Interview

Swimrun et écologie : les gestes éco-responsables de Fanny, une athlète inspirante

Fanny montre une démarche éco-responsable globale, qui va bien au-delà de sa pratique du swimrun. Elle a une sensibilité environnementale ancrée depuis l’enfance, avec des gestes du quotidien qui s’appliquent également dans sa vie sportive. Si le swimrun n’est pas le point de départ de son engagement, il s’inscrit naturellement dans cette philosophie de vie. 

A] 📍Swimrun France : Bonjour Fanny, peux tu te présenter brièvement ? Comment as-tu connu le swimrun ?

Fanny Cayette : J’ai 39 ans (je change bientôt de dizaine !), maman de deux filles de 8 et 10 ans. Sportive, artiste, amoureuse de la nature en général. J’ai pratiqué de la natation de l’âge de 6 ans à l’âge de 21 ans, puis plus modérément durant quelques années avant de laisser le sport en général de côté pendant un bon moment. Je me suis remise au sport progressivement suite à un manque général et après une réorganisation de ma vie il y a un peu plus de 4 ans. J’ai chaussé une paire de chaussures pour courir il y a tout juste 3 ans, et depuis je ne passe pas une semaine sans mettre un pied devant l’autre sur un sentier à la découverte de la nature qui nous entoure.

Professionnellement, je suis photographe. Je photographie des moments de vie ainsi que des paysages. J’attache beaucoup d’importance aux souvenirs mais également à l’instant présent, le tout dans un environnement le plus naturel possible.

J’ai connu le swimrun un peu par hasard, par les réseaux sociaux. Étant à ce moment-là dans une pratique du trail et ayant remis un peu le pied dans l’eau j’ai souhaité tenter l’expérience pour commencer avec le swimrun de La Ciotat en bord de mer.

B] 📍SRF : peux-tu nous expliquer en quoi ta pratique du swimrun s’inscrit dans une démarche éco-responsable ?

FC : L’origine de mon éco responsabilité remonte à très loin. Dans ma famille nous avons très tôt adopté le tri lorsque cela a commencé à être mis en place à certains endroits. J’ai également toujours été très proche de la nature et des animaux. C’est donc naturellement que je fais au mieux pour avoir une démarche éco responsable dans ma pratique du swimrun.

C] 📍SRF : Quels sont les principaux gestes que tu mets en place au quotidien pour réduire ton empreinte environnementale, aussi bien dans ta vie de tous les jours que dans ta pratique sportive ?

FC : Au quotidien j’ai mis en place le tri des déchets, un ”recyclage” des restes de nourriture en compost pour les plantes, une limitation de l’achat de produits avec emballages multiples (cela passe par le ”fait maison” au maximum), et un respect de la nature dans son ensemble en sortie.

D] 📍SRF : Tu évoques peut-être privilégier les déplacements en train plutôt qu’en avion pour te rendre sur tes compétitions. Pourquoi ce choix et quels en sont les bénéfices selon toi ?

FC : Pour moi sport rime avec plaisir, santé et respect de l’environnement. J’aime la compétition pour en avoir fait pendant de très longues années en natation. Mais avec les années et l’âge, mes priorités s’affirment. De la compétition oui, mais au maximum avec ce qui m’anime. J’ai la chance de vivre dans le sud est de la France et d’avoir tout autour de moi de merveilleux endroits à parcourir sans avoir à trop me déplacer. Je ne fais donc actuellement aucun déplacement en train ou en avion. Je me déplace en voiture et opte pour le covoiturage.
Je privilégie les courses autour de moi et ne vais pas chercher absolument à mettre un dossard. Je préfère créer des sorties qui me ressemblent et qui auront un impact moindre sur la nature. J’y convie d’autres sportifs avec qui je m’entraîne ou découvre la nature.

E] 📍SRF : Utilises-tu des calculateurs d’empreinte carbone pour compenser les émissions liées à ton activité ? 

FC : Je n’utilise pas de calculateur d’empreinte carbone. Pour moi, chaque geste laisse une empreinte carbone. Je préfère me concentrer sur ce que je peux faire de mieux avec les moyens que j’ai à ma disposition.

F] 📍SRF : L’usage du vélo comme moyen de transport privilégié fait-il partie de ta vie ?. Comment cela s’articule-t-il avec ton entraînement et ta participation aux courses ?

FC : Je n’ai pas de vélo mais privilégie les déplacements à pied autant que possible. Habitant à la campagne tout est rapidement à distance.
Je me gare toujours loin des lieux où je me rends pour faire des portions à pied, prendre l’air, profiter de la nature.

Cela me permet de faire fonctionner un peu mes jambes, de récupérer ou travailler les jambes et le cardio suivant les périodes. Dans tous les cas cela fait partie de mon quotidien et de mon hygiène de vie. Je vais par exemple faire les courses à pied lorsque mon emploi du temps le permet et rentre en courant avec un sac à dos chargé de presque 10 kilos.

G] 📍SRF : Quels conseils donnerais-tu à d’autres sportifs souhaitant s’engager dans une démarche éco-responsable, que ce soit dans le swimrun ou d’autres disciplines ?

FC : Une démarche éco responsable dans son activité sportive devrait passer par des habitudes de vie engagées pour l’environnement. Chaque geste compte.

H] 📍SRF : Penses-tu que les événements sportifs pourraient davantage intégrer des critères éco-responsables dans leur organisation ? Quelles pistes d’amélioration envisages-tu ?

FC : Les compétitions de swimrun sont organisées dans un sens eco responsable avec une sensibilisation à la nature et à la limitation des déchets.
Une sensibilisation au tri pourrait peut-être être intégrée. Un engagement auprès d’entreprises qui souhaitent faire avancer les choses pour notre planète serait un plus car même si ”nous devons être le changement que nous voulons voir dans le monde” (Gandhi), il y a un réel manque de mobilisation de la part des industriels qui sont malheureusement bien souvent les mains liées par l’argent. Nous sommes dans un monde où le “toujours plus” est de mise alors que l’essentiel, à mon sens, est ailleurs.

I] 📍SRF : Quel message souhaiterais-tu faire passer aux autres swimrunners et plus largement aux athlètes, sur l’importance de l’engagement environnemental dans le sport ?

FC : Si nous souhaitons continuer à évoluer sur les sentiers et dans l’eau, nous nous devons de montrer l’exemple, et peut-être qu’un jour nous verrons une évolution dans le bon sens.
Soyons respectueux de la nature au quotidien.

SRF : merci de ton retour Fanny

🔗 le site de Fanny https://nuagecreation.com/
IG: nuagecreation

Leave a Reply