ÖtillÖ Swimrun Isles of Scilly 2022 la cure de jouvence des vieux Neptuniens

Les 4 et 5 juin 2022 a eu lieu la seconde World Serie du circuit ÖtillÖ. Située dans l’archipel des Îles de Scillies à l’extrême sud ouest de l’Angleterre, cette coupe du monde se targue d’être une des manches la plus sauvages et exotique à la fois du circuit. Un climat océanique sans cesse changeant couplé à des paysages rappelant aussi bien la cote de granite rose bretonnes et une végétation presque provençale en font une destination baroque à cocher dans sa liste de « must do ».

Sauvage, car la nature y a encore toute sa place à l’écart de l’urbanisation des cotes européennes. En effet, aller aux iles Scillies demande patience, persévérance et orientation, qualités heureusement présentent en quantité abondante chez les swimrunners. Lors de cette édition, un mot revenait sur toute les lèvres: « paradise ».

La vidéo 🎥, ci dessous, du très subtil Rasmus Lodenius, a su capturer l’ambiance unique de cette archipel d’Île où le swimrun aurait bien pu naitre.

Aujourd’hui, les 3 athlètes LVN Jean-Nicolas (alias JN), Thanh et Stéphane retracent ici les différentes étapes de leurs participations à l’ÖtillÖ Swimrun – Sprint et World Series -qui ont eu lieu les 4 et 5 juin derniers sur les îles paradisiaques des Scillies en Angleterre… Ils espèrent aussi vous donner envie de participer à cette magnifique épreuve organisée par Michael Lemmel, Matts Skott et leur sympathique équipe pour la 5ème édition cette année.

L’Avant Course

La période de pic de pandémie est désormais dernière nous et le calendrier Swimrun a pu reprendre son rythme de courses et de rendez-vous sportifs divers. Il était temps. Jean-Nicolas et Stéphane – après avoir participé à l’édition 2019 – avaient pris leur dossard pour l’édition 2020, annulée cette même année et repoussé en 2021 puis à nouveau en 2022 pour avoir enfin lieu dans des conditions optimales : par la météo, tout d’abord, très favorables aux différents exploits des athlètes présents mais aussi par l’organisation sans faille des partenaires ÖtillÖ locaux et des bénévoles qui ont su œuvrer pour baliser le parcours sur l’ensemble des îles et accueillir l’ensemble des participants très généreusement en pleine période de « Platinium Jubilee » de leur Reine.

Si en 2020 la participation de JN et de Stéphane à cette étape était dans leur calendrier de qualification au WC 2021, elle est aujourd’hui sans objectif important pour la saison, sinon celui de profiter pleinement d’une nième course à deux, dans la bonne humeur. Ce sera pour JN une course d’entrainement pour le ÖtillÖ WC 2022 auquel il est qualifié avec notre jeune championne LVN Astrid.
Aussi, et pour sa première venue aux Scillies, Thanh accompagnera le binôme et participera avec JN au Sprint du samedi. 

C’est parti pour l’aventure !

🎯Programme des festivités

📍Décor : Le magnifique Archipel des Iles Scillies – en anglais « Isles of Scilly », et « Enesow Syllan » en langue cornique, nous sommes en mer celtique à 45 kms au sud ouest de la pointe anglaise des Cornouailles « they also speak cornish over there ! »

Décor paradisiaque pour les petites ballades et les longues randonnées dans des paysages de bord de mer à couper le souffle. L’air y est pur, la vie paisible.

L’archipel est constitué des 140 îles et ilots dont 5 seulement sont habitées.
C’est aussi un paradis pour les navigateurs au long court qui tentent l’aventure d’un séjour à la voile et au mouillage abrité dans les criques protégées des embruns marins.

📍Parcours : le parcours du World Series : Départ de l’Île principale de St Mary’s, pour rallier les îles de Tresco, Bryher, Tresco à nouveau, un petit îlot, l’îlot de Teän, l’île de St Martin’s pour en fin rejoindre St Mary’s.
La totalité du parcours du Sprint s’effectue  quand à lui sur l’île de St Mary’s.

📍Timing : Départ à 11 :00 le samedi pour le Sprint et Départ dominical à 9 :00 pour le WS. 3 cutt-offs tout au long du parcours de la World Serie pour la sécurité des athlètes.

📍Distances : Le Sprint : Un total de 15.400m dont 12.900m de CaP et 2.500m de natation (500m pour la plus longue), 9 CaP et 8 nats.

