS), Swimrun France (SRF) et Swimrun Germany (SRG) se sont réunis à Marseille, France pour réaliser le 1er test d’équipement à l’échelle internationale. Pendant 4 jours, l’équipe a testé et discuté de produits issus de près de 40 marques d’équipement sportif, parmi elles, 10 modèles de chaussures de running. À l’inverse des conditions habituellement calmes de la Calanque de Sormiou, Marseille, le test s’est déroulé sous des conditions climatiques extrêmes, pluie, vents tempétueux, vagues importantes, fort courants puis enfin du soleil.

Chaque paire a été testée par l’équipe et notée de 1 (mauvais) à 5 (excellent), et s’il y avait une caractéristique notable, un commentaire a été écrit lors du test.

Cliquer pour agrandir

Glossaire

Weight : poids

Overall comfort : confort global

Grip dry : accroche sur sec

Grip wet : accroche sur mouillé

Fit dry : tenue du pied dans la chaussure à sec

Fit wet : tenue du pied mouillé dans la chaussure

Inner slide : glissement du pied dans la chaussure

Comfort  on trail : Confort sur route typé trail

Comfort on tarmac : Confort sur bitume 

Brooks Pure Grit 4

Une paire légère de trail running avec un amorti souple. Le mesh supérieur est confortable quand il est au sec. Nous avons manqué de grip sur rochers mouillés. Quand les runnings sont mouillés, la chaussure s’alourdit et la tenue au pied diminue.

 

Icebug Acceleritas 5 RB9X

La paire gagnante du test avec l’inov-8 X-talon 200. L’Acceleritas est hyper flexible, dynamique avec une très bonne performance sur rocher mouillé grâce à sa semelle fait en matériau RB9X. Développée pour le swimrun, elle combine accroche, légèreté et drainage. Vous ne ressentirez pas son manque d’amorti tant que vous n’abordez pas des longues portions en run sur bitume (rare en swimrun). L’Acceleritas est l’une des rares paires testée qui peut se replier et se mettre sous la combinaison.

 

Icebug Zeal 3 RB9X

La Zeal a été conçue pour les courses à obstacles. Son accroche, comme l’Acceleritas 5 est excellente sur terrain sec ou mouillé. La protection latérale du pied dans la chaussure est un peu dure et raide, donc on l’a trouvé un peu rigide, mais elle reste bonne dans des conditions techniques. Le drainage est un peu moins efficace que la version 5

Inov-8 Roclite 290

La Roclite est une chaussure de trail très confortable avec l’accroche typique d’Inov-8. On apprécie sa performance sur les trails. Mais ce n’est pas une chaussure faite pour le swimrun. Dans l’eau la chaussure s’alourdit et la tenue du pied n’est plus assurée. Il y a d’autres chaussures d’Inov-8 qui sont bien plus adaptées pour le swimrun.

 

Inov-8 X-Talon 200

Voici notre seconde paire gagnante ! La X-Talon 200 allie la fameuse accroche de la marque Inov-8 et une bonne évacuation d’eau. Comme les Acceleritas, elles sont moins confortables sur le bitume. L’amorti n’est pas aussi dur que l’Icebug, elle est donc plus adaptée pour les longues parties en course à pied que l’Icebug. Son appellation « standard fit » autorise tenue et confort pour les pieds larges.

 

LaSportiva Bushido

Une autre célèbre paire de trail running. Son terrain de jeu est plus sur les trails techniques des Alpes. La semelle extérieure est assez dure et raide, elle procure un bon grip sur rochers, mais du coup elle manque de souplesse. Une bonne chaussure de trail mais seulement pas faite pour le swimrun.

LaSportiva Helios SR

Légère, bonne accroche sur la plupart des terrains et très confortable grâce à son épaisse semelle extérieure. Elle prend la seconde place à égalité avec la Salomon Amphib. Peut-être plus difficile à porter pour les pieds larges avec sa « coupe de pied italienne » relativement étroite.

Merrell Avalaunch Tough Mudder

Une autre paire de chaussure développée pour les courses à obstacles. L’Avalaunch est plus flexible et légère que l’Icebug Zeal. C’est la chaussure « surprise » du test. La petite guêtre en néoprène protège effectivement les lacets mais sur les longues portions de run elle a tendance à chauffer le pied.

Salming Elements

Bonne  accroche, bonne évacuation d’eau. En 2016, elle fut une des premières chaussures dédiées au swimrun. Il n’y a pas eu de modifications depuis sur ce modèle. Dans notre test elle a été notée dans la moyenne sur la plupart des critères.

 

Salomon S-Lab XA Amphib

La plus onéreuse des chaussures de notre test comparatif. Bonne accroche comme attendue pour une chaussure Salomon. Elle a été notée comme la meilleure en évacuation d’eau et son comportement dans l’eau. C’est aussi une des paires que l’on peut replier et ranger dans sa combinaison.

Vivobarefoot Primus Trail Soft Ground

Vivobarefoot est devenu un partenaire technique du circuit ÖtillÖ, ils développent leur propre modèle de swimrun. Dans notre test nous avons eu seulement accès à leur modèle de trail running qui n’est pas très équilibré d’après nous. Une chaussure légère minimaliste avec une semelle épaisse et lourde. Parfaite pour se plier grâce à une grande flexibilité. Mais nous ne la recommandons pas pour les longs runs. Vous devrez être aguerris en termes de zéro drop si vous partez avec cette paire de chaussure.

Pourquoi se soucier d’un critère de « pliabilité » pour une chaussure ?

La grande majorité des swimrunners n’enlèveront jamais leurs chaussures avant une partie de nage, bien qu’il a été prouvé par des nageurs performants que l’on peut nager plus vite sans. Mais alors où les ranger ? Les mettre dans un sac bouée derrière vous est envisageable à l’entrainement, mais certainement pas en compétition. Alors l’unique possibilité est de les ranger à l’intérieur de la combinaison. La plupart des exemples montrent un rangement au creux des reins sous la combinaison. Et même plus rarement sous la combinaison au niveau des cuisses. Ce positionnement dans la combinaison nécessite une flexibilité du matériau afin de plaquer et faire épouser la chaussure au corps.

C’est à vous d’essayer ce qui marche pour vous – perdre du temps à nager avec des chaussures ou bien perdre du temps à les sortir et les remettre.  Et penser à débarquer hors de l’eau pieds nus – ce n’est pas toujours une bonne option.

Est-ce que ma paire de trail running bien aimée est faite pour le swimrun ?

Pourquoi pas – Notre test n’est pas une étude exhaustive. Tout d’abord, sortez et testez vos chaussures en conditions mouillées pour se rendre compte si elles sont ok. Vous n’avez pas à aller directement nager avec, simplement faites quelques pas dans une rivière ou cours d’eau pour les immerger. Puis allez courir : sont-elles toujours ajustées à vos pieds ? Se sont-elles gorgées d’eau ? Si tout est ok, alors la prochaine étape est d’essayer de nager avec.

