La première ouverture de voie en swimrun dans le grand canyon du Verdon

La descente du grand canyon du Verdon du point sublime au lac de St Croix, 25 km dans une eau à 10°.

« Expédition réalisée par des spécialistes de la montagne, de swimrun aventure et d’eau vive, ne pas tenter l’aventure sans encadrement »

Au petit matin quand nous nous sommes réveillés le thermomètre du fourgon de David indiquait 0° C, il y avait du gel sur le pare-brise. A ce moment- là, je n’avais pas trop envie de me mettre à l’eau mais l’enthousiasme de David me gardait motivé pour entreprendre cette traversée de fou.

La vue sur l’entrée des Gorges nous renvoyait un paysage des plus magnifique. Jen nous a préparé de quoi manger avant de partir. Les conditions sont réunies pour accomplir ce genre d’expédition:

  • le niveau de l’eau est bas par manque de pluie, je crois que depuis le mois de mai, il n’a pratiquement pas plu.
  • le ciel est prévu au beau jusqu’à demain
  • les lâchés de barrage sont les mardis et jeudis normalement.

Ma crainte était de s’engager dans des goulets et rester bloqué par des siphons passant sous la roche. Nous avions une sangle de 20 mètres au cas où il aurait fallu reconnaître avant de s’engager. Il fallait rester très vigilant, avec le froid les réflexes étaient un peu amoindris. La mise à l’eau me paru facile car moins froide que l’air. David criait de joie. Jen jouait la photographe depuis le sentier Martel avant de nous rejoindre au 1/3 du parcours pour finir avec nous.

22770839_541838109498890_8782115556952150441_o

(crédit photo : Sylvain Scoccia)

Pendant 3 bonnes heures nous descendions à bonne allure. Une petite halte où le soleil faisait son apparition nous a réchauffé un court instant avant de rejoindre Jen au pont de la Malines. Nous en avons profité pour faire une halte, se préparer une soupe bien chaude et un bon café avant de repartir vers l’Imbut, un passage délicat.

Les paysages sont féériques, les couleurs automnales sont éclatantes, du rouge, orange, jaune, vert comme si l’été coloriait sa chaleur sur la végétation. Au-dessus de nos têtes des falaises de plusieurs centaines de mètres sculptées par la force de l’eau nous étourdissaient de beauté.
Le deuxième tiers est encore plus admirable: enfermés dans des couloirs très étroits donnant l’illusion d’être en sécurité. J’imagine quand période de crue cet endroit doit être un enfer. Le froid commence à nous glacer les os, il faut avoir un bon mental à ce moment là, une forme de survie se met en place. Heureusement tout est magnifique, les paysages sont unique, l’eau est d’une pureté vert émeraude.

22555292_541838079498893_7764927558614483600_n

(crédit photo : Sylvain Scoccia)

Jen et David, habitués à vivre des aventures engagées, sont solides mentalement et physiquement et c’est très rassurant pour moi. Arrivés à l’Imbut, un moment d’hésitation me saisit avant de rentrer dans ce gouffre froid et sombre.

David, encordé, « se sacrifie » et rentre pour faire une reco. Le courant n’est pas fort, il nous crie au loin dans cette caverne que nous pouvons le suivre. Au fond du gouffre un amoncellement de rondins de bois vont nous permettre de sortir de cette cavité extraordinaire érodée par le passage immémorial de l’eau.

22712557_541837979498903_8503185501324991072_o

(crédit photo : Sylvain Scoccia)

Il ne faut pas trop tarder les heures passent et cela serait bien mieux si on peut arriver avant la nuit . La suite est toujours aussi merveilleux, encore une petite halte pour manger afin de reprendre des forces. Il nous reste à finir par 2km de nage. L’appréhension nous gagne après avoir passé près de 9h dans une eau à 10°C.  Subir 1h sur ce final aquatique ne nous enchante pas trop. Nous arrivons au terme de cette descente qui restera gravée dans nos cœurs et mémoires.

Finalement, la dernière nage se fait dans une eau plus chaude de quelques degrés, ce qui va nous permettre de finir dans de meilleures conditions certes très fatigués et heureux d’avoir partagés cet exploit. Nous regagnons la voiture qui se trouve un peu plus haut sur la route et dans la nuit.

Merci à Jen et David d’avoir partagé cette incroyable journée.

22555434_541837982832236_332945576006455623_o

Sylvain Scoccia

https://www.facebook.com/SwimrunAventure/

Première sortie française du Swimrun inter communautaire

« Cela fait un an qu’on en parle »

Cela fait un an qu’on en parle entre nous via Facebook, entre deux coups de fils ou au gré de nos rencontres sur les épreuves de swimrun. Quand je dis « on », c’est loin d’être une équipe formalisée, c’est un jour les swimrunners de Toulouse, de Marseille, de Bordeaux ou d’ailleurs. Autrefois incarnés sous l’ère du trail par des forums internet, les réseaux sociaux ont su combler le vide de connaissance de l’hexagone face à la déferlante swimrun venue des pays nordiques.

AK8_1419 (logo_SRC_Akuna)

« échanger de vive voix leur expérience, leur parcours, leur vision »

À défaut de création de club 100% swimrun, nous avons vu fleurir ça et là des communautés sous forme de groupe sur Facebook sous l’impulsion de pionniers passionnés et avides de faire partager les tous premiers parcours swimrun de leur région à leurs ami(e)s. Dès lors, il était écrit que certains de ces pionniers devraient se rencontrer pour échanger de vive voix leur expérience, leur parcours, leur vision de l’avenir d’une discipline aux origines créées par quatre copains : une petite communauté en quelque sorte.

GX013399.MP4_snapshot_00.03_[2017.12.18_16.28.28] (logo_SRC_Akuna)

Cette réunion, une première, a vu le jour les  16 et 17  décembre 2017 au sein du Parc National des calanques, grâce à l’aide de Simon Marchal (Swimrun Toulouse), Nicolas Gallot (Swimrun Bordeaux) et Swimrun Marseille (Akuna / Fix). Si Swimrun Marseille s’est occupé du tracé sur le terrain, Nicolas Gallot s’est chargé de la résa du restaurant du vieux port Le Perroquet de Cassis (négociation etc..) et d’autres surprises sympa (cf. photo bonnet) , Simon s’est lui occupé de la réservation hôtel (négociation, mise en concurrence, desiderata des uns et des autres etc.…) Inter hôtel de Cassis.

« notre pratique du swimrun est juste…non autorisée en dehors [des sentiers balisés] »

Un point très important que beaucoup de swimrunners peu habitués aux restrictions du parc national de calanques ne savent pas : notre pratique du swimrun est juste…non autorisée lorsque nous sortons des sentiers balisés. Ce qui peut arriver quelques rares fois en fonction des conditions météo quand l’on passe de l’élément liquide à terrestre (houle, vent fort, froid trop intense). Le Parc est très réglementé et nous, swimrunners, devons adapter notre pratique, les parcours prévus minimisent notre empreinte écologique. C’est pour cela que nous avons restreint le nombre de personnes invitées à 25, et nous avons prévu deux groupes, légèrement distants l’un de l’autre pour éviter l’effet « meute ».