La WS : Un total de 37.100m à parcourir dont 28.700m de running (avec trois longs runs de 6 à 7 kms) et 8.400m de natation, des transitions au nombre de 9 runs et de 8 nats.  23% de natation avec trois longues nat de 2000, 1400 et 2500 pour le grand bonheur des nageurs LVN. 

📍Ravitaillements : Au nombre de 5 « Energy Stations », bien réparties sur le parcours et généreux.

📍Obstacles : Le terrain de running est roulant, sans piège important, sinon les rochers glissants de quelques mises à l’eau ou sorties de natation. Les pièges se trouvent dans l’eau et parfois bien cachés : Les algues, algues fines et longues, tentaculaires où l’on peut rapidement s’emmêler bras et jambes, voire perdre une plaquette ou un pull buoy (histoires réelles). La vigilance reste de mise, mais certaines rencontres fortuites avec ces paquets d’algues restent inévitables. 
Les courants marins peuvent par endroit être violent, notamment lors de changement de marée. Les athlètes doivent rester vigilants avant chaque mise à l’eau.

Le voyage 

Ou : « Les Vieux Neptuniens font du bateau ! »

Différentes options s’offrent aux visiteurs et Swimrunners pour rejoindre les Îles Scillies. 
👉 Depuis la France, l’option principale est de rallier Paris – Aéroport CDG pour un vol à destination de Londres. 
👉 Depuis Londres, 2 possibilités : 1/ Avion régional jusqu’à l’aéroport de Newquay, d’où un petit avion de ligne 6 à 9 places vous acheminera rapidement à l’aéroport de St Mary’s. C’est cette option toute aérienne qui avait été choisie par les LVN en 2018.

👉 Deuxième possibilité depuis Londres, prendre le train jusqu’à Penzance, puis le port puis le ferry régulier pour voguer jusqu’à St Mary’s. 

Sinon, à la rame, à la nage, en montgolfière, ou… à la voile… cette option sera privilégiée par nos trois compères LVN du voyage, cet autre mode de transport singulier pour rejoindre un départ de Swimrun : Le Catamaran de croisière.

Nos trois LVN prennent en conséquence une TGV depuis Paris Montparnasse pour rejoindre Brest et son port de Plaisance, arrivée prévue le mercredi 1 juin à 21 :45 sur le ponton visiteurs.

Erwan, skipper de Faltazy 2, magnifique catamaran de 40 pieds, nous accueille chaleureusement et nous invite à déposer rapidement nos bagages et équipements à bord afin de rejoindre les autres membres d’équipage au restaurant où nous prendrons tous ensemble un copieux repas avant de larguer les amarres. Départ imminent, JN et Stéphane pareil à leur habitude font honneur à la carte des Brochettes grillées, sous l’œil surpris d’Erwan qui observe son nouvel équipage tout en faisant sa connaissance.

Direction le Catamaran désormais pour une répartition rapide des cabines doubles : JN et Stéphane seront bâbord arrière, Thanh sera tribord arrière avec Pauline (notre amie swimrunneuse (cf notre CR WC 2012).

Les deux autres cabines sont occupées par Adrien et Solenne, couple de swimrunners de la Green Team, et Camille et Corinne, amies swimrunneuses rencontrées à de nombreuses reprises sur le circuit ÖtillÖ. 
Il y a du niveau à bord !

Faltazy 2 est superbement équipé, tant pour la navigation au long court que pour le confort des passagers. L’avitaillement est complet, rien ne manque, absolument rien.
Boissons à foison, provisions à gogo, glacière et réfrigérateur remplis à ras bord, crêpes et biscuits aux choix variés, … jusqu’à la pharmacie de bord qui soulagera quelques nausées pour les moins expérimentés et souffrants du mal de mer.  Au top pour nos trois néophytes courageux fraîchement embarqués pour une première expérience de navigation de plusieurs heures : l’ordinateur et le calculateur de bord indique une durée estimée de voyage de 17 à 18 heures de pleine mer.

 Il est temps de passer aux choses sérieuses, Erwan réunit son équipage sur le pont pour un briefing de sécurité rigoureux, démonstration de mise des gilets de sauvetage indispensable aux quarts de nuit à l’extérieur, et autres consignes de rigueur pour parer à tout incident. PNC aux portes !
Erwan donne ensuite  aux moussaillons quelques explications sur la vie en commun à bord, tours de repas, de vaisselle, ou de l’utilisation de la pompe de vidange des toilettes,… Vient enfin le temps de la répartition des quarts de nuit, rapidement établie « Des questions ? Pas de question ! »  0n largue les amarres peu avant minuit. 

