Swimrun ÖtillÖ Malte 2021 dans l’oeil de Pierre

L’île de Malte, située au sud de la Sicile et au nord de la Tunisie, en fait un lieu idéal pour une fin de saison ÖtillÖ 2021 tourmentée par la pandémie. La course positionnée le 7 novembre bénéficie d’un climat presque indécent en regard du blues automnal qui frappe le reste de l’Europe. Cette destination du plus petit état européen profite de l’arrière saison avec des vols à des prix très abordables. De nombreuses équipes paufinent ici leur classement aux points, ou viennent y glaner les derniers slots qualificatifs pour la finale des championnats du monde ÖtillÖ de swimrun 2022 à Stockholm. Pierre Mangez, lui a déjà son slot pour la finale, et même pour toutes les World Series ! Normal, il est le photographe officiel depuis bien des années du circuit ÖtillÖ. Nous lui avons demandé ce qu’il avait comme objectif sur cette Malta World Series 📷 🏊‍♀️ 🏃

Pierre Mangez ✍️

Salut les frenchies! Ici Pierre qui tente d’écrire un article sur comment ça se passe pour moi pendant que vous vous donnez lors d’un ÖTILLÖ. Et pour ce faire, je vais prendre l’exemple le plus frais en date, l’ÖTILLÖ de Malte 2021.

On se connait peut être de vue ou alors on s’est déjà parlé sur une étape ÖTILLÖ, mais c’est principalement moi qui prend les photos pour ÖTILLÖ depuis 3 ans. Malte, j’y étais pour l’édition de 2019 avant que le Covid ne change la donne pour 2020, donc cette année j’arrivais en terrain connu pour une partie du tracé. En effet l’organisation avait changé le début de parcours pour cette deuxième édition. Un peu décevant car j’avais bien aimé le départ de 2019 dans le cœur de Valletta et les premières nat’ et runs. Ce qui m’avait permis de faire des photos un peu décalées dans ce milieu urbain inhabituel des swimruns.

Un weekend ÖTILLÖ c’est le sprint le samedi et le WS le dimanche, ce qui veut dire prendre des photos de loin, de près, des détails, de drone et sous l’eau… pour satisfaire les coureurs du sprint, et refaire plus ou moins les mêmes photos le lendemain pour l’épreuve des championnats du monde. Certains trouveront cela avantageux (faire 2 fois les “même” photos, easy!) mais pour moi c’est le plus gros challenge de ces weekends car je déteste refaire la même photo 2 fois. Sans oublier qu’ils – les weekends/courses – se répètent chaque année (j’ai fait quatre week-ends Utö sur le même parcours = big big challenge!).

Samedi, jour de sprint, sans mon co-pilote Jean-Marie, ce qui signifie que je vais devoir être au départ, sur le parcours et à la ligne d’arrivée avant les premiers “Expérienceurs/Sprinteurs”…Donc très peu de temps pour faire des belles photos de swimrunners traversant la nature avantageuse de Malte ni m’aventurer trop loin de la ligne d’arrivée. En shootant le départ depuis les hauteurs j’ai réussi à vous prendre pendant votre première natation et vous retrouver après un petit sprint (pour moi) aux escaliers qui vous ont emmené vers le point culminant du parcours. Le temps de sortir mon drone, de faire quelques clichés d’encore plus haut et de me bagarrer contre le vent pour réussir à le faire revenir, il était déjà temps pour moi de revenir sur mes pas pour rentrer à temps et accueillir les vainqueurs derrière la ligne d’arrivée. S’ensuivent 3 heures à capturer les émotions des finishers et 3 heures de téléchargement, sélection et retouche des photos de la journée.

Dimanche, jour de WS, rebelote! Le vent souffle, le soleil se cache derrière de fins nuages puis ça se découvre avant le départ, impeccable, la lumière est magnifique, la journée s’annonce belle! En plus, aujourd’hui je décide de ne pas me mettre en combinaison car l’eau est bonne !

Les photos de la veille sur les hauteurs ont bien marché, donc je ne m’embête pas et pars refaire les mêmes après qq prises du départ sur la plage qui se réveille.
L’organisation nous laisse (à moi et aux autres media boys/girls) beaucoup de liberté quant au choix des spots à ne pas manquer du moment qu’on respecte les deadlines. Ce jour la, 2 deadlines à respecter: être de retour à la ligne d’arrivée avant les vainqueurs et la mise en ligne d’une quarantaine de photo représentant l’environnement de la course et les vainqueurs des différentes catégories avant 17h… Pas impossible mais chaud! Pour réussir, ne pas être trop gourmand sur le nombre d’arrêt mais plutôt sélectionner 5-6 spots et y rester “lågom” longtemps (ni trop ni trop peu, en suédois) pour ne pas tomber en retard.

Ce dimanche à Malte, les premières équipes étaient tellement rapides qu’il ne fallait pas traîner. La première escale m’offre en plus de la sortie de natation sur la plage suivi de l’escalier raide avec des ruines en fond, la descente des coureurs sur l’arête qui plonge vers la mer avec le soleil qui sort au-dessus du plateau…ouf! Alexis et Victor arrivent pile poile pour une photo carte postale quand ils passent le col avec une belle falaise dorée au fond! La technique ne saurait remplacer la chance!

Il est temps de changer de spot. En voiture direction l’autre côté de l’île. En attendant les premières équipes je fais quelques photos de Laser qui régatent dans la baie et qui offriront une respiration dans l’album Flickr (j’aime beaucoup ces photos qui n’ont pas grand chose à voir avec le swimrun mais qui font parti du décor comme les statues, les fleurs, les plagistes en moule-b*** rouge…que les participants n’ont pas forcément le temps d’admirer). Je capture Hugo et Adriel qui sortent de l’eau et cherche un autre angle pour le passage d’Alexis et Victor qui ne sont pas loin derrière.


Je suis assez content des photos de la matinée mais il m’en manque encore quelques-unes que j’irai chercher au 4ème stop au ras des vagues qui rentrent dans la baie de Mistra. Le temps se couvre, nickel, ca ajoute du contraste et du drame!

Le matos photo s’est pris quelques vagues mais il marche encore (je lui ferai prendre une douche à l’hôtel pour le rincer du sel). J’ai encore le temps pour 2 arrêts: un sera pour faire des images sous l’eau, et le dernier au Popeye village (attrape touriste mais fun). Les images sous-marine sortent cool, l’eau transparente et tempérée (même pas eu froid juste en short de bain) de Malte aide.

La journée est loin d’être finie, reste 3 heures à couvrir l’arrivée avec ses joies, ses pleurs et ses câlins puis 4-5 heures pour sélectionner les photos, les retoucher et les publier. Sur les 1800 photos prises ce jour, 340 seront publiées sur Flickr.
Mon 21eme weekend ÖTILLÖ est bouclé, je vais me coucher!

Pour finir, j’en profite pour faire la promo du calendrier swimrun 2022 que je viens d’éditer. Vous aurez le droit chaque mois à une nouvelle photo en format A4 qui vous plongera dans les plus beaux swimruns de l’année passée – pour la modique somme de 36 euros.
https://www.pierremangezphotography.com/p/2022swimruncalendar

Vous voulez en savoir plus sur le travail de Pierre ? Jetez un oeil sur son interview bricolée au Martinez l’an dernier sous le soleil provençal 👇

Retrouvez les photos de Pierre sur :
👉 son Instagram https://www.instagram.com/pierremangezphotography/
👉 son site https://www.pierremangezphotography.com/p/2022swimruncalendar
Il est aussi guide, skipper en Suède, il y accueille très souvent des français 👉 www.thegreentrails.com