Swimrun Anjou 2022 Pierre Louis Sénéchal et Angèle Duhem arrachent la victoire au scratch

La 4ème édition de l’Anjou swimrun s’est tenue le samedi 7 mai 2022 sur deux parcours autour du Lac de Maine. Une distance M de 27 km au total dont 5 km de natation et une distance S de 12 km total dont 2 km de natation ont été proposées à près de 190 équipes binômes. Après 3 ans d’absence dû à la pandémie et autre, les swimrunners avaient soif de compétition.

Pierre Louis Sénéchal et Angèle Duhem remportent l’épreuve reine au terme d’une lutte acharnée avec la paire Huet Tony et Jeremy avec un écart 30 secondes en 2:43:07. C’est rarissime qu’un binôme mixte s’impose au classement général. Il ne faut pas être étonné pour autant, car la paire TC Weppes Envol s’entraine pour les championnats du monde de Suède qui auront lieu début septembre dans l’archipel de Stockholm. Auteur d’une belle course en 2021, l’attachant duo nordiste que nous avions interviewé à la coupe du monde de Cannes en octobre 2021, a apparement encore progressé.

Que se passe t’il dans les têtes à l’avant course ? Angèle et Pierre Louis vous emmènent avec eux sur le parcours M de l’Anjou Swimrun. Attention ça dépote !

Pierre-Louis Sénéchal : C’était notre première sortie officielle de la saison. Nous devions être sur le Costa Brava il y a deux semaines, mais une grève Ryanair en Belgique nous a empêché de faire le déplacement. On voulait vite retrouver une compétition et l’Anjou, organisation réputée en France nous faisait de l’oeil.

Angèle Duhem : On venait aussi parce qu’un copain de notre club était engagé sur le format S depuis quelques mois, c’était l’occasion de se retrouver là-bas. Nous étions sur le format M, 22km de run et 5km de swim.

P-L : Eau entre 16 et 18 degrés, c’était l’occasion de tester notre nouvelle Alligator light Elite, la nouvelle combinaison sans manches de chez NU ultra légère et aux bras libérés. Ce sera très certainement le meilleur choix en terme d’équipement pour cette course !

A : Départ 13H, nous savons qu’il y a des bons binômes engagés, anciens triathlètes pro [NDLR, tel Toumy Degham] et swimrunners expérimentés, ça sera une belle bagarre !
Comme d’habitude, P-L part en furie au coup de pistolet ce qui nous place tout de suite dans un groupe de tête avec 3 binômes masculins jusqu’à la première natation. Dans l’eau, nous tenons le rythme des gars sans pour autant être la leitmotiv pour le moment.

P-L : Oui j’avais prévenu Angèle, première partie de course, on reste dans les pieds et on voit ce que ça donne. Derrière à pied, on tient tout aussi bien le rythme que dans l’eau et pourtant ça galope. Mes 5 premiers kilomètres ne se font pas avec des bonnes sensations, mais Angèle comme à son habitude a confiance et motive les troupes.

A : Nous arrivons vite sur quelques petites montées qui « cassent » un petit peu ce quatuor et vers le kilomètre 10. Nous nous retrouvons seuls avec les premiers hommes, les frères Huet. Ils seront au-delà de nos adversaires, nos partenaires de course jusqu’à l’ultime natation…

P-L : S’en suit des plus longues portions de course, où les gars tentent de relancer mais notre convoi mixte s’accroche, on commence même à bien se sentir. On passe les ravitaillements comme des furieux avec un combo Tuc/banane qui marche toujours aussi bien. Les bénévoles sont au taquet, le ravitaillement pourrait être un facteur déterminant dans la course !

A : La pression de course se fait ressentir, pas le temps de manger aux ravitaillements, je mâche ma pâte de fruits en nageant, celle-ci est donc agrémentée de boue de la rivière de la Maine.
Nous savons à ce moment là, vers le 20ème kilomètre qu’on accrochera si tout va bien, une belle place au général mais il reste une longue natation à tirer de 1km4, la traversée complète du Lac de Maine et un bon 3km roulant qui sera déterminant. J’ai parfois des crampes au ventre mais l’adrénaline prend le dessus tant la pression mise par les garçons est omniprésente.

P-L : On rentre premiers dans l’eau et on en sortira premiers mais les frères ont passé la traversée dans nos pieds (et parfois même sur Angèle les coquins !). On débarque sur la plage, je les vois toujours aussi déterminés à nous croquer et je comprends que la course est bien loin d’être pliée alors qu’il nous reste à peine 20minutes de course.

A : Sur le dernier Run, on se double chacun notre tour sans un mot. Tout le monde dans sa tête se dit que ça va se finir au sprint. Il restait après cette section course à pied, une natation de 350m et un sprint de 100m jusqu’à la ligne d’arrivée. On rentre dans l’eau premiers, on bombarde tout ce qu’il restait dans les bras. Je nage en me retournant pour voir où sont les deux frères, je vois qu’un petit écart se fait au fur et à mesure de la natation. Le stress monte, je me dis que si on veut gagner, il faut faire une transition parfaite, courir avec les lunettes sur les yeux et pullboy qui pend pour ne pas perdre une seconde, et surtout ne pas trébucher ou perdre une plaquette !

P-L : Nous sortons premiers de l’eau, ça hurle dans tous les sens, on entend le speaker s’enflammer ; la fin de course était aussi palpitante pour nous que pour les spectateurs et l’orga Anjou. Tony et Jérémy sont juste derrière nous mais on réussira à franchir en premier la ligne d’arrivée 30 secondes devant eux.

A : Ça aurait pu être une toute autre issue tant le Swimrun est un sport qui peut se jouer sur des détails. L’équipement, les ravitaillements, la forme du jour de chacun. Mais on a rien lâché, du début à la fin on a tout donné et non sans mal. Terminer premiers au scratch sur l’Anjou est une véritable satisfaction, mais comme je dis toujours, au-delà du classement, c’est notre performance collective qui doit primer.

P-L : C’est aussi la beauté de ce sport, comme l’expliquait Nicolas dans son dernier article Envol sur la récente ultra performance de Sabina et Désirée au Swimrunman Verdon face aux athlètes hommes ; à Anjou nous avons accroché des excellents athlètes, très probablement meilleurs individuellement que nous. Mais la force de notre binôme nous a encore une fois fait dépasser nos limites.

Les résultats de l’Anjou Swimrun 2022 👇
https://www.chronosmetron.com/616-anjou-swimrun-2022

📍IG : @tcweppes
📍IG : @team_weppes_nuswimrun
Leur ITW post championnats du monde ÖtillÖ 2021 👇


Leur portrait d’avant championnats du monde ÖtillÖ 👉 https://swimrunfrance.fr/2021/08/03/portrait-de-la-team-tc-weppes-nu-swimrun-qualifiee-a-lotillo-2021/

Leave a Reply