Tout le monde est sur le pont à l’avant du Cata pour admirer les lumières de la ville et découvrir pour les autre les premiers effets de tangages et de houle sur les coques. On distingue plusieurs phares et balises, Faltazy 2 trace sa route. Les voiles sont hissées et réglées. Au lit pour tout le monde, il faut prendre du repos avant son quart.

Thanh et Erwan seront à la barre de minuit à 2 heures. Camille et Stéphane prendront le relais de 2 à 4 pour laisser ensuit le navire sous la responsabilité de Jean-Nicolas et Adrien de 4 à 6 heures du matin. Erwan et Thanh reprendront les commandes à partir de 6 heures…Pendant tout ce temps, Pauline, Solenne et Corinne dormiront tranquillement (ou presque, la houle secoue les estomacs et il ne sera pas évident de rester dans les cabines).
 
Superbes conditions de vents, de courant, de visibilité, le navire avale les miles. Les deux heures de quart permettront aux équipiers de parler de swimrun et d’aventures sportives entre deux manœuvres d’évitement de bateaux de pêches et surveillance du maintien de cap. Bien cool cette première nuit étoilée.

Le jour est levé, arrivée toujours prévue vers 17 :00 heures locales. La vie s’organise. Nous alternerons entre sieste, repas, chahut et blagues, musique et lecture, grand air ou à la barre tout au long de cette longue journée de mer.

Terre en vue. 
Les îles Scillies se dessinent au loin. Les courses du weekend nous reviennent à l’esprit. Les îles grossissent de plus en plus, nous nous en approchons toujours à la voile, à bonne allure. 

Il est temps désormais d’affaler nos voiles car nous sommes déjà entre St Mary’s et St Martins, on navigue au moteur, vitesse réduite, on est tous bluffé par la beauté des côtes rocheuses et boisées, la couleur du soleil rasant sur les îles est étonnante. La mer est d’huile. 

Erwan nous propose avant le mouillage d’aller pêcher quelques poissons pour le lendemain, c’est un grand « Oui » unanime, la croisière s’amuse !
La mer est réputée poissonneuse, Erwan place son navire au dessus d’une zone de 40 à 60 m de profondeur et laisse son moulinet dérouler vers le fond. 10 mn et 4 poissons de taille moyenne rejetés à la mer plus tard, le premier lieu jaune digne d’être présenté à la table du capitaine est sorti de l’eau, puis un deuxième puis un troisième. Fin de partie et hâte d’être à demain pour les savourer. 

Erwan, fin connaisseur des lieux dirige Faltazy 2 vers une zone de mouillage calme et paisible, le panorama alentours est superbe. Bateau ancré solidement, l’équipage s’affère à la préparation d’un bon, vrai, délicieux, copieux repas. Les casse-croûtes du midi, bien qu’appréciés, ont laissé (au moins deux membres de) l’équipage sur sa faim. Erwan sort la plancha de pont, et aussitôt les petits légumes grillent tranquillement.

Stéphane enfile son maillot pour une baignade « test  de température de l’eau », Thanh le suit aussitôt. La baignade n’est pas trop longue à 12° C. Douchette de rinçage sur l’arrière du flotteur tribord, nos deux nageurs vont se changer, l’heure de l’apéro a sonné, tout le monde à son poste !  Cidre, bière bretonne, petits «mangements » et cacahuètes, le temps nécessaire à notre Cook JN de peaufiner la cuisson du poulet et des légumes de saison.

Repas 5 étoiles. 

La mer est plate, nos moussaillones novices et légèrement troublées par cette magnifique navigation de quelques 18 heures de mer vont pouvoir profiter pleinement du repas « pour se refaire la cerise ». 
On parle des courses, de l’organisation et du planning, et du programme de la journée « off » du lendemain et on rigole bien. Une première assiette se termine en un temps record (sur une course ça ferait podium assurément)… 2ème service. Certaines assiettes sont encore bien garnies mais il est déjà temps du 3ème service pour notre ogre de bord JN ! 

Le Capitaine, étonné, stupéfait,  s’inquiète déjà de l’état de son stock de vivres après ce premier repas tous ensemble. Il y a fort heureusement un supermarket à St Mary, un passage s’y imposera dans les heures à venir. Le sommeil ne tarde pas à rattraper l’équipage repus  qui bénéficiera d’un calme plat sous les coques pour récupérer de la nuit agitée précédente.   Douce nuit moussaillons !