GX013371.MP4_snapshot_00.11_[2017.12.18_21.53.42] (logo_SRC_Akuna)

« Le temps est venu d’enrichir nos expériences »

D’autre part, nous avons voulu résolument mettre l’accent sur les communautés Facebook, d’où le nom de « SR Communities » figurant sur le bonnet personnalisé aux couleurs de Marseille (Merci Nicolas). Pour plus de lisibilité, on l’appelera plutôt Swimrun Communautés.GX013294.MP4_snapshot_00.15_[2017.12.20_09.35.39] (logo_SRC_Akuna)

S’il existe déjà un groupe de travail réunissant la fédération de Triathlon et les organisateurs d’épreuves régissant le volet compétition, pour notre part, en tant que leaders de communauté SR local, il manquait un lieu d’échange, une agora à ceux qui s’entrainent au jour le jour, qui apprennent à maitriser leur terrain et les risques pour leur communauté. Le temps est venu de fertiliser nos connaissances, d’enrichir nos expériences, et quoi de plus magique que de mettre en œuvre ce processus en révèlant sa région aux autres communautés ?GX013334.MP4_snapshot_00.02_[2017.12.22_13.22.06] (logo_SRC_Akuna)

« on appelle cela un « OFF »

Ce concept n’est pas nouveau, en trail on appelle cela un « OFF », pas de dossard, pas de chrono, seulement une participation au frais pour les ravitaillements. Nous pensons aussi accoler un « workshop » avec des thèmes qui restent à définir (entrainement, sécurité, matériel etc…) au(x) OFF(s) car nous parions que les experts français de ce sport viendront de nos communautés. Et maintenant après cette première réunion inter communautaire ?GX013429.MP4_snapshot_00.07_[2017.12.18_19.29.49] (logo_SRC_Akuna)

Nous réfléchissons dors et déjà à la prochaine étape, plusieurs communautés sont déjà sur les rangs à notre grand bonheur.…alors un tour de France de swimrun en Off ça vous tente ? 😊

Un remerciement appuyé à Aurore Dupont pour le montage de la journée de dimanche (prise de vue Akuna)

Les photos de la journée de samedi ici et dimanche

#WeAreSwimrun

 

Pologne nouvelle nation de Swimrun ?

Ma « carrière » de sportif a bel et bien débuté dans mon pays d’expatriation. En Pologne depuis une décennie, je pratique le VTT, la course à pieds et le triathlon depuis quelques années; j’ai ma « life » et mes potes désormais ici, dans le microcosme sportif de la ville de Wrocław. Ma rencontre avec le Swimrun se fit sur Youtube au hasard de déambulations, regardant des vidéos de triathlon, début 2016, et ou le fil conducteur me mena par hasard a un swimrun Xterra du Danemark….

« Mais qu’est-ce que c’est que ce truc ?! »

Je « googlais » aussitôt et en appris davantage, tout en visionnant de nouvelles vidéos de swimruns, en Scandinavie et ailleurs…Le concept m’avait tapé dans l’œil. Je mis la main aussi sur ce qui était à l’époque le calendrier international, encore restreint, de ce type d’épreuve. Pologne ? Néant. France ? Quasi néant. Le plus proche ? Rheinsberg, au Nord de Berlin. Curiosité aidant, et cherchant un bon plan pour un long weekend de Juillet avec ma femme et mon fils, c’est ainsi que je pris part à mon premier swimrun l’an passé, sur distance sprint, de manière un peu « anticipée sur mon temps ». L’épreuve me plut énormément.

Cherchant toujours sue internet de manière de plus en plus ciblée, je découvrais que malgré la méconnaissance totale de ce sport en Pologne, un petit groupe de personnes y avait déjà participé comme moi, à l’étranger. Un groupe Facebook vit le jour, « Swimrun Polska« . Fin 2016, j’eus le privilège d’apprendre qu’un swimrun Polonais était en préparation à Solina, et que j’étais invité à une « édition zéro », expérimentale. A laquelle, hélas, je ne pus prendre part, ne l’apprenant que sur le tard, et aussi la distance…

2017 marqua la vraie éclosion de ce sport en Pologne, avec non moins de 4 épreuves, deux petites a Sumin et Bydgoszcz, et deux sur longue distance, à Wióry dans les monts Świętokrzyskie, l’autre étant l’épreuve reine promise à Solina. Ayant avant même sa première édition, acquis le statut de  » ÖtillÖ merit race », c’est à dire course qualificative pour le championnat près de Stockholm !

Malheureusement, pour des aléas calendaires malchanceux (saison de la pêche à Wióry au printemps), il s’avéra que ces deux épreuves avaient lieu presque au même moment, à 6 jours d’intervalle. Je me dis au départ que je ne pourrais tout faire à la fois et que puisqu’il faudrait choisir, ce serait Solina, car j’en rêvais, et qu’un coéquipier était déjà trouvé.  Je changeai mes plans lorsque Jędrek, organisateur du « Goswimrun » à Wióry et l’un des swimrunners Polonais les plus expérimentés (Rockman, Hvar, 1000 lakes) me proposa une invitation gratuite.

Deux swimruns sur longue distance à six jours d’intervalle… Cela sentait le défi, mais j’aime les défis ! Je me mis à la recherche d’un partenaire pour Wióry, et je le trouvai en la personne de Sam, un Belge francophone habitant à Nysa et pratiquant lui aussi le triathlon, rencontré il y a deux ans au hasard d’une course; on a depuis gardé contact et nous voyons régulièrement lors d’épreuves diverses. Ayant des niveaux similaires en course et nage, l’occasion était trop belle pour ne pas représenter la francophonie au premier swimrun Polonais, et mettre notre amitié à la rude épreuve de ce sport exigeant, et a vrai dire inconnu.

Jędrek, qui a été par le passé présentateur télé, désormais auteur d’un blog « Od grubasa do ultrasa » (« D’obese à ultra »), plusieurs triathlons extrêmes et courses trail à son actif, est un personnage haut en couleur et charismatique, qui fait connaissance avec tout le monde. Comme le monde est petit, il a fait connaissance avec le président de notre club de triathlon, le « Triathlon Mietków Team » (TMT), lui a parlé de son projet, et l’a convaincu de participer. Chose que j’avais moi-même tenté moi en vain auparavant : « Quoi ? Swimrun ? Kezako ? Tu sais, je ne suis pas fan des courses d’obstacles, survival races et tous ces trucs…  » Mieux encore il entraina dans son sillage, une dizaine d’autres participants de TMT ! Le ton était donné.

Ainsi, voilà Tomasz, Wojtek, Ernest, Marcin, Andrzej, Tomek, Dagmara, Alicia, Sam et moi sur la route de Wióry le Samedi 2 Septembre. Wióry est un lac artificiel dans la région des « Monts Świętokrzyskie », région vallonnée faites de montagnes anciennes et peu élevées, et très rurale. Kielce, ville d’origine de Jędrek, est la plus proche agglomération.

Il a fait très chaud durant tout le mois d’Aout, et jusqu’à Vendredi il y avait canicule. Ce samedi, le ciel est bas, un vent frisquet souffle. Nous arrivons au site de l’épreuve, une rive herbeuse du lac à proximité de la digue; tentes et bannières bariolées sont sans ambiguïté, une épreuve outdoor a bien lieu ici ! Sam et moi retrouvons le reste de la troupe, et retirons notre paquet d’inscription, qui contient bonnet, badge électronique, et divers gadgets et pubs.

« Malgré tout, Sam et moi décidons de prendre le départ en simple tenue de triathlon »

Lors du briefing, nous apprenons une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne, c’est que grâce à la canicule des jours précédents, l’eau est à 20’C, un niveau bien au-dessus des prévisions. La mauvaise, c’est qu’il va pleuvoir tout le Dimanche… Qu’importe, après tout le swimrun c’est fait pour être mouillé ! Nous faisons connaissances avec d’autres participants étrangers venus du « Varsovie International Triathlon Club », le WITC, respectivement un Allemand, une Danoise, un Japonais et un Russe.

