Balade Morbihanaise au swimrun Troll Enez, le chien fou et le stratège

Michel Bauban et Arnaud Goudin, je les ai rencontrés lors des derniers championnats du monde ÖtillÖ de Suède. Il m’ont parlé chaudement du swimrun de la côte d’émeraude (Saint Lunaire), à noter peut être pour un prochain déplacement. Dans une année classique, la plupart des finishers ÖtillÖ se contenteraient de finir tranquillement par une épreuve courant octobre ou novembre. Or les deux années écoulées nous ont appris que rien n’est vraiment intangible. Que parfois il faut prendre ce qui s’offre à nous sans report.

Le Troll Enez, un des trois premiers swimrun hexagonal dès 2015, fait figure de légende tant les lieux en font un véritable ÖtillÖ breton. Embarquez dans les 50 km d’une balade Morbihanaise dans le « wild » avec un stratège et un chien fou à la fine plume. 👇

Salut à tous amis sportifs, supporters, ou simplement de passage…

Je ne pousserai pas la prétention jusqu’à dire que vous l’attendiez avec impatience , j’espère juste humblement que ce petit compte rendu de notre balade Morbihanaise entre terre et mer vous fera passer quelques minutes agréables en ce début d’automne.
Petit retour en arrière il y a 3 semaines en Suède , à peine la ligne franchie , Arnaud et moi sommes unanimes… plus jamais!!!!
Puis , rapidement cette petite saveur d’inachevé, cette petite pointe de déception prends rapidement un goût de reviens-y!!
Nous sommes certes fatigués et bien cassés mais l’envie de remettre un dossard avant la fin de l’année est bien là. Si nous voulons nous donner une petite chance d’être de nouveau qualifiés en 2022 , il va falloir retourner au charbon.

Deux options s’offrent à nous.
📍Prendre le temps de bien récupérer, puis en s’appuyant sur les acquis repartir sur une préparation allégée et disputer une dernière course qualificative fin octobre ou en novembre.
C’est clairement l’option la plus raisonnable mais mon planning pro ne me laisse pas de disponibilité pour disputer l’Ötillö World Série de Cannes. Reste Malte ou les États Unis en novembre… malheureusement les caisses de la team sont vides…
📍Écourter la phase de récupération et disputer une course dans la foulée … au talent comme disent les jeunes 😃

C’est là que l’affaire se corse…

Ce sera donc ce TROLL ENEZ Swimrun qui, outre le fait de proposer un parcours exceptionnel et de nous permettre de jouer presque à domicile, nous offre l’opportunité de marquer des points au classement mondial puisque labellisé Ötillö Merit Race. Encore faut il venir à bout des 8,5 km de nage et des 42km de trail running. C’est là que l’affaire se corse…

À quelques jours du départ de la course notre participation est encore incertaine. Je suis en délicatesse avec mon épaule gauche et la malléole droite couine toujours. Arnaud qui a bien récupéré (4 ans de moins que moi, ça compte à l’Argus😜) insinue que mes douleurs sont peut-être psychosomatiques…. No comment….je le prends au mot et valide définitivement notre engagement.

Les plaquettes du stratège

Veille de course, récupération des dossards sur le site de départ plage Mousterian à Séné. Jocelyn Texier l’organisateur et toute son équipe font les choses bien. L’accueil est chaleureux, le briefing drôle et décalé n’en demeure pas moins complet et fort utile.
Nous retrouvons les copains du coin mais aussi beaucoup de binômes rencontrés au cours de nos pérégrinations ces dernières années . Notamment Christophe et Hugues, alias Sven et Bjorn (souvenez vous, les limousins qui se prennent pour des Suédois) avec qui nous avions fait un bout de chemin sur l’ötillö Engadin en Suisse en 2020. Nous sommes restés en contact depuis et étions tous les 4 impatients de nous retrouver.