On ne nous avait pas menti. Quelle nuit de récupération. Pas un bruit, légèrement bercé par le clapot et les changements de marées notre équipage se repose au calme de cet endroit unique de la baie de Tresco.

Premier à faire son apparition à 6 :30 dans le carré principale, Stéphane, suivi de peu par Pauline, prépare l’eau chaude pour le thé et le café, Pauline fait griller quelques tartines de pain de campagne breton qui agrémenteront notre petit-déjeuner.  L’odeur du pain chaud et du café aura raison du sommeil de nos sportifs navigateurs, toute l’équipe de joyeux lurons est à nouveau réunie sur le pont. 

Fin du petit déjeuner vers 8 :30 et comme on est pas venu aux Scillies pour … euh… pour… (private joke Coco, « Acheter du terrain, enfiler des perles, … » on aura eu toutes les versions) mais surtout pour faire du sport, chacun enfile sa tenue de running et Erwan nous débarque en annexe sur la jetée voisine de Tresco. Deux voyages A/R et les binômes sont au complet pour un running exploratoire du parcours du WS d’ores et déjà balisé sur Tresco. 45 mn prévues, et au final 90 mn courues, trottinées, marchées… C’est tout simplement splendide, la lande, les plages, les abords du jardin botanique, les petit villages aux maisons aux jardins superbement entretenus et toutes décorées de drapeau à l’effigie de la Reine pour célébrer son jubilée de platine, belle ferveur. Nous croisons mille sourires des locaux et promeneurs.

C’est un fait, sport et tourisme se complètent bien, nous grimperons en haut de la tour du Crowwell’s Castle, joli point de vue panoramique sur le chenal qui sépare Bryher de Tresco et d’où Thanh agitera fièrement le drapeau étendard LVN. Nos Swimrunners en goguette – mais en pleine révision et apprentissage du parcours – peuvent y apercevoir les fanions et la bouée ÖtillÖ de la traversée du World series. 

Encore un petit D+ et un château en ruine plus tard, les runners retrouvent « épuisés »  Solenne et Erwan au café de bord de mer.

Nous n’avons pas mentionné jusqu’alors la blessure de Solenne qui l’empêche de concourir avec Adrien ce weekend et qui explique la présence  de « vomito » Pauline – remplaçante courageuse de dernière minute – qui n’a pas hésité à braver la tempête pour accompagner les LVN dans leurs aventures britanniques. Café, Pinte, Soft drink, chacun sa religion, mettent en appétit nos athlètes en croisière. Vous souvenez vous de la partie de pêche de la veille, et oui c’est maintenant, poissons frais à la plancha au menu pour la plus grande joie de l’équipage. 

A table donc. Et là, … c’est dans un silence monacal que nos gros gourmands se délecteront. Il n’y aura pas de reste, et pour une fois ce ne sera pas uniquement du fait de JN 😉 On ne dira pas comment le poisson ’était succulent ici, mais quand même… Erwan navigue à perfection mais sait aussi dorloter ses convives avec ses talents de cuisiniers aux cuissons parfaites, quel régal !,Café, plaques de chocolats, petits biscuits Catavoile (encore un délice), il est temps de faire une petite sieste car au programme de l’après-midi, c’est natation.

Nos vaillants LVN resteront en maillots de bain, les autres en combinaison. Plouf, waou, c’est un peu frais, selon les « combistes », non, c’est vraiment très frais selon les textiles… Natation de réglage pour le nouveau binôme , test de matériel pour d’autres, trempette rapide et tonique pour les textiles… l’après-midi est seychelloise (hors température de l’eau, hein !).

Erwan a sorti son drone et immortalise l’instant avec des prises de vue fabuleuses. Tout est réuni, un cadrage parfait, mais aussi les couleurs uniques de la mer. Merci pour les photos souvenirs @ Erwan. Skipper, cuisto, pilote de drone et photographe, que de talents !

Douchettes de pont pour les uns, douches chaudes dans les deux salles d’eau dont est équipé Faltazy 2 pour les autres. La vie à bord sans horaire ni montre,  sans programme ni obligation se déroule paisiblement.  Farniente, rigolades, apéro, rigolades, dîner, rigolades, jeu de société sympa en équipes, rigolades… le Capitaine propose un rhum vieux « pour les vrais navigateurs » ahahah… Ils ne seront avec Stéphane que deux à le déguster. Ce sera tisanes pour les autres. 