Il y a un stand de location/achat de combis Dare2Tri. Je ne suis pas certain de vouloir en acheter une, n’ayant pas l’intention du moins à court terme de participer à des épreuves nordiques. 20’C, c’est pas la mort. J’ai pris une vieille combi courte de windsurfing, au cas où. Malgré tout, Sam et moi décidons de prendre le départ en simple tenue de triathlon. Avec un haut à manches longues en plus pour moi. Pied de nez amusant face à tous les Polonais de TMT qui, craintifs, ont tous choisi de louer ! Ou, comme Tomasz, raccourci une combi de nage usagée. Ce dernier a également enfilé des chaussettes de foot avec des mousses d’isolation pour tuyauterie. Le swimrun, c’est aussi les joies du bricolage en partant dans l’inconnu…

La soirée, dans un gite agrotouristique à proximité, est très festive et animée, comme on peut l’imaginer, regorgeant d’anecdotes sur le passé, mais aussi celles qui seront sans nul doute à venir dès le lendemain !

A 8h, le départ est donné, toutes distances confondues: il y a trois catégories: longues distance (33km dont 5.5 en nage sur 10 segments), une distance sprint d’environ la moitié; cette dernière est déclinée soit en binôme soit en solo, pour la découverte. Deux de nos équipes partent sur le mini, dont la féminine. Les bonnets sont respectivement jaunes, oranges et blancs. Les chasubles arborent le logo de Goswimrun sur fond orange.

Cette foule hétéroclite, première de la sorte en Pologne, dévale la route sous les acclamations, avant de se séparer déjà, suivant la distance, dans deux directions distinctes. Nous, les longues distances, nous dirigeons vers une colline ou le plus haut point de la course se situe déjà. Tous se plaignent déjà d’étouffer de chaleur dans la combi… Excepté Sam et moi…

La descente arrive, et apparaît le lac. Moment fatidique ! Tout le monde prend le temps d’entrer dans l’eau, non sans quelques appréhensions. Il y a un kilomètre entier devant. Mais les sensations sont bonnes, l’eau est tiède. Sam et moi commençons à nager, encordés, mais mon binôme, qui teste pour la première fois la nage en chaussures et plaquettes, rencontre quelques difficultés; je suis visiblement plus à l’aise que lui, et j’assure la navigation devant. Le drapeau blanc rive opposée arrive enfin ; cet épisode de nage a clairement joué en notre défaveur, beaucoup d’équipes nous sont passées devant, mais nous nous refaisons en course à pied. Autre désarroi, je constate que les poches dans mon dos ne sont pas le meilleur endroit pour stocker mes gels, qui se sont éparpillés partout dans ma tenue…

La course à pied de ce Goswimrun est hardcore. Non seulement vallonnée, elle nous fait passer dans des endroits boueux, broussailleux, rocailleux, au milieu des roseaux… fort heureusement le balisage est irréprochable. Nous en profitons pour parler un peu de la nage; Sam me dit que la sangle l’a un peu gêné. Lors des trois sections de nage suivantes, relativement courtes, nous décidons de ne pas nous attacher, en restant à la distance règlementaire. Sam me parait crispé, je lui dis d’allonger le mouvement; visiblement, ce n’est pas son style de crawl; nager en puissance avec les plaquettes ne semble pas à son avantage.

La course à pied, qui nous fait traverser des champs, des haies, des ressauts impromptus, nous mène à l’extrémité Sud-Est du lac. Il y a là, lors du cinquième fragment de nage, un nouveau kilomètre à franchir. L’eau est plus froide, car nous sommes à l’embouchure de l’une des deux rivières qui alimentent le lac. Nous démarrons correctement, mais je sens Sam à la peine vers la mi-distance. Encordés, je passe devant, et essaie de faire traction. A la sortie du lac, je commençais à me dire que l’eau n’était quand même pas si chaude, et qu’en y sortant, sous la pluie, on a carrément froid. Sam me dit la même chose et nous commençons vite à courir pour nous réchauffer.

« You don’t look very OK, you know… »

Hélas, la sixième nage arrive rapidement; elle est moins longue mais pas courte non plus, avec 400m. Nouvel épisode laborieux. Nous sortons de l’eau un peu plus transis que le précédent. Horreur, la septième nage arrive immédiatement après, sans que nous ayons eu suffisamment de temps pour réchauffer le moteur… Episode sans aucun doute le plus difficile, et ou la solidarité du binôme en swimrun prend toute sa dimension. Sam ressort de l’eau complètement transi, grelottant. J’ai moi aussi un peu souffert du froid, mais pas autant que lui.

Le bénévole aiguillant les participants jette un œil désapprobateur : « You don’t look very OK, you know… » Il n’y a de toute manière pas grand-chose d’autre à faire : « Cours, Sam, cours, fais quelque chose, ne reste pas sans bouger ! » Nous repartons sur un trot saccadé, Sam ne dit aucun mot, la parole sans doute aussi tétanisée que les jambes.

Heureusement, la portion de course suivante est longue, ce qui nous permet de retrouver des couleurs. Sam me dit qu’il ne va pas renoncer. Je lui propose d’enfiler mon haut à manches longues, ce qu’il refuse. De vrais guerriers ces Belges ! Cette portion de course est en boucle, et nous croisons en sens opposé ceux qui sont après nous, dont Tomek et Ernest, qui se sont égarés une fois et perdu un peu de temps.

La neuvième nage est anecdotique, mais la toute dernière était redoutée, car elle alignait un nouveau kilomètre. « Tu vas y arriver Sam ? » « C’est la fin, je vais pas me dégonfler maintenant ! ». Le temps ne passe pas vite mais la sortie de l’eau rêvée arrive enfin. Plus proche de la retenue, heureusement, l’eau était moins froide. Nous courons les derniers kilomètres et rallions la ligne d’arrivée, sous les acclamations des supporters, et participants de la distance sprint, déjà chaudement rhabillés.

Sam et moi sommes dixièmes sur 13, ce n’est pas forcément un résultat de rêve, mais la satisfaction est là au vu des difficultés rencontrées. Tous sont stupéfaits de notre tour de force d’avoir fait la distance longue sans combi… Tomasz, qui a fini troisième avec Wojtek (très fort duo, chacun 10h sur IM !), me chambre un peu « Eric, alors, tu vas faire Solina la semaine prochaine aussi sans combi ? » La question est pertinente, car « Swimrun Poland », qui a lieu dans six jours, est dans une région encore davantage montagneuse…

Ainsi se termine Goswimrun, sur la cérémonie de clôture, fort sympathique. Avec les prix sont également distribués des bières locales, ainsi que des bouteilles d’un vignoble à proximité, chose suffisamment rare en Pologne pour être soulignée. De l’avis de tous, Jędrek a fait du travail de pro. Seule la météo n’a pas voulu !

Les jours suivants, la fatigue se fait sentir, plus pesante que le reste du Dimanche. Inquiétude: je suis légèrement enroué, et la gorge pique. Rien de méchant pour l’instant, mais restons prudent. Aucun entrainement jusqu’au prochain swimrun, aucune prise de risque. Je profite de ces quelques jours pour méditer sur la question de la combi, qui sera indispensable.

Eric Visentin

crédit photo : Piotr Dymus / Eric Visentin

La suite de l’aventure polonaise continue pour Eric avec le Swimrun de Solina une semaine après (récit à venir)

http://www.goswimrun.pl/

Julien Valette, une vie de swimrunner à cent à l’heure

Témoignage de Julien Valette sur cette année 2017 de tous les superlatifs : organisateur d’une des plus grandes épreuves de Swimrun hexagonal, compétiteur aux championnats du monde de L’ÖtillÖ, acteur du circuit Swimrun National Tour, tout jeune papa et encore …étudiant, il répond à nos questions dans cette interview.