Christophe et Hugues, alias Sven et Bjorn

Dimanche matin, après un petit déjeuner copieux avalé à la hâte nous nous présentons à 7h15 sur la ligne de départ. Il fait encore nuit et nous devrons encore patienter quelques minutes avant de pouvoir nous ébrouer . C’est l’occasion de discuter avec nos « petits » Ben et Paul qui décidément ont du mal à couper le cordon 🥰

La visibilité est désormais acceptable et l’organisation nous offre un départ grandiose…Fumigène, sono à bloc et tout le toutim 🤘
C’est parti pour ce Troll Enez 2021. Nous partons à l’assaut de ce parcours somptueux, paradisiaque , dantesque, dans le top 5 des plus longs en France. Un vrai parcours dans l’esprit swimrun , d’îles en îles (5 au total) avec notamment la traversée de l’Ile Aux Moines et D’arz.

Pour bien comprendre le fonctionnement de notre binôme, attardons nous un instant sur nos qualités, caractéristiques, caractères et rôles respectifs. En terme d’organisation hors course , je gère les inscriptions, réservations hôtels, trains avions etc… et la communication via notre page Facebook et autres.

Arnaud gère les finances, conduit la voiture et fait les œufs brouillés le matin de la course 😂😂😂 Il est aussi en charge d’étudier et mémoriser les parcours de nos compétitions (cf la photo de ses plaquettes). Il remplit ce rôle admirablement et est capable à tout moment de me renseigner sur notre position, la distance qui nous sépare du prochain ravito ou le kilométrage et dénivelé éventuel des futures sections.

Nous nous relayons donc en course sans avoir besoin de nous concerter, chacun faisant bénéficier l’autre des ses qualités.

Au niveau sportif, bien que nos performances sont similaires nous avons nos caractéristiques propres. En course à pieds, Arnaud avale bien mieux le dénivelé et possède sûrement une vitesse de base supérieure à la mienne. Je pense pouvoir maintenir un train soutenu plus longtemps sur le plat.

Nous nous relayons donc en course sans avoir besoin de nous concerter, chacun faisant bénéficier l’autre des ses qualités. En natation, si notre niveau est similaire, Arnaud possède une nouvelle fois une bonne accélération sur les courtes distances. J’ai de mon côté une très bonne endurance sur les longues portions et mon gabarit m’avantage en eau libre. La stratégie est donc quasiment immuable. Je mène pratiquement tout le temps dans l’eau et Arnaud doit rester dans mes pieds pour s’économiser. La tâche n’est pas si évidente pour lui car en fonction de la houle, de la clarté de l’eau, de mes changements de direction ou des autres concurrents qui tentent de prendre sa place il doit être très vigilant. Les connaisseurs savent que lorsque l’on commence à perdre un ou deux mètres il faut faire un effort parfois coûteux pour revenir dans les pieds.

Après l’avoir expérimenté sur quelques sections en Suède nous avons décidé , à l’instar de ce que font la majorité des équipes, de nous encorder sur la majorité des sections de ce Troll Enez, excepté sur les courtes sections, où Arnaud peut prendre le lead et nous faire bénéficier de son explosivité. J’en profite alors pour m’économiser à mon tour dans ses pieds.

Nous avons également deux caractères complémentaires. Alors que je suis un peu chien fou et excessif, Arnaud est plus stratège et mesuré. Revenons donc à nôtre course …

Cette première section de 4,5km de course à pieds est avalée à vive allure. Un peu trop rapide probablement et Arnaud ne manque pas de me le signifier. Je me sens bien en jambes et même si je ne suis pas dans le rouge, je sais tout comme lui que ce rythme ne sera pas tenable toute la journée.

Nous entamons la première natation et commençons à remonter un paquet de concurrents. Les sensations sont bonnes dès les premiers coups de plaques et bizarrement je ne ressens aucune douleur à l’épaule… ça me rassure et me galvanise. Après deux semaines de doute, je sais que les voyants sont au vert et que nous allons pouvoir sortir une course « propre », à notre niveau.