Notre premier binôme Sprint court demain matin, Erwan organise le programme du lendemain. On lèvera l’ancre à 8 heures pétantes pour mouiller à St Mary’s quelques 30 mn plus tard. Bosco Stéphane sous les ordres du Capitaine procède à la manœuvre d’ancrage. Faltazy 2 ancré ! St Mary’s nous voilà ! 
Et on est pas là pour… euh… pour… euh…  Merci Coco pour ces éclats de rires.

Nos deux athlètes du jour sont parés à quitter le navire pour récupérer leur dossard. Erwan fait une première vacation avec nos trois LVN, deux coureurs accompagnés de leur porte-drapeau aujourd’hui.

Le départ est à 11 :00, les concurrents sont à l’abri mais arrivent au compte goutte. Retrait des dossards et briefing d’avant course occupent les derniers instants de nos LVN concentrés.

La météo a viré, le ciel est gris, un crachin s’annonce, arrive et tombe, puis cède sa place à une belle averse de pluie. Les galets et rochers pouvaient être glissants, il le seront (Le genou de Thanh en attestera en fin de Sprint). 

L’effervescence comme à chaque départ d’une épreuve Swimrun ÖtillÖ est au rendez-vous. Le nombre de concurrents  Solo ou Team, Sprint ou Experience,  est impressionnant.

Compte à rebours et le Start est lancé. C’est parti pour Thanh et JN qui veulent en découdre.

Une partie de l’équipe suit la première natation, l’autre  parcoure le premier tronçon de running jusqu’au sémaphore et la première mise à l’eau.
Il est temps pour Stéphane de rejoindre la ligne d’arrivée car nos LVN engagés ne vont pas tarder à la couper.
C’est chose faite sous un tonnerre d’applaudissements, Thanh et JN stoppent le chrono en deuxième place Team Man. Congrats !

Pour la petite histoire, Thanh et JN devaient participer au sprint à Hvar mais la course a été annulé et n’est pour le moment pas reprogrammée. Comme Scilly est cette année la seule étape où les épreuves courtes sont le Samedi et le World Series le dimanche, c’était l’occasion pour nos 2 compères de prendre le départ du Sprint et pour JN de faire le World Series le lendemain avec Stéphane.

Après une météo magnifique les 2 jours précédents la course, ce Samedi leur a réservé un vrai temps anglais, pluie, crachin, brouillard, vent, vagues, courant, tout pour faire un swimrun mémorable ! Enfiler de nouveau un chasuble Otillo fait du bien au moral mais notre binôme veut faire un départ prudent pour pouvoir tenir la distance.

À peine quelques mètres parcourus et ils attaquent la montée vers le « Star Castle » qui coupe immédiatement les jambes et fait monter le cardio plus que prévu. Pas besoin de jeter toutes les forces dans la bataille, quelques concurrents passent, ça ira mieux après. Un faux plat descendant jusqu’à la première natation leur permet de se refaire la cerise avant la première section natation.

Première transition, la longe est passée, quelques petits réglages font perdre un peu de temps mais rien de trop grave. L’eau est moins froide que lors des tests de la veille, aucun soucis de côté-là. Une fois lancés dans l’eau, la remontée commence et malgré le brouillard dans et hors des lunettes, la direction est bonne. À la sortie de l’eau, les positions sont déjà plus claires pour le reste de la course. Beaucoup de solo et peu de binômes, les nouvelles couleurs Orange pour tout le monde n’aident pas à distinguer les différentes catégories comme avant mais ce n’est pas vraiment grave, il faut rester concentré sur sa course.

Le binôme avance bien, pas de couacs, les courses à pied s’enchainent, les natations aussi, tout va bien. Une fois de l’autre côté de l’île, ils se retrouvent exposés aux vents et courants qui rendent les natations beaucoup plus compliquées. Les vagues de face se fracassent également sur les rochers au niveau des sorties d’eau. Les drapeaux de sortie sont des indications lointaines et il faut choisir soi même les rochers qui semblent les plus hospitaliers.

Avec un peu d’expérience, en jouant avec les vagues, il faut choisir le bon moment pour finir sur un rocher et sortir avant que l’eau ne revienne. Tout ceci un étant longé, il faut veiller à ce que son binôme suive ! Nos 2 compères s’en sortent plus bien, quelques petits bobos mais pas grand-chose.