Swimrun France :  Bonjour Julien, tu as eu une saison 2017 bien remplie avec en tant qu’organisateur de la seconde édition du Swimrun Sang Pour Sang Vassivière le 18 juin 2017 et aussi ta participation au Championnats du monde de Swimrun à Stockholm (Suède) : l’ÖtillÖ avec Pierre André Anizan. Peux-tu revenir pour nous sur cette aventure suédoise ?

Julien Valette : Bonjour Akuna, je sors en effet d’une saison de swimrun bien remplie mais que demander de mieux que de s’épanouir dans un sport aussi riche ?!

Revenir sur l’ÖtillÖ, c’est revenir en janvier dernier ! Avec Pierre-André nous nous fixions comme objectif d’intégrer la finale ÖtillÖ en 2017 ou 2018. Etant tous deux étudiants nos budgets sont très limités, il nous faudra donc viser la bonne course qualificative si nous souhaitons être de la partie en septembre. Pierre-André a beaucoup de chance dans tous les jeux auxquels il participe sur les réseaux sociaux (tu sais le genre de jeu où il faut partager une publication et parmi les 2000 personnes qui partagent il y en a une qui gagne … et bien souvent c’est PA qui gagne !). Nous réfléchissons donc à nous engager sur Engadin et nous inscrivons à la loterie ÖtillÖ … sur un malentendu ça peut passer !

Le 26 janvier 2017 nous sommes tirés au sort pour participer à ÖtillÖ, s’en suivra une aventure unique et incroyable ! Le récit de notre course est à retrouver sur notre page Facebook (https://www.facebook.com/teamswimrunSPSS/).

SRF : Il y avait sans doute aussi beaucoup de personnalités présentes à l’ÖtillÖ, notamment des organisateurs, as-tu pu échanger avec quelques-unes à ce sujet ?

JV : Sur ÖtillÖ j’ai finalement rencontré beaucoup plus de français que d’étrangers (cela a peut-être un rapport avec mon aisance limité à l’oral en anglais). Je discute finalement beaucoup plus avec les organisateurs étrangers par mails interposés que de vive voix !

SRF : Concernant le Swimrun de Vassivière, peux-tu nous rappeler les chiffres marquant de l’année 2017 par rapport à l’année 2016 ?

JV : Bien entendu, 373, c’est le nombre de binôme que nous avons accueilli l’année dernière, nous avons ainsi plus que doublé le nombre d’inscrit par rapport à 2016.

16 et 68, ce sont les âges extrêmes des participants au SRV en 2017. 1000, c’est le nombre de personnes présent sur le site de l’évènement en comptant les familles et amis des athlètes.

4651, C’est en euros le bénéfice du SRV et donc la valeur du don à l’association Sang Pour Sang Sport.

38 906, le budget en euros du SRV 2017

1000, c’est le nombre d’heure que j’ai passé sur le projet avec ma femme Ophélie, il faut facilement en ajouter 400 de plus réalisées par l’équipe des bénévoles pour se rendre compte de l’investissement que représente l’organisation d’un swimrun en France.

SRF : Les inscriptions pour l’édition 2018 viennent tout juste de s’ouvrir mi-octobre, quelles sont tes ambitions pour la troisième édition ?

JV : Je vois que tu as travaillé le sujet 😉 Nos ambitions reprennent en effet ces 3 topics :

Nouveauté : il y aura cette année des courses pour les jeunes athlètes nés en 2006 et avant. Augmentation du nombre de participant : nous souhaiterions cette année passer la barre des 1000 participants. Invitation de VIP : les meilleurs français seront conviés à notre épreuve. Les team « BBrocket », « Brad Shark », et « Smart athlète Zone3 » ont déjà répondu positivement à notre invitation !

SRF : Je rappelle que ton épreuve fait partie du swimrun national tour pour la seconde année (circuit regroupant plusieurs courses emblématiques de leur région), quelles sont les nouveautés sur le circuit en 2018 ?

JV : Beaucoup de nouveautés sur le SNT en 2018 à commencer par l’intégration de nouvelles épreuves ! Nous nous rapprochons du style de format que nous souhaitions proposé au lancement du projet, la mise en place du circuit se passe bien mais prend un petit peu de temps, nous espérons être pleinement opérationnel dans les mois à venir.

SRF : La FF tri commence à communiquer sur sa stratégie à moyen terme pour le swimrun (réunion de tous les organisateurs prévue début novembre). Que peut apporter d’après toi et surtout que doit apporter une fédération pour les organisateurs de swimrun en France ?

JV : On peut tout d’abord souligner les efforts que fait la fédération française de triathlon pour venir à la rencontre des organisateurs et des swimrunner. Je suis par ailleurs très heureux d’avoir été convié pour une réunion à Paris avec l’ensemble des organisateurs de swimrun.

Pour moi, mais cela reste un avis personnel, une fédération doit permettre le développement du sport dont elle a la délégation. Cela passe à minima par une aide aux organisateurs qui en ont besoin, aide qui peut être logistique, organisationnelle, pécuniaire … Un excellent exemple s’est déroulé dans le nord dans le cas de l’organisation de l’Authieman où la fédération est venue appuyer le dossier de Jean-Marc Lamblin auprès des autorités locales.

Ce que je comprends moins, ce sont les sommes demandées pour obtenir une licence organisateur, le droit d’organiser une épreuve, les pass compétition à un prix, à mon avis, exorbitant (cela devrait être prochainement revu et harmoniser sur le plan national). En effet à quoi servent par exemple les assurances permettant de rembourser les athlètes en cas de casse matériel dans le parc à vélo en swimrun ?

Organiser un swimrun coûte extrêmement cher et prend énormément de temps, quand dans mes comptes j’inscris une ligne de coût il faut qu’il y ait une vrai plus-value pour mon épreuve, je ne l’ai pour l’instant pas trouvée avec la FF tri. Peut-être la réunion du mois prochain me fera-t-elle changer d’avis ?

SRF : Revenons sur Vassivière, tous les participants ont loué le site unique du lac de Vassivière pour faire du swimrun, mais aussi beaucoup d’entre eux ne connaissaient pas cet endroit touristique du Limousin. Le swimrun est-il un facteur intéressant pour faire la promotion d’un territoire ?

JV : J’en suis en tout cas intimement convaincu ! Lorsque l’on parle avec les athlètes et qu’ils nous disent qu’ils reviendront surement en stage de triathlon, ou en famille le temps d’un weekend, on se dit forcément qu’on participe au développement touristique du territoire. Mais si le swimrun fait la promotion du lac, il ne faut pas oublier qu’au départ c’est surtout grâce au lac et à ses acteurs locaux (Syndicat Mixte du lac de Vassivière et office de tourisme du lac de Vassivière) que le swimrun Vassivière existe et prospère !

SRF : Sang pour sang Sport Vassivière, que signifie ce « sang pour sang », c’est un appel viril de Sylvester Stallone, une promotion au don de sang ?

JV : Haha alors non pour Stallone, et si l’association n’a pas été créé pour la promotion du don de sang elle en fait tous de même la publicité par son nom et c’est tant mieux !

Pour revenir sur l’association « Sang Pour Sang Sport » elle a été créée en 2008, elle a pour but l’organisation d’évènements sportifs avec un double objectif : sensibiliser le monde du sport sur la maladie du lymphome (cancer du système lymphatique) et récolter des fonds par l’organisation d’évènement sportif afin de venir en aide aux patients atteints.  En effet chaque année près de 200 000 personnes meurent d’un lymphome dans le monde. Le lymphome est le 6ème cancer le plus répandu en France et touche toutes les tranches d’âge de la population

SRF : Julien, tu es un jeune organisateur avec une grande épreuve de swimrun déjà, quel conseil donnerais-tu à un organisateur qui voudrait se lancer dans l’aventure swimrun ?

