Edito

Metta Swimrun, may you be the sea, may you be the earth

[English Version at the end 👇]

🇫🇷 Lors d’une de mes séances de méditation Metta, également connue sous le nom de “méditation de bienveillance » envers soi-même et envers les autres, je me suis posé la question suivante : Serait il possible d’appliquer cette technique de méditation cultivant la bienveillance, l’empathie, l’amour et la compassion aux éléments que nous, swimrunners, côtoyons avec plus ou moins de réussite, à savoir la mer, le vent, la terre ?

Dans la pratique originelle de la méditation Metta, on commence généralement par se concentrer sur soi-même en récitant des phrases ou des affirmations positives, telles que “Que je sois en paix”, “Que je sois en sécurité”, “Que je sois en bonne santé”, etc. L’objectif est de cultiver des sentiments de bienveillance, de compassion et d’amour envers soi-même.

Puis, on élargit progressivement notre attention et notre bienveillance vers les autres. On peut commencer par une personne aimée, puis étendre cette bienveillance envers des personnes neutres et finalement envers des personnes difficiles ou même des ennemis. On récite des phrases similaires, mais cette fois en les dirigeant vers les autres, en souhaitant leur bien-être, leur bonheur et leur sécurité.

Je dis souvent que notre pratique outdoor de swimrun est un sport d’équipe où se mêlent de façon intime les un les autres, les éléments et enfin soi-même. Une recette dont les ingrédients nous fournissent une expérience toujours rare, unique et qui n’a pas de prix.

Dans ce type de méditation, on peut visualiser les éléments naturels ou se concentrer sur les sensations qu’ils évoquent. On peut utiliser des phrases ou des affirmations similaires à celles utilisées dans la méditation Metta traditionnelle, mais cette fois-ci en les dirigeant vers les éléments. Par exemple, on peut réciter des phrases comme “Que l’océan soit en paix”, “Que le vent soit en sécurité”, “Que la terre soit en harmonie”, etc.

L’objectif de cette pratique « Metta Swimrun » serait de développer une relation de respect, d’amour et de gratitude envers la nature et les éléments qui nous entourent. Cela renforcerait notre connexion avec le monde naturel, nous pousserait à cultiver une attitude de préservation de l’environnement et à développer un sentiment d’interconnexion avec tous les êtres vivants.

Je ne prétend pas dire que la Nature est sans danger, loin de là, mais qu’en ayant avec elle une relation holistique, moins antagoniste induirait un effet positif sur soi. La nature est ce qu’elle est ni plus ni moins et qu’il faut la considérer avec bienveillance comme un partenaire de course, une alliée précieuse en plus de notre binôme.

D’ailleurs vous allez bien faire une petite séance « Metta Swimrun » dirigée vers votre prochain binôme, n’est ce pas ?

🇬🇧 During one of my Metta meditation sessions, also known as ‘loving-kindness meditation’ towards oneself and others, I wondered whether this technique of cultivating benevolence, empathy, love and compassion through meditation could be applied to the elements we swimrunners encounter with varying degrees of success – the sea, wind and earth.

Traditional Metta meditation typically starts by focusing on oneself, reciting positive phrases or affirmations like “May I be at peace”, “May I be safe”, “May I be healthy”, etc. The goal is to cultivate feelings of goodwill, compassion and love towards oneself.

Then the practice expands one’s attention and benevolence outwards. You may begin with a loved one, then extend that loving-kindness to neutral people and finally even difficult people or enemies. Similar phrases are recited but now directed towards others, wishing them well-being, happiness and protection.

I often say that our outdoor swimrun sport is a team effort where self, elements and others become intimately interwoven, providing a rare and priceless mix.

In this type of meditation, one can visualize natural elements or focus on the sensations they evoke. Similar phrases or affirmations as in traditional Metta can be used, but now directed towards the elements – for example, “May the ocean be at peace”, “May the wind be safe”, “May the earth be in harmony”.

The aim of this “Metta Swimrun” practice would be to develop a relationship of respect, love and gratitude towards nature and the surroundings. This strengthens our connection to the natural world, encourages environmentally-conscious attitudes and cultivates a sense of interconnectedness with all living beings.

I’m not saying nature isn’t dangerous – far from it. But a more peaceful holistic relationship rather than antagonistic approach would induce a positive effect on oneself. Nature simply is what it is – we should consider it with loving-kindness as a valuable course partner and ally, in addition to our teammate.

By the way, you will do a little “Metta Swimrun” meditation directed towards your next partner, won’t you?

✍️Akuna 🧬 relecture Poe
🖼🧬 Bing Dall-E3

Leave a Reply