Les positions n’ont guère changées depuis la première sortie d’eau, les mêmes se croisent et se recroisent au gré des sections. Au détour d’un sentier côtier plein de cailloux et de racines, Thanh se retrouve à terre suite à un mauvais appui, plus de peur que de mal, une belle égratignure mais il repart et tout va bien. Heureusement le tour de l’île les amène vers des terrains plus hospitaliers avec moins de vent et une eau calme, la marée descend tranquillement et les natations sont plus courtes que prévues.

Les algues ne gênent pas dans l’eau cette fois, sur les courses à pied, le sable fait son apparition, de petites côtes font mal aux jambes mais personne ne revient derrière. Une dernière natation, la même petite section jungle qu’en 2018 et les voilà qui débarquent sur le port une 2è place en binôme homme à la clé. Grands sourires, un peu de surprise et beaucoup de bonheur.

L’ambiance est au top, les concurrents franchissent le portique d’arrivée un à un, dans la joie et la douleur, chacun a fait sa course.

Quelle joie pour les LVN : Premier podium LVN après plus de 6 ans de participation au circuit ÖtillÖ, et quel podium, course maitrisée, temps plus que rapide, les bobos au genou n’auront pas ralentis le binôme. Remise de médailles. C’est top quand tes partenaires sont sur la boîte !

A peine remis de leurs émotions, les compétiteurs World Series du lendemain retournent à bord jusqu’au moment du retrait des dossards et du briefing course. Les LVN resteront à terre pour savourer l’instant. Stéphane fera néanmoins une petite sieste sous la tente ÖtillÖ en attendant ses compères de croisière.

BIB récupérés, il est temps de regagner Faltazy 2 pour un bon dîner d’avant course pour préparer son matériel, chacun son petit rituel, une petite partie de jeu de société et tout le monde file dormir. 

Réveil fixé à 6 :30 pétantes pour tous.
Comme à l’habitude, Stéphane et Pauline regagne le carré vers 6h et se préparent leur petits déjeuners respectifs en attendant le reste de l’équipage. 6h30 et c’est l’effervescence à bord. Omelette pour l’un, pastas pour l’autre, tartines de miel et céréales au fromage blanc… l’offre du Palace flottant permet à chacun de se restaurer à sa convenance.

Les combinaisons sont enfilées, le matériel de course checké, tout le monde a son gobelet et son « first aid kit », puces chrono à la cheville et gels dans les combis, Erwan peut démarrer le moteur de l’annexe pour entamer ses rotations « zodiacales ».
On est tous à terre. La tension de début de course monte tranquillement, c’est l’heure de l’échauffement et du petit détour nécessaire d’avant course.

Comme prévu par l’organisation tous les concurrents se dirigent à 8 :45 vers le sas de départ. Les encouragements fusent, la nervosité de certains concurrents est palpable.
 

Cinq, Quatre, Trois, Deux, Un…

Nous y sommes, une nouvelle fois, une fois encore, avec beaucoup moins de tension qu’au championnat du monde pour nos deux LVN en piste. JN et Stéphane sont dans le groupetto, et ne font pas l’erreur de partir à balle pour être vite devant dans l’eau, raisonnables dans ces 2800m de mise en route jusqu’à la première natation donc,  le dernier sentier d’approche de la plage est un peu tortueux. Ils laissent le peloton s’étirer dans le petit coup de cul qui monte jusqu’au sémaphore. 

Notre binôme traverse prudemment la plage de petits rochers ou gros galets selon, inutile de se faire une cheville en ce début de course, nombreux binômes sont déjà dans l’eau mais pas de panique, nos lascars connaissent leur atout, enfilent tranquillement leur bonnets et lunettes, ajustent pull-buoys et plaquettes…et entament le premier 2000m de nat pour atteindre Tresco à très bon rythme. Nos LVN dépassent de nombreux binômes en évitant les quelques obstacles d’algues gourmandes.

Ca déroule, le tandem est échauffé désormais et appuie un peu plus fort sur les plaquettes, c’est déjà la première sortie, premier Cutt-off largement passé, un petit 700m de run sur un chemin sablonneux et les bras tournent  à nouveau  pour la deuxième nat de 1400m jusqu’à l’île de Bryher. 

Moins d’algues sur le parcours mais une pointe à atteindre puis un grand virage à droite pour atteindre la plage de sortie. Le leader JN trace au plus court, il y a tout juste de quoi placer les plaquettes sous l’eau tant ils sont  proches des rochers mais ça le fait. Un petit potager d’algues à la sortie ralentit à peine  leur progression, et oh surprise, JN et Stéphane sortent de l’eau au même instant que Pauline et Adrien. Les deux amis étaient pourtant bien devant eux lors du premier run, belles premières nats LVN. 