Ne soyez pas trop soucieux des ampoules potentielles. Ce n’est pas vraiment un problème lorsque tout est ajusté : vous, l’eau, les chaussures et les chaussettes ( !). Les chaussettes feront office de protection contre les gravillons ou grain de sable que l’on trouve sur les plages ou aux abords de lacs. Pour les chaussettes nous recommandons d’avoir une légère compression pour un bon ajustement même lorsqu’elles sont mouillées. Taille basse ou haute, cela dépend de vos goûts.

Faites-vous plaisir ! Sortez et venez essayer ce sport sensationnel.

Cordialement – Les équipes de WoS, SwimRun France & SwimRun Germany

Merci !

Nous tenons à remercier tous les fabricants qui nous ont aidés en nous fournissant l’équipement pour nos tests :

AquaShpere Bagheera * Barracuda * BrooksCamaro Colting Decathlon Garmin Glorify Gococo Head Huub Icebreaker Icebug

Inov-8

La Sportiva Malmsten Merell Mobi * Mugiro Nabaji New Wave Nike Nu Orca Pan Utter Racepaddle

Rando Running Marseille

Restube

Salomon Sony Speedo Strokemakers Suuntoo TYR Vivobarefoot Zoggs Zone3 www.swimrunshop.eu www.wiggle.co.uk

Nous voulons aussi remercier tout particulièrement www.randorunning.com Marseille (Alexandre Terral) de nous avoir aidé pour la logistique, les parents de Fix de nous avoir hébergé et finalement à vous tous swimrunners pour vos échanges et vos nombreuses intéressantes questions.

N’oubliez pas de lire aussi :

  • le test comparatif des combinaisons : ici
  • le test comparatif des lunettes : ici

2017 Swimrun Equipment Test – les combinaisons

Les combinaisons sont incontestablement une pièce maitresse dans la panoplie d’un swimrunner tant à l’entrainement qu’en compétition. Elle doit pouvoir assurer une bonne flottaison, une isolation thermique dans l’eau mais aussi être adaptée à la course à pied en ouvrant les fermetures dorsales ou ventrales, voire carrément en baissant la partie supérieure  de celle-ci au niveau des hanches durant des conditions de chaleur importantes. C’est une différence majeure comparée aux combinaisons utilisées pour l’eau libre ou triathlon, elles, uniquement destinées à être portées en natation. Une bonne combinaison de swimrun doit s’ajuster au corps correctement, or nous avons tous différents besoins. Car nous sommes bâtis d’une certaine façon, c’est-à-dire en terme scientifique nous présentons des différences morphologiques : mésomorphe, endomorphe ou ectomorphe (voir graphique ci-dessous)

Fin mars World of Swimrun (WoS), Swimrun France (SRF) et Swimrun Germany (SRG) se sont réunis à Marseille, France pour réaliser le 1er test d’équipement à l’échelle internationale. Pendant 4 jours, l’équipe a testé et discuté de produits issus de près de 40 marques d’équipement sportif, parmi elles, 10 combinaisons différentes de swimrun. À l’inverse des conditions habituellement calmes de la Calanque de Sormiou, Marseille, le test s’est déroulé sous des conditions climatiques extrêmes, pluie, vents tempétueux, vagues importantes, fort courants puis enfin du soleil.

Puisque la plupart des courses ont un ratio de natation inférieur à 20%, la sensation à pied et les qualités de la combinaison en mode running sont vraiment essentielles. La difficulté de comparer les combinaisons entre différents modèles vient du fait que certaines sont livrées entières (couvrant l’extrémité de jambes) alors que d’autres sont à la base coupées au dessus du genou (e.g. shorty). Toutefois comme la majorité des swimrunners finissent par couper leur wetsuit, notre test a pris le parti de traiter tous les modèles comme s’ils avaient une version coupée au genou.

Chaque item a été testé par l’équipe et noté sur un score entre 1 (mauvais) à 5 (excellent), et s’il y avait une caractéristique ou une fonctionnalité notable, un commentaire écrit a été consigné lors du test.

glossaire:

Overall evaluation score : note globale

Brand : Marque, fournisseur

Year Launched : Année de sortie

Approximate price : Prix moyen

Material used : Matériau utilisé

Zipper placement : Position des fermetures zip

Pull-cord attachment : Point d’ancrage pour tractage

Whistle : Sifflet

Pocket displacement : position des poches

Reinforced buoyancy : flottabilité renforcée

Gender : Sexe

Vainqueur au général

Même si les modèles testés visent des marchés niches différents, le vainqueur au général s’est révélé être la combinaison 2017 Colting SR02. Sa souplesse, son hydrodynamisme et ses qualités en course à pied ont fait d’elle la combinaison favorite de l’équipe. La médaille d’argent revient à la nouvelle 2017 Orca RS1, coupée court aux jambes et un sentiment globalement positif en nage et en course à pied. La dernière à être sélectionnée dans le trio de tête est la nouvelle marque entrante sur le marché : l’Utter Pan. Néanmoins, ce choix s’est fait de très peu tant les autres combinaisons présentes dans le test avaient une note globale très proche.

 

 

 

 

 

 

Colting SR02 : la gagnante du test et la favorite de l’équipe des testeurs

Durant le weekend de test, la Colting SR02 est vite devenu l’élue de l’équipe. Elle était non seulement la plus rapide dans l’eau, mais elle était celle qui procurait les meilleures sensations en course à pied. Cette combinaison possède des panneaux de matériau à l’élasticité spécifique course à pied derrière les cuisses et au niveau des fessiers. Des panneaux de 1.5 mm sont situés sur le coté des cuisses afin de procurer un degré de liberté maximale aux jambes. L’ajustement général est excellent et la Colting SR02 fait presque office de seconde peau. Même si la conception de la Colting est destinée à toutes les corpulences, le morphotype endomorphe (voir schéma plus haut) aura la sensation d’être comprimé au niveau du torse étant donné que les 4 poches devant ont tendance à limiter la flexibilité du matériau. Toutefois, les fermetures avant et arrière autorisent facilement le pliage du haut de la combinaison autour des hanches pour une meilleure ventilation. La Colting a offert la meilleure flexibilité au niveau des épaules lors du test de nage et n’a pas engendré d’irritations au niveau du cou (un défaut assez commun pour de nombreuses combinaisons). Les panneaux d’épaisseur importante sur le devant des cuisses apportent une flottabilité accrue exemptant l’utilisation d’un pull-buoy. Les 4 poches antérieures nous ont semblé un poil petites, deux d’entre elles ne disposant pas de velcro de fermeture dans l’optique de faciliter la sortie ou entrée de matériel.