JV : Lors de l’organisation de votre événement vous allez passer par beaucoup d’état différents, excitation, dégout, fatigue, émerveillement ! Les maîtres mots sont motivation, détermination et passion pour ce sport ! (Je te remets en fichier joint le petit guide que j’avais fait, [ndlr ci dessous cliquer sur l’image pour y accéder]).

La communauté des organisateurs est pour le moment assez restreinte en France et on communique pas mal entre nous pour se refiler les bons tuyaux ! J’arrive à être en relation avec un certain nombre d’organisateurs avant leur première épreuve, nous éprouvons à peu près tous les mêmes difficultés. Toutefois quelle récompense le jour de notre manifestation de voir tous ces sourires sur les visages des swimrunners !

SRF : Merci Julien

Les inscriptions pour le swimrun de Vassivière 2018 sont ouvertes depuis mi octobre. N’attendez pas trop pour vous inscrire au vu du succès de l’édition 2017.

https://www.swimrun-sangpoursangsport.com/

https://www.facebook.com/teamswimrunSPSS/

(Interview réalisée entre le 19 et 23 octobre 2017)

Les Gravity Races, à la découvertes de paysages, de cultures et patrimoines différents

Swimrun France : Bonjour Marie, Raphael, on a dépassé la mi-saison sportive pour la discipline qui nous anime, vous n’avez pas chômé avec déjà les deux tiers de vos évènements réalisés. Pouvez-vous nous éclairer sur les épreuves 2017 réalisées déjà ?

Marie Croisille : Nous avons proposé deux Swimruns supplémentaires en 2017, une Gravity Race au Lac du Salagou et une Gravi’Découverte en Ile-de-France. Quasiment 900 coureurs ont été présents sur ces deux courses, ce qui est très satisfaisant pour de nouvelles épreuves !

Raphael Rieumal : L’enthousiasme et le retour des coureurs sont très gratifiant pour le travail de toute l’équipe bénévole. L’étape au Lac du Salagou sera reconduite en 2018 mais celle d’Ile-de-France est encore incertaine pour des questions financières : malheureusement la location de la base de loisirs de Jablines-Annet est très couteuse pour notre petite association (8000 euros). Nous espérons que les autorités publiques soutiendront le projet …

SRF : Vos swimruns en lac sont très différents les uns des autres (lac alpin, en région parisienne, le Salagou dans le sud), cette diversité est elle bien acceptée par les athlètes ?

MC : La découverte d’espace naturelle différent est la ligne directrice de la Gravity Race et est certainement la (notre) philosophie du Swimrun. Avant de proposer une épreuve sportive, les Gravity ce sont des découvertes de paysages, de cultures et patrimoines différents. Heureusement notre choix de proposer des Gravity très diversifiées est acceptée 🙂

RR : Au delà de la découverte d’environnement naturel, nous souhaitons aussi proposer d’un point de vue sportif, des niveaux de courses différents et surtout rendre accessible à TOUS la pratique du SwimRun.

SRF : Vous êtes le 1er circuit français (création en 2016) de swimrun, avez-vous vu une évolution dans le niveau, le nombre, le profil des swimrunners ?

RR : Le swimrun étant en pleine croissance, son public évolue forcément … Sur la Gravi’Découverte d’IDF nous avons vraiment ressenti cette évolution : le niveau était très élevé, l’approche et l’ambiance de la pratique très différente que sur les Gravity Race (l’IDF était une Gravi’Découverte = événement pour démocratiser le swimrun). La Gravity race du Salagou était quant à elle dans la continuité de celle d’Annecy sur le plan sportif et humain.

SRF : Le swimrun commence à être plus connu des institutions, notamment avec la délégation de ce sport à la FFTri en début d’année, avez-vous constaté moins de difficultés pour déposer un dossier à la préfecture, ou pour négocier avec les différents acteurs économiques, administratifs ?

MC : Il est vrai que de plus en plus d’acteurs publics et économiques entendent parler du swimrun, ce qui est positif pour le rayonnement de notre pratique sportive. Cette période de transition avec la délégation peut compliquer au contraire nos relations avec les préfectures …

RR : L’enjeu dans les mois à venir sera de trouver un juste milieu entre la préservation des valeurs du swimrun et la création de règles de sécurité fédérales propres au SwimRun (devant être respecter par tout organisateur).

SRF : De nombreux swimrunners se plaignent des prix pratiqués sur les courses en France et à l’étranger, que leur répondez vous en général ? (coût sécurité, ex à donner)

MC : Nous essayons de déterminer le prix le plus juste pour chaque Gravity afin d’au moins faire la balance sur chaque événement. Etant une association notre but premier est de proposer une expérience inoubliable aux swimrunners et de mettre en avant un patrimoine culturel et naturel. Si nous dégageons des bénéfices, ces derniers sont réinjectés dans l’organisation d’autres Gravity 🙂

RR : La sécurité explique en majorité le tarif de certains swimruns. Pour les Gravity nous avons voulu des cadeaux finishers très qualitatifs (Tee-shirt Compressport), ce qui a un coût … Il ne faut pas croire que les partenaires d’une course offrent tout ce que l’on peut voir sur l’événement. La difficulté de la course rentre également en compte car elle fera varier le temps de course, le nombre de secours, les ravitaillements, etc. Ce qui est compliqué aujourd’hui c’est que toutes les organisations n’ont pas les mêmes moyens humains, financiers et logistiques (et n’ont pas les mêmes intérêts et buts) ; il est donc très complexe de comparer le prix de telle ou telle course.

SRF : Ce sera la seconde édition de la gravity race Annecy le 14 octobre prochain, il y aura-t-il des nouveautés par rapport à 2016 ? 

MC : Nous essaierons toujours d’apporter quelques modifications à toutes les Gravity d’année en année. Pour nous c’est un gage de prise en considération des retours des coureurs et de qualité pour le label. Pour le 14 octobre à Annecy, nous avons rajouté des sections natation et modifié certaines zones de Trail 🙂

Petite nouveauté aussi, le « Challenge Natation 1,7 » (certains s’en rappelle je pense…). La dernière natation d’1,7km a été très difficile pour pas mal de Swimrunners, nous avons donc décidé d’en faire un challenge et d’intégrer une partie chronométrée sur cette portion : Les meilleurs nageurs seront ainsi récompensés !

RR : La structuration de nos villages d’arrivée sera vraiment différente à partir d’Annecy : nous souhaitons proposer de véritables villages culturelles, type « sieste musicale », jeunes artistes émergents toute la journée, live painting, activités familiales (initiation à l’escalade, volley, pétanques, food-truck, etc). Venant du secteur culturel, cette nouveauté me tenait à coeur pour essayer de créer un renouveau sur les villages « sportifs » … Nous espérons que cela plaira, dans tous les cas vous êtes tous les bienvenus que ce soit en tant que coureur ou bon vivant sur le village Gravity !

SRF : La saison 2018 se profile déjà, et je suppose que vous avez plein de projets, pourriez vous nous dire si la gravity race fera encore des petits ?

MC & RR : Nous doublons notre quantité de travail pour 2018, nous essaierons de pérenniser Salagou et Annecy et de rajouter d’autres destinations (pas forcement en France). Le projet est aussi d’élargir le label Gravity mais je n’en dirai pas plus, les annonces officielles se feront très rapidement. Dans tous les cas la Gravity restera synonyme de partage, dépassement, patrimoine, découverte et de fun pour 2018 🙂

SRF : Et vous en tant que swimrunner quelles courses vous font rêver ?

MC : J’aimerais franchement essayer chaque course qui existe en Europe ! Certaine sont dans des lieux fabuleux, d’autres avec une ambiance différente, je pense que chaque SwimRun est bon à faire (et fait rêver) !