Les deux binômes repartent donc ensemble pour la traversée de Bryher, 800m jusqu’au premier ravito puis 2400m de terrain souple de mousse végétale, c’est confort. Une petite erreur de parcours d’Adrien et Pauline leur font perdre 2 minutes, JN et Stéphane les talonnent de prés.

Le catamaran est en poste pour la prochaine traversée, majestueux depuis le haut de la colline que parcoure son équipage. Visiblement Camille et Corinne sont derrière le groupe, mais certainement très proches.

Pauline et Adrien reprennent du terrain sur JN et Stéphane qui se mettent à l’eau avec 200m de retard, ils augmentent l’écart en s’emmêlant dans une bouée flottante sur ces 500m de traversée en se faisant surprendre par un fort courant au milieu.

Sortie rapide de l’eau, et ça grimpe au sommet de Tresco. Le rythme de nos LVN est bon, la progression est plus que satisfaisante. Pas trop de soleil, juste ce qu’il faut pour réchauffer les coureurs après les nats. C’est désormais 6700m de run qu’il faut avaler tout autour de Tresco, la lande à nouveau, les villages, la côte et les pourtours du jardin botanique, une petite coupure ravito, et une succession de natations et de petites portions running attendent les LVN : 400-300-900-600-400.
Camille et Coco rattrapent nos LVN lors des 300m du passage sur le petit îlot  mais décident de rester grouper pour prendre les pieds de Stéphane et de JN, elles ont visiblement froid, cette nat à 4 semble les aider et leur redonne de la vigueur. Comme on sait, « elle ne sont pas là pour, …euh… pour… »
Elles repartent à balle dès la sortie d’eau, nos LVN ne les reverront qu’après l’arrivée. Cutt-off passé largement. Les cutt-offs ne feront pas partie de la stratégie de course LVN aujourd’hui. Ils sont larges.

Un généreux ravitaillement à la sortie des 400m de nat attend les binômes juste après la cale du Karma Hôtel. Bel accueil, nappes blanches, le Karma est un 5 étoiles qui sait aussi accueillir ses convives. Nos LVN font le plein. 

Les alertes crampes de Stéphane font un légère apparition, hydratation maximale pour tenter de les repousser. Elles réapparaitront malheureusement sur le 7000m de runs qui mène au phare puis à la dernière longue natation de 2500m, ce sera donc running et marche alternés, mais surtout marche malheureusement pour le chrono. Mais le chrono, nos LVN s’en détache pour profiter de l’instant sportif du moment.

Les paysages sont grandioses, le terrain est facile. La mise à l’eau redoutée est là !
Le dernier cutt-off est passé, largement une fois encore.

Chaleur et fatigue aidant, l’eau paraît plus froide, elle doit être plus froide en fait. Les épaules sont plus lourdes dès les premiers 1000m et les derniers1500m deviennent plus difficiles à parcourir. Mental, envie de sortir de l’eau pour se réchauffer feront tourner les plaquettes sans mollir, la présence d’algues pernicieuses ralentit la progression, la présence du Catamaran et les encouragements de l’équipage réchauffent les bras qui tournent alors plus vite pour atteindre St Mary ‘s.

C’est fait, reste à se réchauffer de cette longue et interminable traversée sur les 7500 de run à travers les paysages verdoyants de St Mary’s. Encore un petit 300m de natation rafraichissante et nos LVN franchiront la ligne d’arrivée.

La fin de parcours se déroule tranquillement, avec un peu trop de marche malheureusement mais les crampes sont douloureuses, inutile de se blesser car il n’y a aucun enjeu sur cette épreuve. JN participe au Swissman fin juin, c’est un entrainement pour lui, Stéphane veut finir sans bobo. 

A 300m de l’arrivée Thanh est là et court les derniers mètres avec la Team, 3 LVN réunis, c’est cool. La Team 43 franchit la ligne, 6h25 au chrono, 12ème team Man ( temps honorable malgré quelques 30 minutes mini perdues à cramper), et se voit remettre la médaille de finisher par Michael, toujours aussi chaleureux et encourageant. 
Une de plus, le circuit ÖtillÖ tient toujours ses promesses, quelle course magnifique une fois encore.

Fin du WS Isle of Scilly édition 2022. 
Superbe journée. 
D’autant plus belle journée, que la team prend connaissance des classements de Pauline et Adrien et de Camille et Corinne : Les deux teams font podium et 3ème dans leurs catégories respectives. Chapeau bas et congrats les amis.