La Colting est vendue avec jambes longues, mais la plupart des gens vont en couper le bas,  et les garder comme manchons, voire les utiliser avec les Swimcalf Colting (chaussette longue avec coussinet antérieur intégré de 14 ou 15 mm d’épaisseur)

 

ORCA RS1 : un restyling 2017 à succès

La nouvelle Orca RS1 attire l’œil c’est certain, et l’équipe a apprécié son design et couleurs. Cette combinaison intègre des nouveautés par rapport au modèle 2016 qui comportait deux zips, jambes courtes, manches longues et un panneau de 6 mm sur le devant des cuisses pour accroitre la flottabilité. Le modèle 2017 Orca RS1 débarque avec jambes courtes, manches longues amovibles et sans fermeture zip arrière. À l’utilisation le retrait et enfilage des manches s’est bien passé, une fois les manches passées aucune entrée d’eau n’est à déplorer entre la combinaison et les manches amovibles. C’est une option très intéressante lors des passages en eau plus ou moins froide. La combinaison peut toutefois paraître serrée pour les personnes ayant des bras forts. Les désormais 10 mm de néoprène (au lieu des 6 mm de 2016) sur les cuisses engendrent une bonne flottabilité et position dans l’eau. La plupart des athlètes utilisant l’Orca pourront probablement se passer du pull-buoy tant la flottabilité est de celle-ci est notable. Le comportement de la Orca RS1 en mode running s’est révélé meilleur qu’anticipé,  la surépaisseur de néoprène ne nous a pas dérangé. L’équipe a néanmoins fait part de son manque de zip au niveau du dos. Sans ce zip arrière il est pratiquement impossible de se dévêtir,  replier la combinaison sans aide extérieure. Le zip avant a semblé un peu fragile à l’instar du modèle 2016. La taille de la poche arrière est bonne et nous avons apprécié le détail de la poche avant pour y placer le sifflet. Bien vu !

 

UTTER PAN : une nouvelle marque se lance dans le grand bain du Swimrun

Cette nouvelle marque française (Utter Pan) vient de lancer sa toute première combinaison de swimrun. L’équipe a eu le sentiment que c’est un bon produit d’entrée de gamme qui combine de nombreuses options habituellement présentes sur des produits haut de gamme. Lorsque l’on associe cette combinaison (fournie déjà coupée aux genoux) avec les manchons Utter Pan (vendus à part) la position et flottabilité  dans l’eau sont bonnes.

L’épaisseur plus fine de la combinaison au niveau des épaules forunie une flexibilité adéquate lors de la nage. Les panneaux bleus lui donnent aussi une esthétique et un touché distinctif. La partie renforcée inférieure, nous a semblé plus robuste et résistante à l’usure et au déchirement. Deux importante poches intérieures autorisent le stockage de matériel ou d’alimentation, néanmoins la poche extérieure à l’arrière pourrait être améliorée : le zip est un peu trop étroit pour un accès facile. Bien qu’elle possède un zip avant et arrière, l’Utter Pan n’est pas au même niveau en termes de ventilation que d’autres combinaisons avec deux zips. La partie supérieure est plus difficile à enlever prinicipalement dû à un zip arrière plus petit car bridé par la place tenue par la poche arrière. La combinaison est confortable en mode course à pied, toutefois combinée avec les manchons au mollets, nous avions la sensation qu’elle était un peu lourde.

Mako : nouvel entrant dans le marché du swimrun pour une marque renommée du triathlon

La marque Mako est plus connue pour ses combinaisons hyper rapides de triathlon. Elle vient de sortir sa première combinaison de swimrun qui a été vraiment appréciée par l’équipe comme un bon produit d’entrée de gamme. La combinaison comporte une majorité d’options que l’on trouve sur des produits haut de gamme. La combinaison vient avec les jambes courtes et manches longues, une configuration adaptée dans la plupart des cas. Durant la nage, la Mako procure une bonne sensation de glisse avec une bonne liberté de rotation des épaules. Les swimrunners débutants auront besoin probablement d’ajouter un pull-buoy pour plus de flottabilité et une position dans l’eau plus élevée.

La Mako présente des panneaux avec une élasticité importante dans des zones clés pour augmenter la flexibilité. Nos avons aimé la bonne répartition  de ceux-ci lors de la course à pied, permettant le mouvement de la foulée. Le matériau renforcé à l’arrière inférieur du dos devrait aider à la longévité. Les deux grands zips avant et arrière facilitent la ventilation et le pliage de la combinaison autour des hanches. La capacité des poches nous a semblé un peu limitée, une intérieure et une extérieure. La poche extérieure étant un peu trop dure à atteindre pour des swimrunners manquant de souplesse du haut du corps.

Huub Amphibia : une ancienne favorite

La Huub Amphibia, depuis longtemps, jouit d’une fameuse renommée et fut la combinaison favorite de nombre d’entre nous et ce fut encore le cas au cours du week end de test. L’Amphibia, lors de sa sortie en 2016, a eu un fort succès populaire et elle est encore très compétitive avec son design sobre, équilibré et ses nombreuses options. Même si cette combinaison n’était pas aussi rapide que certaines autres, elle avait une bonne sensation de nage et une bonne liberté de mouvement des bras. Cependant la plupart des athlètes auront besoin d’y ajouter un pull-buoy dans le but d’améliorer la flottabilité, surtout si on décide de couper l’Amphibia au dessus des genoux. La force de cette combinaison vient lors de la course à pied où sa flexibilité inférieure fait la différence. Courir avec la partie supérieure de la combinaison au niveau des hanches se révèle très bonne notamment en terrain technique. Quelques testeurs ont eu des irritations au niveau du cou, mais ce modèle de 2016 est encore compétitif et pertinent.

 

 

Camaro – La combinaison la plus flexible du marché

Quand Camaro a sorti l’Utö Pulsor 2.0, les concepteurs ont pris une direction très différente du reste de la compétition. Avec seulement un très grand zip en biais sur le devant, un type de néoprène extrêmement flexible, ce fut le premier wetsuit complet où l’on pouvait courir confortablement dedans. Cela a inspiré les développements actuels des autres combinaisons sur le marché avec l’intégration de matériaux élastiques sur les parties inférieures pour la course à pied. Ce fut aussi la première à proposer des poches au niveau du bas du dos. L’équipe a particulièrement apprécié la capacité de l’Utö Pulsor 2.0 en course à pied. Elle est hyper flexible et l’ajustement est très confortable aussi bien en course à pied que dans l’eau. C’est une combinaison que l’on n’a pas besoin de couper, le matériau apporte une bonne flottabilité, toutefois l’équipe a eu encore le sentiment d’avoir besoin d’y adjoindre un pull-buoy.

 Dans l’Utö Pulsor 2.0, on ne surchauffe pas autant comme les autres combinaisons. Néanmoins, nous avons eu des difficultés à la serrer complètement au niveau du cou lors de la natatation et l’aimant placé sur le devant n’a pas remplit sa fonction comme prévu. Les deux poches dans le dos se révèlent facilement accessible et disposent de suffisamment de poches pour stocker les besoins en hydratation et en alimentation.