RR : Ahah beaucoup, mais le temps et le budget nous manque 😉 Nous aimerions vraiment prendre part au swimrun organisée par Marina Ivanova en Russie (Lake to Lake) et un autre dans le sud de l’Europe (course non définie pour l’instant).

SRF : Merci à tous deux

www.gravity-race.com

https://www.facebook.com/gravityraces/

https://www.instagram.com/gravity_race/

 

Dernière préparation pour Cédric Fleureton au Swimrunman de Grenoble avant ÖtillÖ

Dans un peu plus d’une semaine, les championnats du monde de Swimrun vont se dérouler dans l’archipel de Stockholm ( lundi 4 septembre). Dans quelques jours va se dérouler pour la première fois le SwimRunMan de Grenoble (dimanche 27 septembre, Lac de Laffrey), le point commun c’est l’athlète de haut niveau le plus polyvalent du moment : Cédric Fleureton.

Swimrun France : Bonjour Cédric, d’habitude on demande aux personnes de se présenter sportivement mais dans ton cas, les activités dans lesquelles tu excelles sont pléthoriques et tu es déjà bien connu dans le monde de l’endurance. Du coup peut être en introduction, peux tu nous parler de l’année 2017 où tu t’es lancé dans plusieurs championnats du monde ?

Cédric Fleureton : Après 15 ans de triathlon à haut niveau, j’ai ressentie l’envie de couper avec la compétition et le triathlon, mon corps et mon esprit étaient fatigués. J’ai stoppé 3 ans toutes sortes de compétitions et j’ai replongé dans le trail un peu par hasard et sans prétentions. Rapidement j’ai eu de bons résultats mais surtout j’ai repris plaisir à me ré entrainer et faire des courses. J’ai été champion de France trail court 2014, 2015 et 2016, et fin 2016 j’apprenais que j’étais retenu en équipe de France pour les championnats du monde 2017 de trail. Durant l’hiver j’ai eu une blessure à l’ischio-jambier, la marque BIANCHI m’a prêté un bon vtt et j’ai donc fait quelques sorties vtt pour compenser le manque de course et jouer sur les transferts. Les sensations étant bonnes, l’idée de refaire un peu de triathlon version Xterra (nat/vtt/trail) en 2ème partie de saison a germé dans ma tête et je me suis fixé comme objectif de refaire les championnats du monde Xterra à Hawaï en octobre prochain. Course que j’ai faite 10 ans plus tôt mais qui s’est mal terminée puisque j’ai cassé ma chaine alors que j’étais en tête de course. J’ai fait l’annonce de mon retour au triathlon sur les réseaux sociaux et quelques semaines après mon ami David Hauss me proposait de prendre part à l’aventure Ötillo avec lui. Je n’ai pas réfléchi longtemps et c’est devenu mon 3ème objectif de la saison.

SRF : Comment as-tu connu le swimrun et qu’aimes tu dans ce sport ?

CF : Avec un certain Jean-Marie et François Xavier ;-). Une invitation informelle dans les calanques de Cassis un été de 2015. J’ai adoré de suite ce sport, jouer avec les éléments et être au plus près de la nature ça me fait kiffer. Ça faisait longtemps que j’imaginais dans ma tête une formule où je pouvais parcourir une distance en traversant des étendues d’eau, et là je le concrétisais c’était fantastique !

SRF : Avec David Hauss vous faites une équipe très compétitive, il reste à accumuler de l’expérience, comment vous y prenez vous ?

CF : Sur le papier en effet on a tout pour être très compétitif, après il faut rester humble par rapport au fait que ce sport requière beaucoup d’expérience. Je pense qu’il faut le prendre comme un sport à part entière et non comme l’enchainement de portions de course et de natation. Pour l’expérience c’est simple on est au niveau 0. Omis de nombreuses années de pratique en sports d’endurance et enchaînés, associé à une solide connaissance de nous-même on part de rien. ÖtillÖ sera notre baptême du feu.

SRF : Avez-vous le temps de vous entrainer ensemble malgré vos emplois du temps surchargés ?


CF : La seule chose qu’on a pu faire ensemble c’est un test matériel et quelques images en action pour France 2. David étant encore engagé dans pas mal de triathlon et trail, moi en trail et bossant en temps plein on n’a pas eu l’occasion de se tester ensemble sur la discipline.

SRF : C’est bientôt l’OtillO (4 septembre), quelle va être votre état d’esprit à l’abord de cette première participation ?

CF : On est tous deux compétiteurs dans l’âme, on prendra le départ pour représenter au mieux nos couleurs comme on l’a toujours fait mais il est vrai qu’on part un en terrain inconnu, ce sera excitant 😉

SRF : Le Swimrunman de Grenoble est pour toi un vrai test de matériel, sur quelle distance t’es tu engagé ?

CF : Je fais le format sprint, ce sera un test et une prise de repères.

SRF: merci Cédric

http://www.swimrunman.fr/grenoble/

http://otilloswimrun.com/races/otillo/

Crédit photo : Akunamatata (extraites de la traversée Cassis Luminy aout 2015)

Stéphane et Jean Nicolas les vieux neptuniens sur le toit du monde – ROTW

Stéphane et Jean Nicolas ont vécu une aventure hors du commun dans le monde du swimrun en allant au « Roof of the world » swimrun, littéralement « le toit du monde ». Un swimrun situé à une altitude de près de 3900 m au Lac Karakul, Tadjikistan. Conditions extraordinaires évidemment, mais ce ROTW c’est aussi un voyage qui va bien au delà du sport. Si la géographie façonne la course, elle polie la culture et charpente les peuples, c’est aussi cela qui a fait briller des yeux de nos deux frenchies.

Swimrun France: Bonjour Stéphane et Jean-Nicolas dit les « vieux Neptuniens », tout d’abord pouvez vous nous faire une courte présentation ? Et surtout pourquoi les « vieux Neptuniens » ?

Jean-Nicolas Mehr : je fais de la natation depuis que j’ai 5 ans et de la compétition depuis que j’ai 10 ans. Mon père était militaire donc j’ai beaucoup voyagé en France et à l’étranger ce qui m’a fait découvrir d’autres sports, j’ai même joué au rugby à 7 à Mayotte. Après un diplôme d’ingénieur et un master en finance, je suis monté à Paris pour travailler. C’est pourquoi depuis 2010, je nage au Neptune Club de France et depuis 2011 je participe aux compétitions Masters. Le nom de notre équipe vient de là, en 2016 avec Stéphane nous avons participé à l’Otillo Engadin et il fallait trouver un nom d’équipe. Vieux pour masters et Neptuniens pour Neptune Club de France.

Stéphane Jay : Je suis nageur au Neptune Club de France depuis 7 saisons, au départ pour me perfectionner aux longues distances eau libre du triathlon mais j’ai vite été piqué au jeu des championnats Masters. J’ai pratiqué par ailleurs la CàP et le triathlon amateur pendant de  nombreuses années (semis et marathons, ironmans). J’ai découvert plus récemment le trail et l’ultratrail, un peu marre de l’asphalte et surtout goût prononcé de la nature sauvage et des nouveaux défis. J’ai deux Diagonales des fous à mon actif (2015,2016 et je prépare ma troisième édition en ce moment dans les Pyrénées, après les cîmes Tadjiques. Avec la natation Eau-Libre et le Trail quoi de plus logique que de pratiquer le Swimrun, nouvelle discipline à partager entre amis, et que nous pratiquons dans des endroits toujours superbes.

SRF : Vous avez participé à l’épopée du swimrun ROTW (Lac Karakul, Tadjikistan) qui a eu lieu entre le 24 et 29 juillet, quel est le dosage entre aventure, performance, inconscience qu’il faut pour s’y lancer ?