Il est temps pour notre équipe LVN de se changer et de se restaurer avant les podiums. Le Chili french-fries de fin de course se laisse manger, tellement bon que JN en mangera 2 et demi en guise de goûter et pour patienter avant le dîner !
Comme dirait notre skipper, Erwan, « il faut mieux l’avoir en photo qu’à bord le morphal ! »

La pression de course retombe doucement, Hugo, notre ami d’entrainement et grand vainqueur du WS prend le temps de nous demander comment c’est déroulé notre course. Au top, c’est ce que l’on aime dans l’esprit Swimrun Ötillö : la performance dans la simplicité et l’humilité.

Debriefing à froid sur la course de nos LVN : 
Points positifs,  les natations successives à très bon rythme, les bons runs sur la première partie de course.
Points de progression, un remède pour les crampes de Stéphane après 4 heures de courses, un meilleur entraînement pour lui également après un hiver d’hibernation post ÖtillÖ WC.
On ne change rien au bonheur partagé entre nos deux athlètes pendant les courses.

Podiums, médailles, applaudissements nourris, il est temps de rejoindre notre navire qui doit rapidement lever l’ancre et repartir vers son port d’attache breton au plus vite.

Matériels rincés, athlètes douchés, ancre relevée, l’équipage au complet, bière ou cidre à la main, quitte le port de St Mary’s, puis les côtes ensoleillées de St Agnes.
Les « Isles of Scilly » s’éloigne peu à peu. Les oiseaux marins sont nombreux, l’équipage découvrira même, étonné, une variété de petits pingouins agités.  

La mer se fait plus forte, le vent est stable et les voiles sont hissées, le cap est pris, la route tracée, « que vogue l’équipage ! »

Les vagues se creusent, il va être difficile pour notre chef étoilé de préparer les filets de poissons pêchés durant le WS. Ce sera donc boulettes de viandes hachées / Chips pour plus de facilité, tant dans la préparation que dans la dégustation.
Un délice ! 3 par personne, 5 pour Thanh et Stéphane, il en reste… 7 pour JN mais peut-être 8, on ne comptait plus ☺

Le Capitaine répartit à nouveau les quarts de nuits pour les volontaires.
Stéphane prend le premier pendant que l’équipage dort paisiblement. Le grand kiff, navigation au cap sans pilote automatique, une nuit étoilée et une pluie de météores au dessus du bateau, quelques étoiles filantes mais il est déjà temps de passer le relai à Erwan qui fera le quart difficile du passage du rail où les super tankers croisent.
JN tiendra le cap à la barre au petit matin jusqu’au réveil de tous. Admirant au passage le Queen Victoria qui croisera de près le Catamaran en sortie du premier rail d’Ouessant.
La nuit a secoué quelques estomacs mais le moral et la bonne humeur sont omniprésents. 
La météo est moins agréable, nuages et légère pluie, mais propice à la navigation à voile, dont profite à plein nos LVN sur le pont.

On distingue Ouessant au large, nous approchons de ses côtes rapidement, puis de la Pointe St Matthieu, c’est déjà l’entrée dans le goulet de Brest. L’aventure merveilleuse des « LVN font du bateau » touche à sa fin.

Les bagages sont faits, Erwan partage sa pêche et nous offre un paquet de délicieux biscuits bretons pur beurre logotypé « Catavoile », un bon et beau souvenir pour les pauses café à venir.

L’équipage s’embrasse sous la pluie et quitte Flatazy2 et son super Capitaine avec regrets. 
Que de belles rencontres !

Les routes se séparent, la gare direction Paris pour Pauline et les LVN, le parking voiture pour les autres. Erwan aura encore 4 heures de navigation pour rejoindre son port d’attache à Morgat.

Kenavo !

Et de toute évidence l’envie de reprendre la mer avec Erwan l’an prochain pour la prochaine édition de l’ÖtillÖ WS Isles of Scilly pour laquelle JN et Thanh ont gagné un dossard Sprint avec leur 2ème place sur le podium. Avec une équipe plus nombreuse on l’espère, mais toujours avec notre skipper « Ötillö certified »  Erwan

✍️Jean Nicolas Mehr & ✍️Stéphane Jay

📷 crédit photos Akuna/OtillO – LVN

🎥 Rasmus Lodenius / OtillO

⛵ Catamaran Erwan IG: @catavoile29

Leave a Reply