 

 

Head Rough – La grande « tout terrain »

La Rough fut une des premières combinaisons sortie sur le marché. La seule amélioration apportée pour cette année 2017 fut une amélioration au niveau du cou afin d’éviter les irritations. L’équipe a particulièrement aimé la polyvalence de ce modèle Head, et surtout le sentiment de tenir une combinaison quasi indestructible. La combinaison offre une très bonne possibilité de ventilation lors de la course à pied mais le matériau robuste vient avec un impact négatif sur la vitesse de nage.  La combinaison est très facile à couper. Zip avant et arrière, flexibilité du matériau rend le déshabillage au niveau des hanches facile. Les deux petites poches intérieures sont assez grandes pour accueillir des flasques ou gels. Devant et derrière se trouvent un anneau pour y attacher une corde de traction. L’équipe a senti que ce modèle serait pertinent comme combinaison de rechange ou en back up lors de compétitions ou entrainements. Elle est très visible dans l’eau c’est pourquoi elle reste le meilleur choix en eau libre lorsqu’il y a beaucoup de circulation en mer ou lac. Vous avez là un produit très polyvalent et adapté pour tous types de sports aquatiques.

 

 

Head Race – la meilleure combinaison globale de la marque Head

À l’origine lorsque la Head Race fut lancée, elle était clairement destinée à occuper le tiers supérieur de la gamme des wetsuits. À l’époque c’était probablement la meilleure combinaison sur le marché. Cependant, avec les derniers développements, elle est devenue un choix privilégié dans la moitié supérieure du marché. L’équipe a reconnu qu’elle était globalement un bon produit, avec un bon ajustement à la fois en termes de running et de nage. Elle est assez flexible des épaules autorisant une bonne rotation des bras, avec des panneaux supplémentaires renforçant la flottabilité, elle maintient le corps dans une position haute dans l’eau. Toutefois, nous sommes tombés d’accord sur le fait qu’il faudrait couper la combinaison à hauteur de genoux pour bénéficier d’une meilleure flexibilité en course à pied. La Race constitue le meilleur compromis de la gamme Head, elle est censée satisfaire aussi bien les débutants que les plus expérimentés. Notons que plusieurs membres de l’équipe ont constaté des irritations au niveau du cou, et que le néoprène en surface nous a paru assez fragile lorsque nous descendions sur nos fesses dans les parties trails un peu techniques, ou autour de la cuisse, là où les cordes du pull-buoy de swimrun s’enroulent.

 

 

Head Aero – un vrai diamant pour certains

L’Aero a été une des favorites parmi de nombreux swimrunners depuis sa sortie sur le marché fin 2016. Avec une partie en matériau néoprène située sur la moitié supérieure du corps et une partie élastique « stretch » sur la moitié inférieure, cette combinaison apporte des sensations de swimrun à un autre niveau. Un autre choix fut l’option d’enlever la fermeture zip dorsale, laissant l’impression que l’on n’enlève pas cette combinaison, on ventile seulement avec l’ouverture frontale. C’est un choix attractif  pour des courses sprint. Ceci dit le compromis est que pour enlever le haut, il y a besoin de l’assistance de son partenaire, et que le matériau très élastique de la partie basse vient avec une perte d’une cruciale flottabilité. L’équipe fut obligée de compenser en utilisant des pull-buoy plus grands afin d’avoir une position adaptée dans l’eau. Néanmoins, l’impression globale de l’équipe de testeurs est positive, l’Aéro est probablement faite pour certains types de personnes avec certains types de course.  Plusieurs testeurs, s’ils reconnaissent un bon ajustement avec la partie supérieure en néoprène, ont été surpris par le manque d’ajustement au niveau des jambes, avec l’apparition de plis au niveau du genou et de la cheville, spécialement après avoir sauté dans l’eau les pieds d’abord auparavant.

 

Head Base – La combinaison de swimrun « historique »

La Head Base fut la 1ère vraie combinaison « historique » de swimrun à faire son apparition sur le marché, et les premiers batch de production ont eu souffert de soucis de matériau ou de couture. À l’heure actuelle, la Base est une bonne combinaison d’entrée de gamme pour débutant. Les testeurs ont trouvé le matériau utilisé par la Base un peu lourd. Les tailles ont semblé être choisies de manière  insuffisamment précise, et certains membres ont eu du mal à trouver la taille avec le bon ajustement. L’usage en course à pied et natation est ok, elle dispose d’un zip avant et arrière qui offre une bonne ventilation, c’est un produit suffisamment bon si vous débutez. Il y a eu quelques irritations au niveau du cou pour plusieurs membres de l’équipe, et le matériau, comme pour l’Aéro nous a paru fragile. Désormais, il y a plein de choix de combinaison dans la même gamme de prix sur le marché.

N’oubliez pas de ranger, pour du stockage longue durée, votre combinaison à l’envers (la partie extérieure lisse retournée à l’intérieure), pliée ou roulée dans une pièce au frais et  à l’ombre. Ne jamais la laisser trop longtemps sur un cintre, particulièrement exposée au soleil ou lumière vive. Faites particulièrement attention à l’effet de rétrécissement de la combinaison entre saisons.

Merci !

Nous tenons à remercier tous les fabricants qui nous ont aidés en nous fournissant l’équipement pour nos tests :

AquaShpere Bagheera * Barracuda * BrooksCamaro Colting Decathlon Garmin Glorify Gococo Head Huub Icebreaker Icebug

Inov-8

La Sportiva Malmsten Merell Mobi * Mugiro Nabaji New Wave Nike Nu Orca Pan Utter Racepaddle

Rando Running Marseille

Restube

Salomon Sony Speedo Strokemakers Suuntoo TYR Vivobarefoot Zoggs Zone3 www.swimrunshop.eu www.wiggle.co.uk

Nous voulons aussi remercier tout particulièrement www.randorunning.com Marseille (Alexandre Terral) de nous avoir aidé pour la logistique, les parents de Fix de nous avoir hébergé et finalement à vous tous swimrunners pour vos échanges et vos nombreuses intéressantes questions. Et n’oubliez pas de tester la combinaison dans des conditions réelles, puisque la seule façon d’ajuster proprement le produit c’est d’aller dans l’eau.

Par des swimrunners – Pour des swimrunners

2017 Swimrun Equipment Test – les lunettes

Team WoS, SRF, SRG

Il existe de nombreux types de lunettes sur le marché. Il peut être assez difficile de se décider pour laquelle opter. Sommairement, on doit choisir entre acheter une paire de lunette confortable avec joint large siliconé (ou mousse) ou bien une paire qui s’adapte strictement au pourtour de vos yeux. Il faut aussi prendre en compte s’il y a un usage pour la compétition ou entrainement.