JNM : Épopée c’est le bon mot! Pour moi le dosage c’était 80% aventure, 20% performance et 0% inconscience. Ma principale motivation pour aller à Karakul était de couper complètement avec le quotidien, de sortir de ma zone de confort. Le swimrun n’a été qu’un prétexte pour l’aventure. Je n’avais jamais été aussi haut de ma vie donc pour moi la performance se situait là, voir si j’étais capable de m’adapter, de tester mes limites aussi. Je n’y suis pas allé pour battre des records mais pour prendre du plaisir. Je ne pense pas que l’on puisse parler d’inconscience, certes l’aventure est unique et sort des sentiers battus mais que ce soit d’un point de vue de la sécurité ou de la faisabilité de l’épreuve nous avions des garanties et Tony nous avait prévenu donc nous savions dans quoi nous nous lancions.

SJ : Aventure magnifique, inattendue, inouïe avec  0% inconscience, c’est évident. Après, il est vrai que l’Aventure à 100% a été composée de belles découvertes, de rencontres, de la préparation de notre swimrun jusqu’à l’épreuve.

SRF : Le coté logistique est déjà un entreprise en elle-même d’après votre récit, auriez vous des conseils à donner aux frenchies qui souhaitent s’y rendre ?

JNM : la première chose est de contacter Tony, il connaît très bien la région et organise les voyages parfaitement. Ensuite il faut savoir que le voyage prend du temps pour arriver à 3900m à Karakul. Il y a deux possibilités : en 14j depuis Douchanbe ou en 4/5j depuis Bishkek. L’acclimatation est vraiment importante, pour ne pas être malade pendant une semaine une fois à Karakul. Nous avions pris Pegasus Airlines pour nos voyages en avion et ils ont de bons appareil même en vol intérieur (ma principale crainte était d’avoir un Antonov à hélices de l’aire soviétique pour les vols intérieurs). Un conseil aussi si vous avez le temps, apprenez quelques bases de Russe, ça facilitera énormément la communication sur place.

SJ : Le voyage est très facile malgré tout, sauf peut-être si vous n’êtes jamais sortis de nos frontières européennes. C’est un grand voyage, dans des paysages superbes, hors zone de confort comme le dit JN. Apprendre quelques rudiments de Russe s’avèrera utile dans ces régions qui s’ouvrent au tourisme.

SRF : Outre la barrière de la langue se greffe la délicate question de l’acclimatation à l’altitude en mode trail et natation, le lac Karakul culmine tout de même à 3600 m, qu’avez-vous constaté à votre niveau ? (maux tête, essoufflement, insomnie etc..) Des conseils à donner ?

JNM : (3900m en fait pour le lac et le village de Karakul). En ce qui concerne l’acclimatation, nous avions choisi de faire deux nuits à 3600m avant d’aller à Karakul. Je n’ai pas ressenti de maux particuliers à part un essoufflement rapide à l’effort au début. Cependant au bout de 24h, l’essoufflement était moins important et même si je n’avais pas les mêmes capacités respiratoires je pouvais courir sans gêne. En ce qui concerne la natation, je n’ai ressenti aucune gêne particulière surtout que nous n’avons jamais fait de sprints dans l’eau donc pas d’essoufflement. Au cours du voyage, on nous a conseillé de boire du thé vert pour aider contre les maux de l’altitude et même si je n’étais pas spécialement convaincu, je l’ai fait et tout s’est très bien passé.

SJ : J’ai déjà voyagé à de telles altitudes, principalement dans l’Altiplano. Pour atteindre 4000m, il est préférable de monter par paliers pour éviter le mal des montagnes. Chacun réagit très différemment, certain y échappe, d’autres ont des violents maux de têtes, parfois même dangereux. J’ai eu une migraine au réveil à Sari Tash à 3600m, rien à la passe à 4200 en montagne, des petits flottements parfois à Karakul. Le thé est excellent, principalement pour l’hydratation, il faut beaucoup boire en altitude. Pendant l’effort de la course, j’ai eu quelques difficultés à reprendre mon souffle pendant les transitions après avoir nagé encordé avec mon binôme, aucun souci pour la course et marche rapide pour escalader les obstacles en revanche.

SRF : Vous y êtes allé pour le swimrun bien sûr, mais le ROTW c’est plus qu’un SR, n’est ce pas ? (une anecdote sur vos actions avec l’école)

        JNM : Effectivement nous sommes partis pour faire un swimrun mais finalement ce n’était qu’une demi-journée au milieu des 6 jours passés à Karakul. Nous avons découvert sur place que les bénévoles de l’organisation avaient mis en place un programme d’aide à la population locale à l’école du village et que nous étions les bienvenus pour aider également. Ce qui me revient à l’esprit en premier c’est le samedi, le lendemain du swimrun. Les organisateurs avaient prévu de faire un riz pilaf pour tout le village, nous nous sommes alors retrouvé à couper les légumes et trier le riz et tous les villageois sont venus nous voir faire car visiblement ils ne s’attendaient pas à nous voir là. Ça a été un très beau moment de partage.

SJ : Autre anecdote, notre participation au cours d’anglais où les petits villageois nous ont « adoptés » et considérés immédiatement comme des élèves lambdas, en nous posant des questions. Puis, il y a eu l’atelier de confection des « chevaux de bois » avec des chaussettes, de la laine, du fil et des aiguilles, des manches de pelles et nous étions parés pour un match de polo-basket dans la cours de l’école. Les petits moments d’apprentissage de quelques petits tours de magie a aussi été un bel instant.

SRF : Pendant la course, d’après votre compte rendu on a l’impression que le chrono cède la place à l’expérience du moment présent, à l’entraide ?

JNM : La course a été très particulière pour plusieurs raisons. Nous avions décidé de rester les deux équipes ensemble car les suédois n’étaient pas très bons nageurs et nous avaient demandé de les aider sur les parties nagées en s’encordant avec eux. De plus Stéphane et moi ne connaissions pas le parcours donc nous devions rester avec eux. En effet le parcours avait été établi sur carte et nous l’avons adapté au fur et à mesure de la course en particulier sur l’île où personne n’avait pu se rendre avant la course. Il n’a jamais été question de chrono mais uniquement de profiter des paysages magnifiques ensemble.

SJ : C’est dans l’esprit de notre sport : l’aventure à deux d’abord, mais aussi avec les autres binômes. Ici, il s’agissait d’une première. Nous étions deux binômes. Chris a préparé cette course « sur plan » pendant deux ans, a pu effectuer deux demi-journées de reconnaissance avec Maja pour définir au mieux la plus part de la course, mais des zones d’ombre persistaient, notamment le passage sur la grande île. Nous avons mélangé nos équipes pour ne plus en faire qu’une ! Nous avons encordés nos binômes, les nageurs devant, nous avons courus après Maja qui maintenait un bon rythme, mais avons surtout savouré cette aventure humaine à 4, 4 nouveaux amis pour longtemps.

SRF : Quel est l’aspect de la course qui vous a le plus marqué ?

JNM : L’environnement dans lequel nous avons eu la chance d’évoluer. Sur les parties course à pied, le paysage lunaire avec uniquement de la roche, les chaînes montagneuses enneigées en arrière plan, les différents bleus de l’eau du lac. Tout était magnifique. Pour la course en elle même, ce qui m’a le plus impressionné ce sont les ascensions avec des pentes vierges de tout chemin et dans lesquelles il faut inventer son propre tracé. Ça ajoute une complexité technique à laquelle je ne suis pas habitué.

