Rebelote Christel et Renaud victoire sur la 5ème édition Swimrunman France Series à Laffrey

Renaud Cadière et Christel Robin, un couple niçois aussi discret que performant, a frappé un grand coup sur la 5ème édition Swimrunman France Series, Laffrey qui a eu lieu ce dimanche 22 août 2021 en remportant la victoire en mixte avec une seconde place en scratch en bonus sur le vertical. Ce parcours de swimrun est totalement atypique avec son arrivée perchée au sommet de la Verticale du Grand Serre (2141m), un des kilomètre vertical les plus durs au monde.

Christel prend sa plus belle plume pour nous relater cette course au format insolite et au final brutal.

Hier, épreuve Swimrunman France Series, Laffrey. 9🏃‍♀️🏃, 8 🏊‍♂️🏊‍♂️, 16 transitions 6,3km swim / 25km run pour 1650m d+, arrivée en-haut d’un kilomètre vertical.
Après quasiment 1 an sans swimrun, @renaudcadiere et moi venions dans cet écrin de nature pour :

  • comme toujours vivre une nouvelle expérience
  • reprendre des marques dans la discipline 15 jours avant les mondiaux Ötillö en Suède
  • essayer de remporter le titre de Champions Swimrunman France
  • re-découvrir ce parcours hors du commun arpenté l’année dernière.

Contrat rempli.
🥇 en mixte, 2ème place au scratch, nous sommes très heureux de ce titre de 🇫🇷 Champions Swimrunman France 2020/2021.

Mais OMG, c’est un mélange ambivalent de gratitude et de frustration. Je prends tout à cœur (je me soigne mais mon cœur a ses raisons que la raison ignore !), et en bonne perfectionniste exigeante, le flot d’imperfections d’hier occupe le devant de ma scène intérieure.
Pour cause : départ donné, à l’issue du premier run je plonge à l’eau en tête du paquet de tête, Renaud emboîtant le pas, ainsi que 3 binômes hommes. La 1ère swim se fait sans longe comme le 1er run, ce qui permet à Renaud de fumer la pipe en nageant. Nous raccrochons puis revenons à l’avant du paquet de tête (perdu dans l’eau) sur le 2ème run.

Là, tout notre paquet de tête fait une erreur de parcours, qui nous coûte un bon 2kms escarpés et 10 bonnes minutes. Nous replongeons à l’eau dans un mélange d’agacement et de “c’est comme ça” (gros travail mental de recentrage sur l’objectif). Au lieu de la 1ère place mixte, nous nous retrouvons à la 3ème, avec plusieurs minutes de retard.

Ce qui n’a rien arrangé à cela c’est que mon allure à pied, même en le tractant, met Renaud en sur-chauffe, et tout au long de la course je peinerai à réfréner mon énergie. C’est au final contre-productif puisque Renaud est dans le rouge, et cela lui rend la tâche plus difficile pour assurer les commandes sur les sections swim.
Ma phalange cassée en plastique rend les manipulations de plaquettes laborieuses aux entrées et sorties d’eau, nous reprenons seulement lentement du temps sur nos concurrents… À l’issue de la dernière longue swim où Renaud appuie fort sur les plaques, nous reprenons la tête mixte, et en début de kilomètre vertical final prenons la tête scratch.

Je tracte à fond mais Renaud vit un supplice. La pente est très très raide (52% de moyenne avec des passages à 70%), et une forte traction y impose à celui qui est tracté une motricité qui n’est pas forcément la sienne. Obligée de réfréner mes ardeurs, nous passons 2ème au scratch et conservons notre 1ère place mixte, avec un Renaud à bout de forces, une Christel qui se sent coupable d’avoir mis son binôme à mal, et une vue imprenable sur la vallée grenobloise.

30 secondes de mieux que l’année dernière avec l’erreur de parcours. Derrière cette météo mentale nuageuse, place au ciel clair. Une organisation aux petits soins, le plaisir de retrouver Angèle, Pierre-Louis, Annabelle et Marc 🙏🙏

à l’arrivée, une grande admiration pour le courage de Renaud, un partage de plus, dans la joie comme dans la douleur, un contrat rempli ; j’ai aussi découvert que je pouvais tracter fort et longtemps mon bonhomme. Je ne suis peut-être pas si fragile 🌸

Un éclairage sur les optimisations à apporter quant à la gestion en binôme de l’effort de chacun. Bref, vive le sport sur Antenne 2 !…. euh… non, Le sport est un chemin 😉

Insta : @christelrobinbodyandmind Facebook : @christelrobin
👉🧭 https://www.christelrobinbodyandmind.com/

Infos et résultats sur www.swimrunman.fr
Crédit photos @SWIMRUNMAN France

Cette épreuve qualificative pour les Championnats du Monde ÖTILLÖ de swimrun a été marquée de son empreinte en 2020 par les deux champions français Hugo Tormento et Matthieu Poullain (plusieurs victoires sur le circuit coupe du monde) qui détiennent le record en 4h06min12sec. Pour cette 5ème édition, le chrono restera éloigné de cette marque référence avec la victoire finale de Gabin MANTULET et Maxime GUILLET en 4h39min28sec au bout des 6km300 de natation et 25km de course à pied.

Christel ROBIN et Renaud CADIERE prennent la deuxième place (4h44min06sec), Pierre-Louis SENECHAL et Angèle DUHEM, la troisième en 4h52min35sec et Annabelle DIETRE Très belle performance des équipes mixtes, qui prouvent bien là la mixité du swimrun, et Marc SALIERNO la quatrième (4h56min36sec) !
Côté femmes, les belges Inès HAINAUT et Marie MEEUS récidivent après leur victoire de 2020, dans un excellent chrono de 5h12min05sec.

Leave a Reply