Il y a des avantages et désavantages pour chaque type.

Fin mars World of Swimrun (WoS), Swimrun France (SRF) et Swimrun Germany (SRG) se sont réunis à Marseille, France pour réaliser le 1er test d’équipement à l’échelle internationale. Pendant 4 jours, l’équipe a testé et discuté de matériel issu de près de 40 marques d’équipement sportif, parmi elles, 9 paires de lunettes de swimrun. À l’inverse des conditions habituellement calmes de la Calanque de Sormiou, Marseille, le test s’est déroulé sous des conditions climatiques extrêmes, pluie, vents tempétueux, vagues importantes, fort courants puis enfin du soleil.

Chaque item a été testé par l’équipe et noté sur un score entre 1 (mauvais) à 5 (excellent), et s’il y avait une caractéristique ou une fonctionnalité notable, un commentaire écrit a été réalisé lors du test.

Résultats – cliquer pour agrandir l’image

Vainqueur au général

Bien que les différents types de lunettes n’ont pas le même objectif, la paire gagnante au général s’est révèlée être la Huub Aphotic. Le consensus de l’équipe est que la Huub présente le meilleur compromis performance et sensation à la fois sur terre et mer. Les lunettes s’adaptent bien à la fois sur le visage et sur la tête. En seconde place (et presque à égalité) viennent les colorées TYR Special Ops 2.0 avec plus ou moins les mêmes attributs. La troisième place est occupée (à égalité) par l’Orca Killa 180 et la Head Venom. On peut dire sans prendre de risque que même si les lunettes minimaliste (type suédoises) causent moins de trainée hydrodynamique et sont moins chères, les testeurs ont penché pour les lunettes avec joints.

La moins chère

Si vous êtes contraint en terme de budget, nous vous recommandons de choisir des minimaliste telles la Malmsteen ou Speedo. Néanmoins elles peuvent se rayer et casser facilement, mais elles sont peu onéreuses, et acheter en gros peut vraiment tirer les prix vers le bas.

Meilleure performance dans l’eau

Si vous désirez peu de trainée dans l’eau, alors nous vous conseillons d’opter pour les versions minimalistes, mais si vous avez l’intention de « swimrunner » en eau libre avec des vagues, du vent, le masque est une excellente option. Cela protègera votre visage tout en conservant un bon champ de vision sous et sur l’eau.

Les plus faciles à porter en courant

Sur ce point l’équipe était partagée. Les lunettes avec joints comme Orca, Tyr et Huub étaient très facile à enlever et à remettre sur la tête. Cependant les porter autour du cou représentait une gêne parfois. Les lunettes de type suédoises n’avaient pas cet inconvénient dû à leur faible poids et tailles. Toutefois l’élastique très lache des minimalistes  rend plus difficile de les fixer sur les yeux rapidement avant d’entrer dans l’eau.

Meilleure résistance à la buée

Aucune lunette n’y résiste. Ce n’est qu’une histoire de temps avant que la buée s’installe. Dans notre test Huub a résisté le plus longtemps.

La plus confortable

C’est sans aucun doute le type masque qui s’est révèlé le plus confortable avec un important et agréable effet de plaquage (succion ?)  au visage sans répercussion délétère sur les yeux.

Les nombreuses options offertes par tous les types de lunettes rendent difficile le choix d’achat. Il n’y a pas que le type d’ailleurs, le choix s’effectue aussi en termes de type de verres, de performance en mer ET sur terre, entrainement ou compétition. Nous vous recommandons de toujours essayer avant d’acheter mais si vous ne pouvez pas, nous vous conseillons notre top 3.

Nous tenons à remerciers tous les équipementiers qui nous ont aidé à faire ce test:

AquaShpere

Bagheera

‘Barracuda’

Brooks

Camaro

‘Carbon-MoM’

Colting

Decathlon

Garmin

Glorify

Gococo

Head

Huub

Icebreaker

Icebug

Inov-8

La Sportiva

Malmsteen

Merell

Mobi

Mugiro

Nabaji

New Wave

Nike

Nu

Orca

Pan

Racepaddle

Rando Running Marseille

Restube

Salomon

Sony

Speedo

Strokemakers

Suuntoo

TYR

Utter

Vivobarefoot

Zoggs

Zone3

www.swimrunshop.eu

www.wiggle.co.uk

Nous voulons aussi remercier tout particulièrement www.randorunning.com Marseille (Alexandre Terral) de nous avoir aidé pour la logistique, les parents de Fix de nous avoir hébergé et finalement à vous tous swimrunners pour vos échanges et vos nombreuses intéressantes questions.

Par des swimrunners – Pour des swimrunners

#srgeartest2017

/The WoS Team, Swimrun France & Swimrun Germany

RTS et règles de course

Les discussions récentes sur le forum Swimrun France ont mis en exergue que le fonctionnement parfois complexe de l’administration Française nécessite quelques clarifications, en particulier les rôles des règles de course et les Règles Techniques de Sécurité.


sean-durkin-andy-hewitt1 (1)Règles de course

Le cas des règles de course est le plus simple. A l’heure où j’écris ces lignes, il n’existe pas de règles de course officiel en France. Aucune autorité tutélaire n’a édicté de règle que tous les organisateurs doivent suivre. Qu’une épreuve soit organisée ou non sous l’égide de la FFTri, les règles de triathlon n’ont pas à être prises en compte en swimrun. Par exemple les règles hyper rigides du triathlon sur l’habillement qui pourraient étouffer l’esprit de solidarité, de liberté, d’engagement et de responsabilité qui règnent en swimrun n’ont aucune raison d’être appliquées en swimrun. Donc les organisateurs/trices de chaque course peuvent édicter leurs propres règles. En fait, la vaste majorité des organisateurs/trices ont copié, souvent sans les citer, les règles écrites par Mats Skott et Michael Lemmel, organisateurs de l’ÖtillÖ; elles sont de facto la référence. Pour plus de détails je vous renvoie à mon analyse de ces règles ici.

15319225_1208902399203604_1237652382146106046_nLes RTS

Les « Règles Techniques de Sécurité », ou parfois appelées “Guide de l’organisateur” sont édictées par la Fédération délégataire en charge d’une activité particulière.