SJ : Tout est dit dans les quelques sensations partagées de JN. On ne sent plus l’eau froide, on respire bien, on est dans un cadre majestueux qui fait pousser des ailes, l’excitation de réaliser quelque chose d’unique est là, c’est en train d’avoir lieu et on le fait, on l’a fait.

SRF : Quel est l’aspect hors de la course qui vous a le plus marqué ?

JNM : Sans aucun doute le rapport avec la population locale et en particulier les enfants. Nous avons passé beaucoup de temps avec eux en jouant au football, faisant voler des ailes de kites, participé à des ateliers à l’école avec eux. Beaucoup de moments de partage avec énormément de sourires qui nous ont fait le plus grand bien.

SJ : La communauté de Karakul nous a accueillis les bras ouverts. Avec leur cœur. Nous avons sympathisé et joué avec beaucoup d’enfants. L’un deux, à qui j’avais donné des biscuits chocolatés pour le remercier de nous avoir aidés à remonter le matériel de Polly de la plage à la guesthouse, m’a interpellé le lendemain matin pour m’offrir une petite pomme. Enorme cadeau, il n’y a pas un arbre à cette altitude et les fruits sont une denrée rare. Echange, sourires et bonheur partagé.

SRF : Après une telle course, avez-vous pensé déjà à d’autres Swimruns aventure exotiques ?

JNM : à vrai dire non pas pour le moment. Du moins pas concrètement car c’est sûr que je ferai d’autres aventures exotiques swimrun mais ça reste un concept pour l’instant. Déjà je fini de digérer tout ce que nous avons vécu à Karakul et j’aurai tout l’hiver pour réfléchir à l’avenir.

SJ : Nous ferons d’autres aventures et relèverons d’autres défis, c’est certain. C’est dans les gènes Les Vieux Neptuniens. Pour battre ce record de Swimrun en altitude il reste un lac navigable plus haut que Karakul. En plaisantant avec Chris, notre aventurier inventeur, nous avons déjà évoqué ensemble un challenge sur les îles du lac Titicaca… Qui sait ? …

https://www.facebook.com/ROTWSwimrun/

Le récit très complet des vieux neptuniens est ci dessous

http://www.mehr.fr/lesvieuxneptuniens/CR_ROTW2017.html

La vidéo publiée en novembre 2017 : https://www.facebook.com/SwimrunFrance/videos/1860122540964602/

 

Le Swimrun dans Sportstratégies

Le décollage d’un sport en France est toujours un moment particulier, c’est à ce moment que se cimente les valeurs, les traditions d’un sport. Peggy Bergère (@pegbergere), journaliste et ancienne athlète de haut niveau s’intéresse de près à ce sport outdoor tendance puisqu’elle a même mouillé  le maillot sur le swimrun de la cote vermeille avec Stéphanie Cano (ancienne capitaine de l’équipe de France de Handball). Peggy est l’auteur déjà de plusieurs papiers dans l’équipe, et là elle décrypte pour nous le phénomène swimrun dans les pages de Sportstratégies.

Swimrun France : Bonjour Peggy, peux tu te présenter brièvement ?

Peggy Bergère : Je suis une ancienne sportive de haut niveau… de hockey sur gazon. Après une vingtaine d’années de carrière dont 10 en équipe nationale et un an en Hollande, LE pays du hockey,, j’ai stoppé net mon parcours sportif en 2006 pour me consacrer à ma carrière professionnelle de journaliste à L’Equipe.fr. Pendant une dizaine d’années, j’ai privilégié le travail au sport et quasiment stoppé toute activité sportive. Je ne m’y suis remise que très récemment en partant du niveau zéro. Pour moi, cela reste aujourd’hui très compliqué de me voir « ramer » en course à pied alors que j’avais un bon niveau étant plus jeune, mais le principal reste « de bouger et faire quelque chose ». Au niveau professionnel, je suis co fondatrice d’une agence de communication dédiée au sport qui s’appelle Plein Zoom (www.pleinzoom.com). Avec mon associé fondu de sport lui-aussi (Pascal Boutreau) et adepte des courses ultra (et ex Grand Reporter à L’Equipe), nous sommes spécialisés dans le sport et créons des contenus pour la presse, les événements, les fédérations… Nous intervenons notamment sur toute la partie stratégique et digitale avec des contenus allant de la rédaction aux supports vidéos. Tous les deux sommes amoureux du sport, de ses vertus, ses rencontres, ses émotions…

SRF: Tu as participé en tant que concurrente mais aussi en tant que journaliste au Swimrun de la Cote Vermeille 2017 (la moyenne distance). Comment cela s’est-il passé ? As-tu appris des choses que tu n’avais pas anticipées ?

PB : Pour commencer, cela a été une nouvelle expérience… géniale ! Je connaissais le Swimrun pour être allée accompagner des amis à Cadaquès l’an passé, mais sans plus… J’ai découvert un site, une discipline qui m’a donné envie, sans en connaître réellement les codes. Je m’y suis intéressée de plus près en rencontrant Jean Marie Gueye au Marathon des Sables en avril dernier, où je travaillais comme journaliste pour L’Equipe Ilosport, Sports Stratégies et le magazine les Sportives. Nous avons échangé, et voyant la discipline émerger de plus en plus en France, je me suis dit qu’il y avait des histoires à raconter, ne serait-ce que celle de l’arriver du Swimrun en France… Par rapport au Swimrun de la Côte Vermeille, j’ai été contactée par Hélène Tzara via Sylvain (Rousselat, un des co-organisateurs) pour rédiger des papiers. L’attrait croissant pour l’activité en France m’a offert la possibilité de rédiger des articles pour Ilosport… à condition d’y participer. J’ai eu la chance de pouvoir m’aligner en binôme avec une ex championne du monde de handball (en 2003, Stéphanie Cano), toujours en possession de réelles capacités physiques, aussi bien sur terre qu’en mer… Et heureusement ! Community Manager pendant le tournoi de tennis de Roland Garros, je n’ai pu m’entrainer pendant 3 semaines, et suis arrivée sur la Côte Vermeille avec pas grand chose dans les bras ni dans les jambes. La longe m’a sauvé la vie (et je n’exagère presque pas !). Elle a clairement permis de nous niveler : particulièrement adepte de l’effort physique, elle a pu « s’arracher » et se dépenser comme elle a voulu, là où moi j’ai misé sur mes « restes », bien insuffisants pour clore la distance imposée (24 km). Ce « détail » m’a particulièrement marquée. Avancer en binôme est un énorme plus, pendant et après la course… Ca a été génial de partager les galères et les bons moments ensemble, de franchir la ligne d’arrivée ensemble et encore aujourd’hui de reparler de cette aventure, car il s’agit d’une réelle aventure…

SRF: Quel potentiel vois tu dans ce sport très jeune encore ? En quoi se diffère t-il d’autres sports d’endurance outdoor ?

PB : Il y a tout un coté sport nature dans des endroits privilégiés qui est top ! Se retrouver à nager au dessus des poissons, dans de l’eau cristalline avec des fonds marins à couper le souffle relève du bonheur. Courir en milieu naturel avec des vues de malades est tout aussi prestigieux. La difficulté physique est remplacée par ce partage, cette beauté… La compétition existe, mais à son niveau. Je veux dire par là que vous pouvez autant vous aligner pour gagner, que juste pour les yeux. Que vous pouvez être amenés autant à côtoyer des athlètes olympiques (Carole Peon et Jessica Harrison sur la Côte Vermeille, victorieuse de la Moyenne), que des personnes lambda… Tout le monde se mélange et partage un truc dans un lieu unique. C’est une autre façon de découvrir des territoires, de profiter des lieux… Et avec une petite bière en passant la ligne d’arrivée, c’est encore meilleur. Pour tout cela, merci !

http://www.sportstrategies.com/