En ce début de course nous progressons de concert avec nos petits. Les kilomètres défilent à vive allure et au milieu d’une longue natation nous nous faisons distancer. Nous ne les reverrons plus. Arnaud s’est emmêlé les pinceaux dans un paquet d’algues et met un petit moment avant de s’en dépêtrer.

Malgré les injonctions d’Arnaud qui en métronome sait que nous sommes sur le fil du rasoir je maintiens néanmoins un rythme soutenu.
On nous annonce tour à tour 13ème, puis 12, 11 et nous passons 10 ème après l’abandon d’une équipe. Au 30ème km, la tête dans le guidon et sûrement déjà un peu moins lucide, je manque une bifurcation…nous nous engageons dans une montée raide et redescendons sur une route qui mène à une bourgade. Nous sommes surpris de ne pas voir de signalétique mais des flèches peintes au sol nous font penser que nous sommes sur la trace.

Au bout d’un km nous croisons des promeneurs qui nous confirment n’avoir croisé aucun concurrent… demi tour…nous retrouvons le bon parcours…nous avons perdu de précieuses minutes ….je suis en colère et met un rythme de dingue…Arnaud n’est pas content du tout de mon attitude et me le fait savoir 😞

sentir le vent sur les oreilles, les gouttes de sueurs qui perlent sur le front, le goût salé sur les lèvres et le bout de la langue

Une courte natation se présente justement, il se place devant , j’en profite pour reprendre mes esprits et me calmer… Cette petite erreur nous a coûté 5 ou 6 places et mis un coup au moral… nous continuons notre progression et ne parvenons pas à reprendre les équipes devant nous. Les douleurs musculaires et articulaires commencent à apparaître et deviennent rapidement difficilement supportables.

J’essaie de me concentrer sur autre chose et de me focaliser sur un endroit de mon corps qui n’est pas sujet aux douleurs….la tête… sentir le vent sur les oreilles, les gouttes de sueurs qui perlent sur le front, le goût salé sur les lèvres et le bout de la langue etc…. Mettre en place des petits objectifs… je cours jusqu’à cet arbre à 200m puis jusqu’à ce panneau etc….Ces petites digressions me permettront de continuer à courir jusqu’à la ligne d’arrivée. Arnaud met apparemment aussi en place des petits rituels, sa montre gps donnant des informations plus qu’approximatives , il me demande toutes les 30 secondes combien de km il nous reste à couvrir 😂

Enfin nous entendons le speaker au loin, la fin est proche et les derniers hectomètres se font sans difficulté. 6h48, 18 ème place sur 70. Nous avons fait une course solide. Un immense merci aux organisateurs et bénévoles de cette épreuve exceptionnelle 🙏

Elle marque la fin de notre saison. La moisson de points sera probablement insuffisante pour nous permettre de nous qualifier pour les championnats du monde l’an prochain. Il nous aurait fallu pouvoir disputer une dernière course fin novembre pour espérer décrocher de nouveau le graal… à moins qu’un sponsor providentiel ou un mécène passionné ne nous déclare sa flamme dans les prochaines semaines 😅

Les vainqeurs du jour Fabien Besançon et Pierre Massonneau

Merci encore à vous tous, famille, amis, partenaires pour votre soutien et vos encouragements 🙏 À très bientôt
Prenez soin de vous et n’oubliez pas de faire du sport 😉

Michel Bauban

Tous les résultats sont là 👉🧭: https://www.breizhchrono.com/detail-de-la-course/trollenezswimrun2021-trollenezswimrun2021-2021-13953

Toutes les photos sont là 👉🧭: https://photos.google.com/share/AF1QipN2SR6tZQ2vJZtqolKilMLE3ou7gGrSkkVOqkVpU3zYuSJWh2MBs463ok53_8rHeQ?key=dDY5akxFalZwQTJJclN0Yk1EdDJHbFF2WVNsWkF3
crédit photo 📷 : Patrick Le Lay / Olivier Lhemann / Troll Enez / Akuna – ÖtillÖ
https://www.trollenezswimrun.fr/

Leave a Reply