Le but essentiel est de fournir un cahier des charges auxquels plusieurs acteurs vont se référer. Attention : ce ne sont pas des règlements de courses. Les RTS visent à rationaliser les processus et fournir un cadre de référence essentiellement, comme le nom l’indique, vis-à-vis de la sécurité d’une activité. Trois acteurs principaux sont impliqués dans les RTS.

gravity-scan-138La fédération qui a une délégation de service publique doit édicter les RTS. Il n’y a pas de règle générale concernant qui doit être incluse dans le processus. Le but est donc de rationaliser le processus, de penser en amont à toutes les situations qui peuvent se présenter, mais sans non plus devenir si contraignantes ou complexes qu’aucune épreuve ne puisse être organisée. Il ne faut donc pas non plus surajouter des réglementations. Par exemple pour les secours, est-ce que la compétence exacte des personnes impliquées dans l’organisation des secours doit être prescrite ? Il faut noter qu’il existe de grosses différences entre les RTS édictés par les différentes fédérations. Il ne faut pas oublier que normalement la fédération aura à donner son avis sur une épreuve. Elle se référera toujours en premier à ses propres RTS. Les RTS constituent ainsi un outil important pour les fédérations qui peuvent d’un simple décret décider que telle ou telle aspect d’une activité est interdite. Un exemple dans le swimrun : doit-on ou pas autoriser la compétition en solo ? Une ligne dans les RTS peut influencer de manière majeur une pratique.

18062016-dsc_8483Les organisateurs doivent se référer aux RTS afin de construire un projet qui soit cohérent et respecte les règles. Cela doit leur permettre de penser en amont à certains aspects auxquels ils/elles n’ont pas nécessairement pensé. Par exemple est-ce que les longes sont autorisées ou non ? Cela permet aussi d’argumenter un dossier qui est conforme aux RTS. Si un dossier est conforme et démontre que tous les points d’achoppement potentiel ont été étudiés, il aura plus de chance d’être approuvé et en cas de discussion le RTS peut servir de point d’appuis pour une argumentation.

Les services de l’Etat se réfèrent aux RTS afin de vérifier si une épreuve est ‘dans les clous’. Il est évident que tous les services ‘compétents’ (Préfecture, Environnement, Jeunesse et sport, etc) ne sont pas nécessairement très au fait des contraintes, caractéristiques mais aussi dangers du swimrun. Les RTS fournissent à ces différents acteurs un cahier des charges, un cadre pour évaluer un dossier. Sans RTS on pourrait avoir des cas où un service décide que ne connaissant pas l’activité le plus simple est de tout interdire, ou de mettre la barre si haute que les épreuves ne puissent pas être organisées.

RTS explication

En résumé, les RTS servent à la fois à assurer qu’une épreuve est sûre, mais aussi à argumenter sa validité. L’enjeu est de trouver le juste compromis entre sur-législation, et laisser faire.


La vie sans RTS

Certains argumentent qu’il serait mieux de ne pas avoir de RTS. C’est jusqu’à présent (Mars 2017) la situation en France, et effectivement de nombreux swimrun ont été organisés sans RTS. Heureusement lors des trois dernières années, il n’y a pas eu d’accident majeur en France. Mais ne nous voilons pas la face: le risque existe. Est-ce que des RTS empêcheront tous les accidents ? Bien sûr que non. Mais sans RTS, la pratique non réglementée pourrait être considérée comme « à risque », que ce soit pour les compétiteurs, les spectateurs ou l’environnement. Le mode de fonctionnement des structures administratives en France sont telles que l’existence de RTS pour une pratique qui se développe et se popularise est inévitable. Que ce soit un bien ou un mal, c’est l’objet d’un tout autre débat. Notons aussi qu’un organisateur peut demander à déroger à une partie des RTS, mais dans ce cas ils/elles doivent argumenter pourquoi dans leur cas spécifique une des règles peut être enfreinte.

Amphiman-sWimRun-300x200Conclusion

Les RTS sont à la fois un cahier des charges pour les organisateurs, un cadrage pour l’état, et un moyen pour les fédérations d’encadrer mais aussi d’influencer directement les pratiques. Elles ne doivent donc pas être considérées nécessairement comme des barrières à l’organisation, mais aussi comme des facilitateurs en fournissant un fil rouge auquel tous les acteurs doivent se référer.

Au moment où nous écrivons ces lignes les RTS pour le swimrun sont en cours d’élaboration au sein de la FFTri. Quel sera le texte final et quelles seront les conséquences potentielles pour le swimrun en France ? Nous le saurons dans les mois à venir.
François-Xavier Li

Ski-Alpinisme, cousin le plus proche du swimrun ?

Je regardais récemment une vidéo de la Pierra Menta, une (sinon la) course la plus célèbre de Ski-Alpinisme (ou Skimo pour Ski Mountaineering). Pour ceux et celles qui ne connaissent pas, cela consiste à faire un parcours en montagne: monter et descendre des pentes enneigées à ski ou en marchant si c’est trop pentu ou rocheux, par équipe de deux, en portant tout son matériel. Tiens, ça rappelle des choses !

jocelynchavy_pm_J2-3741.jpg
copyright Jocelyn Chavyoy

C’est un sport par équipe de deux où l’important c’est l’équipe: on peut tirer son partenaire pour partager l’effort; comme en swimrun. Les équipes sont composées de 2 skieurs qui courent en catégories masculines, féminines ou mixtes; comme en swimrun. En pleine montagne, dans la Nature où il faut s’adapter aux conditions changeantes, d’un versant à l’autre, d’un moment à un autre; comme en swimrun. Les coureurs montent et descendent pour tracer une trajectoire épousant le terrain; comme en swimrun.

jocelynchavy-pierramenta_J4-3913.jpg
copyright Jocelyn Chavyoy

La notion d’engagement n’est pas vaine: les parois sont souvent pentues de 40° à 45° à la montée ou à la descente, il faut passer des crêtes, la météo peut être volage. La Nature est omniprésente et on accepte qu’il existe un risque dans cette activité et les concurrents doivent porter un équipement de sécurité; comme en swimrun. Comme l’indique le règlement de la Pierra Menta « les organisateurs pourront imposer d’éventuelles neutralisations de temps au cours de chaque étape. Des barrages horaires à certains passages pourront être établis en fonction des conditions de neige »; comme en swimrun.

peaux2.jpg
Copyright Jocelyn Chavyoy

On varie les activités, monter en mettant les peaux anti-recul pour avoir de la traction sur la neige, marcher si la pente est trop raide ou rocheuse, descendre à ski. Varier les modes de déplacement en fonction de ses capacités et du terrain; comme en swimrun. On transporte tout son matériel du début à la fin de la course; comme en swimrun. Bien sûr ils/elles ne nagent pas et courent rarement. Mais ce sont des détails. Les principes fondamentaux, ceux qui forment la base et l’épine dorsale de l’activité, sont les mêmes.

pierra-menta-pierra-menta-2015-classement.jpgTout cela me fait penser que le Ski-Alpinisme est bien plus proche du swimrun qu’un triathlon. Un triathlon ITU en solitaire, avec ses boucles multiples d’un circuit urbain où on ne court que sur du bitume et on nage dans un port ne ressemble pas au swimrun. Bien sûr les triathlètes nagent et courent. Mais c’est un détail. Les triathletes courent en solitaire, dans un milieu peu naturel, avec des transitions où on abandonne son matériel. C’est potentiellement passionnant, je fais du triathlon depuis longtemps et je continue à en faire. Mais ce n’est pas du swimrun.

2706244225144-photo-l-dastrevigne-n-fabre-la-grande-trace-jpg.jpgC’est comme ça que je vois les similarités et différences entre swimrun, ski-alpinisme et triathlon, et je ne suis pas le seul. En réponse à une discussion que j’avais sur Facebook, Michael Lemmel, inventeur du swimrun et co-directeur avec Mats Skott de l’ÖtillÖ, écrit : « Mats Skott et moi on a fait plusieurs Pierra Menta et autres courses de Ski-alpinisme. On a construit la coupe Suédoise de Ski-alpinisme en 1997. C’est la même chose que le Swimrun ».

François-Xavier Li

Welland SwimRun Challenge

Pour nos amis Canadiens, un nouveau venu dans le sport : Le Welland SwimRun Challenge aura lieu le 9 Septembre. L’autre course du challenge sera le Sudbury SwimRun Challenge le 30 Juillet dans l’Ontario. Avec environ 19km en 4/5 sections de natation et de course à pied, ce sont de bons challenges pour commencer le swimrun.
https://www.facebook.com/events/1867663086810367/

Comment choisir sa chaussure de swimrun?

Parmi les équipements essentiels au swimrun, la chaussure a un rôle prépondérant. C’est notre point de contact avec le sol, c’est ce sur quoi on passe le plus de temps et qui subit le plus de chocs. Il est donc important de choisir la chaussure idéale pour vos entraînements et votre prochaine course. La réponse est en fait assez simple : il n’y en a pas. Si vous chercher un avis péremptoire style gourou vous indiquant quelle est LA meilleure chaussure du moment, vous pouvez gagner du temps : arrêtez de lire cet article et aller voir les magazines payés par la marque x ou y pour vanter leur produit.

Si vous êtes encore en train de lire, alors nous allons essayer de définir une méthode pour s’y retrouver dans la jungle du marché de la chaussure de course à pied et leur utilisation en swimrun.

23368732555_2498015d72_z.jpgLe premier critère : votre foulée

Il faut que vos chaussures conviennent à votre foulée, à votre technique de course. C’est de loin le point le plus important. Par exemple si vous atterrissez sur le talon, alors il ne faut pas croire qu’une chaussure minimaliste sans amortie va vous convenir. Au contraire, vous risquez la blessure. Il ne sert à rien de regarder ce que tel champion ou copain (les deux ne sont pas incompatibles !) utilise si votre technique de course est complétement différente de celle de votre héros. On peut bien sûr changer sa foulée, mais c’est un autre débat et une approche à plus long terme que nous aborderons une autre fois. Donc analysez votre gestuelle actuelle (pas celle dont vous rêvez) et éliminez les chaussures incompatibles avec votre foulée. Autre point qui peut parfois avoir son importance : votre gabarit. Tout le monde ne pèse pas 40kg … tout mouillé ;). Prenez-en compte lors du choix de votre chaussure. A noter que les fabricants font des progrès sur l’amorti et la stabilité avec par exemple l’introduction des mousses TPU (polyuréthane thermoplastique). En résumé, le confort, l’efficacité du geste et la prévention des blessures sont bien plus importants que la mode. Basez-vous sur le type de chaussures qui vous conviennent en course à pied classique avant de passer aux autres critères.

22606934906_a5d391a69f_z.jpgDeuxième critère, la morphologie de votre pied

Il y a de plus en plus de recherches montrant comment la forme d’une chaussure peut déformer à la longue un pied qui est une structure complexe et dynamique. Le pied bouge à chaque foulée, mais aussi au cours de la journée et des ans. Comme Cendrillon, il est préférable de trouver une chaussure adaptée à la forme de votre pied (prince charmant non garanti !). Certains ont les pieds larges, d’autres étroits. Certains ont un coup de pied accentué, d’autres non. Donc quand on lit un commentaire du style « le chaussant est meilleure », cela ne veut rien dire dans l’absolu : tout dépend de la forme du pied, et il n’y a pas de formule miracle. Les fabricants utilisent généralement des moules correspondant leur perception du pied ‘typique’ et en changent relativement peu. Si vous avez trouvé une marque dont le chaussant vous convient, recherchez une paire dans cette marque ou dans une marque qui adopte un chaussant similaire. Avec l’arrivée des chaussures minimalistes, la tendance est un élargissement de la ‘toe box’, littéralement la boîte à orteils. Cela a beaucoup d’avantages, mais pour les pieds étroits vous risquez de manquer de contrôle sur la partie avant de la chaussure. Ceci est néfaste pour l’assurance, en particulier dans les terrains accidentés. Un petit commentaire pour les semelles orthopédiques: si vous en portez, pensez bien sûr à vérifier que les chaussures qui vous intéressent sont compatibles.

27755749941_0577bb3d09_z.jpgTroisième critère, la semelle

On a tous en tête les images mythiques des swimrunners à l’Ötillö s’entraidant pour sortir de l’eau sur des rochers hyper glissants. C’est ce qui pousse beaucoup à penser que le grip sur rochers lisses est le critère le plus important pour une chaussure de swimrun. En fait, si on analyse les courses, on s’aperçoit que même à l’Ötillö ces rochers hyper glissants représentent une toute petite partie de la course. Quelques pourcents à peine. Combien pensent aux 19 km assez plats en majorité sur rochers granitiques et routes goudronnées ? En réalité, et ce dans toutes les courses, on passe le plus clair de son temps à courir sur des terrains variés, et un pourcentage extrêmement faible à entrer et sortir de l’eau. De plus, afin de préserver la faune, la flore et le biotope du littoral et pour la sécurité des coureurs la plupart des courses doivent utiliser des accès déjà fréquentés comme des plages et pontons qui sont techniquement aisées.

30293763752_238828fd45_z.jpgDonc pour choisir la chaussure idéale il faut aussi et surtout porter son attention sur les surfaces sur lesquelles on va courir. Simple, non ? Presque. Le swimrun se déroule généralement sur des terrains variés. Il est très rare de faire une course entièrement sur la même surface. Généralement il y a une majorité de trail plus ou moins technique et plus ou moins mous ou rocailleux, des chemins, des routes, des plages, parfois des rochers en bord de mer, des près, des sentiers en forêt, etc. Clairement, il n’y pas une semelle unique qui puisse être idéale pour toutes ces conditions. On doit forcément faire des choix, des compromis. Si c’est possible, il faut analyser le type de terrain sur lequel on va évoluer, et trouver le bon compromis. Malheureusement tout le monde ne peut pas avoir 10 paires de chaussures pour tous les terrains, ni changer en course. Pour choisir une chaussure polyvalente qui convienne à l’entraînement et à plusieurs compétitions, il faut rechercher une gomme qui permette suffisamment de grip, mais avec des crampons pas trop durs ou trop gros pour permettre la course sur route ou surface lisse et dure. Tout cela bien sûr à moduler en fonction de vos terrains de jeu.


33094248836_5e1ec378ab_z.jpgQuatrième critère : aisance en natation
.

Presque tout le monde nage avec ses chaussures en swimrun (c’est obligatoire sur certaines courses pour éviter les coupures aux pieds). Cependant les chaussures ont trois défauts pour la natation : elles augmentent le volume du pied et sont ‘rugueuses, augmentant ainsi la résistance à l’avancement, elles limitent l’amplitude de la flexion plantaire, ce qui accroît aussi la traînée hydrodynamique. Gorgées d’eau, elles alourdissent le pied qui a tendance de ce fait à couler, accroissant encore plus la traînée.

22713782974_c44ddbe3ac_z.jpgLes chaussures ne sont donc pas hydrodynamiques et la chaussure idéale doit limiter ces défauts.  On va donc chercher une chaussure qui remonte peu sur le tendon d’Achille, moulante autour du pied pour limiter le volume (attention aux semelles très larges), lisses sur le dessus, et avec le moins possible de mousse surtout sur la tige. Cela correspond souvent aux chaussures minimalistes, mais elles ne conviennent pas à tout le monde. Un petit mot sur les lacets : ils augmentent la traînée et si un caillou se glisse dans votre chaussure ils sont difficiles à faire et défaire avec les doigts froids. Les lacets autobloquants ou élastiques peuvent faire gagner du temps. Autre point à vérifier : la tige et languette visent à procurer un confort en épousant la forme du pied. Dans certaines chaussures elles sont faites de mousse assez épaisse qui retient trop d’eau et trop longtemps (voir drainage plus bas), ce qui est à éviter.


32979420832_1ceb599e10_z.jpgCinquième critère, le drainage

Lorsqu’on passe de la natation à la course à pied on cherche à évacuer l’eau le plus vite possible pour réduire le poids et limiter l’exposition du pied à l’eau.  De surcroit l’eau assouplit la peau augmentant ainsi les risques d’ampoules, mais aussi refroidit les pieds. Faire des trous dans les chaussures pour faciliter le drainage fait partie du folklore (récent) du swimrun. En réalité, cela dépend des chaussures. La plupart des chaussures de trail drainent rapidement l’essentiel de l’eau et il n’est nul besoin de faire des trous. Sauf si elles ont un rebord étanche tout autour pour justement empêcher les petites entrées d’eaux et/ou protéger des chocs. Dans ce cas, effectivement on peut ajouter des trous sur le côté. Par contre les trous dans la semelle risquent toujours de laisser passer une branche ou un clou, donc attention à cette option. Un petit commentaire sur les chaussures goretex : elles fonctionnent bien si vous courez sur des terrains un peu humides. Par contre, après avoir été complétement immergées en natation, l’eau qui est entrée ne peut plus sortir. Donc pas de goretex en swimrun.

23260420152_3355fc6c72_z.jpg7, le poids

Doit-on rechercher la chaussure la plus légère ? Oui car tout poids lacé aux extrémités d’un segment pendulaire diminue l’efficacité du mouvement, mais attention : cela ne doit pas être au détriment des autres critères listés auparavant, en particulier les deux premiers.

29850586710_03714d28b2_z.jpg6, le choix de taille

Il faut faire attention à bien choisir la taille de la chaussure, mais ceci n’influence normalement pas le choix du type de chaussure. Vous connaissez sûrement la taille que vous utilisez en chaussure de course, en particulier en prenant une taille plus grande que vos chaussures de ville pour compenser le gonflement du pied lors de l’effort. Cependant n’oubliez pas qu’en nageant en eau relativement froide (la température de l’eau est presque toujours plus basse que la température de l’air) votre pied va avoir moins tendance à gonfler que pour une course à pied classique. De plus, les sections de course à pied sont relativement courtes, ce qui limite les gonflements. Enfin, le passage en position horizontale associé au port d’une combinaison va avoir tendance à favoriser le retour veineux et limiter encore les effets de gonflement des pieds. Donc il n’est pas toujours nécessaire de suivre le conseil classique en course à pied de prendre une chaussure de taille supérieure.

Par contre, pensez au type de chaussettes que vous utiliserez : pieds nus, chaussettes fines ou chaussettes en néoprène. Ces dernières sont toujours plus épaisses que des chaussettes classiques, alors il faut en tenir compte pour choisir la taille de vos chaussures. Notons que les intérieurs thermosoudé – collé et mèche cousus rendent la course pied nus dans les chaussures plus confortable, ce qui facilite l’option d’enlever les chaussures pendant les sections de natation. Pour cette dernière option, préférer des chaussures extrêmement souples afin de les glisser plus facilement dans la combinaison.

Picture1.jpgCritères 8 & 9, prix et couleurs

Principe de réalité et préoccupations essentielles pour certains, accessoire pour d’autres. Encore une fois, il n’y a pas de réponse unique ! Notons cependant qu’une paire de chaussure avec des couleurs fluo peut permettre au partenaire qui suit en natation de mieux repérer son binôme dans l’eau.

Entretien

Un petit mot sur l’entretien des chaussures : il est préférable de les rincer et les sécher après une sortie en eau de mer pour éliminer le sel, et après une sortie en eau douce pour éliminer les micro-organismes. Il vaut mieux les nettoyer à la main car les machine à laver qui peut favoriser les décollements (eau trop chaude) et abîmer le mesh. En plus, vous risquer d’encrasser votre machine. Petit truc classique pour faire sécher les chaussures, les bourrer de papier journal (à remplacer une fois mouillé), puis retirer le papier pour laisser les chaussures respirer.

Conclusion
En conclusion, la paire de chaussure de swimrun idéale n’existe pas, et n’existera jamais en raison des facteurs mutuellement incompatibles. Par contre les fabricants doivent prendre en compte les contraintes pour proposer des modèles plus adaptés au swimrun. En ce moment il n’y a vraiment que deux marques proposant un modèle développé spécifiquement pour le swimrun, mais d’autres sont en préparation. En attendant, il faut faire des choix, des compromis, et j’espère que ces quelques conseils vous aideront dans vos choix. À la prochaine course !

Comment choisir sa chaussure de swimrun ?

  1. Connaître sa foulée et éliminer ce qui ne convient pas
  2. Identifier la forme de son pied
  3. Sur quel terrain vais-je courir ?
  4. Natation : est-il facile de nager avec ces chaussures ?
  5. Drainage : évacuation rapide ?
  6. Poids
  7. Taille pour le swimrun
  8. Prix, couleur …
François-Xavier Li est enseignant-chercheur en sciences du sport, spécialisé  dans l’optimisation de la performance. Une partie de sa recherche porte sur l’analyse en 3 dimensions de la foulée. Il a aussi été consultant en biomécanique pour l’équipe Jamaïcaine d’athlétisme et pour de multiples triathlètes professionnels.

Photos © SwimrunFrance/Akuna Matata